Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

"Si vous ne respectez pas les commandements de Dieu,ce sera la guerre"

29 Novembre 2008, 10:27am

Publié par Véronique (Lala)

28 novembre 2008

Si vous ne respectez pas les commandements de Dieu, ce sera la guerre

P De Jean-Frédéric Poisson, député FRS-UMP, interrogé sur radio Notre-Dame :

"L'exigence de repos dominical, un jour par semaine pour honorer son Dieu, afin de vivre longtemps, est faite pour qu'il y ait des temps de respiration personnelle, mais aussi des temps de respiration sociétaux. La dimension collective ne peut pas être complètement dissociée de la dimension personnelle. Le travail du dimanche est un repère collectif et un temps de repos personnel, à maintenir à tout prix. […] Sur le plan évangélique, je n'ai pas de conseils à donner aux évêques. Ils ont très bien parlé en mettant l'accent sur la vie personnelle et la vie sociale de ce temps de repos. Concluant l’université d'été du Medef, le cardinal Barbarin a reçu une standing ovation pour avoir averti : “Si vous ne respectez les commandements [de Dieu], ce sera la guerre.”"

MJ

 

 

SOURCE : LE SALON BEIGE

 

.

 

Voir les commentaires

Fête de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse (27 novembre 2008)

28 Novembre 2008, 20:51pm

Publié par Véronique (Lala)

27 novembre 2008

 

Fête de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

 

 

Chapelle de la Médaille Miraculeuse

rue du Bac - Paris

site officiel

 

+

 

Récit des Apparitions de la Vierge Marie

 

 

 

 

Celui qui porte la Médaille Miraculeuse,

chaque matin et chaque soir

doit l'embrasser avec amour et respect, en disant :

"Ô Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous."

Demande de la Vierge Marie.

 

.

Voir les commentaires

Se souvenir du Christ crucifié.

27 Novembre 2008, 14:09pm

Publié par Véronique (Lala)

St Jean de la Croix
Lettre n° 20

 

 

Quand quelque désagrément ou peine vous atteindra, souvenez-vous du Christ crucifié et taisez-vous.
Vivez en foi et en espérance, bien que ce soit dans le noir ; dans ces ténèbres Dieu protège l'âme.

 

SOURCE : Citations de spiritualité

 

.

 

Voir les commentaires

Droit Canonique : obligations et droits de tous les fidèles.

27 Novembre 2008, 13:48pm

Publié par Véronique (Lala)

TITRE I

OBLIGATIONS ET DROITS DE TOUS LES FIDÈLES  (Cann. 208 - 223)

 

 

Can. 208 -

Entre tous les fidèles, du fait de leur régénération dans le Christ, il existe quant à la dignité et à l'activité, une véritable égalité en vertu de laquelle tous coopèrent à l'édification du Corps du Christ, selon la condition et la fonction propres de chacun.

 

Can. 209 -

§ 1. Les fidèles sont liés par l'obligation de garder toujours, même dans leur manière d'agir, la communion avec l'Église.

§ 2. Ils rempliront avec grand soin les devoirs auxquels ils sont tenus tant envers l'Église tout entière qu'envers l'Église particulière à laquelle ils appartiennent, selon les dispositions du droit.

Can. 210 -

Tous les fidèles doivent, chacun selon sa condition propre, s'efforcer de mener une vie sainte et promouvoir la croissance et la sanctification continuelle de l'Église.

 

Can. 211 -

Tous les fidèles ont le devoir et le droit de travailler à ce que le message divin du salut atteigne sans cesse davantage tous les hommes de tous les temps et de tout l'univers.

 

Can. 212 -

§ 1. Les fidèles conscients de leur propre responsabilité sont tenus d'adhérer par obéissance chrétienne à ce que les Pasteurs sacrés, comme représentants du Christ, déclarent en tant que maîtres de la foi ou décident en tant que chefs de l'Église.

 

§ 2. Les fidèles ont la liberté de faire connaître aux Pasteurs de l'Église leurs besoins surtout spirituels, ainsi que leurs souhaits.

 

§ 3. Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l'Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l'intégrité de la foi et des moeurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l'utilité commune et de la dignité des personnes.

 

Can. 213 -

Les fidèles ont le droit de recevoir de la part des Pasteurs sacrés l'aide provenant des biens spirituels de l'Église, surtout de la parole de Dieu et des sacrements.

 

Can. 214 -

Les fidèles ont le droit de rendre le culte à Dieu selon les dispositions de leur rite propre approuvé par les Pasteurs légitimes de l'Église, et de suivre leur forme propre de vie spirituelle qui soit toutefois conforme à la doctrine de l'Église.

Can. 215 -

Les fidèles ont la liberté de fonder et de diriger librement des associations ayant pour but la charité ou la piété, ou encore destinées à promouvoir la vocation chrétienne dans le monde, ainsi que de se réunir afin de poursuivre ensemble ces mêmes fins.

 

Can. 216 -

Parce qu'ils participent à la mission de l'Église, tous les fidèles, chacun selon son état et sa condition, ont le droit de promouvoir ou de soutenir une activité apostolique, même par leurs propres entreprises; cependant, aucune entreprise ne peut se réclamer du nom de catholique sans le consentement de l'autorité ecclésiastique compétente.

 

Can. 217 -

Parce qu'ils sont appelés par le baptême à mener une vie conforme à la doctrine de l'Évangile, les fidèles ont le droit à l'éducation chrétienne, par laquelle ils sont dûment formés à acquérir la maturité de la personne humaine et en même temps à connaître et à vivre le mystère du salut.

 

Can. 218 -

Ceux qui s'adonnent aux disciplines sacrées jouissent d'une juste liberté de recherche comme aussi d'expression prudente de leur opinion dans les matières où ils sont compétents, en gardant le respect dû au magistère de l'Église.

 

Can. 219 -

Tous les fidèles jouissent du droit de n'être soumis à aucune contrainte dans le choix d'un état de vie.

 

Can. 220 -

Il n'est permis à personne de porter atteinte d'une manière illégitime à la bonne réputation d'autrui, ni de violer le droit de quiconque à préserver son intimité.

 

Can. 221 -

§ 1. Il appartient aux fidèles de revendiquer légitimement les droits dont ils jouissent dans l'Église et de les défendre devant le for ecclésiastique compétent, selon le droit.

§ 2. Les fidèles ont aussi le droit, s'ils sont appelés en jugement par l'autorité compétente, d'être jugés selon les dispositions du droit qui doivent être appliquées avec équité.

 

§ 3. Les fidèles ont le droit de n'être frappés de peines canoniques que selon la loi

.

Can. 222 -

§ 1. Les fidèles sont tenus par l'obligation de subvenir aux besoins de l'Église afin qu'elle dispose de ce qui est nécessaire  au culte divin, aux oeuvres d'apostolat et de charité et à l'honnête subsistance de ses ministres.

 

§ 2. Ils sont aussi tenus par l'obligation de promouvoir la justice sociale et encore, se souvenant du commandement du Seigneur, de secourir les pauvres sur leurs revenus personnels.

Can. 223 -

§ 1. Dans l'exercice de leurs droits, les fidèles, tant individuellement que groupés en associations, doivent tenir compte du bien commun de l'Église, ainsi que des droits des autres et des devoirs qu'ils ont envers eux.

 

§ 2. En considération du bien commun, il revient à l'autorité ecclésiastique de régler l'exercice des droits propres aux fidèles.

 

 

SOURCE : CODE DU DROIT CANONIQUE

.

 

Voir les commentaires

Benoît XVI : intentions de prières de décembre 2008

27 Novembre 2008, 13:40pm

Publié par Véronique (Lala)

Intention de prière missionnaire de Benoît XVI pour le mois de décembre 2008

INTENTION MISSIONAIRE - “Pour que les chrétiens, surtout dans les pays de mission, à travers des gestes concrets de solidarité, montrent que l’Enfant né dans la grotte de Bethléem est la lumineuse Espérance du monde”.

Le 26 novembre - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde -  Commentaire de l’Intention missionnaire proposée par le Saint-Père Benoît XVI pour le mois de décembre 2008 : Nous assistons à la perte des racines chrétiennes de l’Europe et des pays d’ancienne tradition chrétienne. Le conseil communal des villes anglaises d’Oxford a décidé de supprimer la fête de Noël et de la substituer par la « Fête de la lumière hivernale ». Face à cette décision, l’Archevêque Gianfranco Ravasi a affirmé: «  Alors que dans le passé, quand on combattait la présence des signes religieux, on le faisait avec des argumentations, et même avec le désir d’opposer un système alternatif, cette avancée de la négation est désormais le plus souvent une espèce de vague grise, de brouillard, caractéristique de la sécularisation actuelle ».

« La lumière resplendit dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l’ont pas reçue » (Jn, 1,5). L’homme de notre temps continue à avoir besoin de lumière et d’espérance. C’est triste d’assumer des positions de refus de la lumière, mais comme disait Saint Augustin : « La lumière est aimable aux yeux sains, odieuse aux yeux malades ».

Face à la fermeture aux argumentations rationnelles de la vérité, il y a besoin d’autres thèmes qui puissent toucher chacun : la force de la charité. Le Pape Benoît XVI, dans sa première encyclique Deus Caritas est, parle de l’activité caritative de l’Église et fait référence au témoignage de Tertullien, montrant combien la sollicitude des chrétiens pour les nécessiteux de tout genre suscitait la surprise des païens (cf. Benoît XVI DCE, 22).

Face à la muraille que les ténèbres ont élevé devant la lumière, les chrétiens ont le défi de présenter Jésus-Christ aux hommes, à travers des gestes concrets de solidarité et d’amour, comme « la Lumière vraie qui éclaire tout homme » (Jn 1,9).

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le Christ, le témoignage de la charité peut devenir une révélation. Il est certain que la charité ne doit pas se pratiquer à des fins de prosélytisme, pour incorporer de nouveaux adeptes à une religion, mais il est aussi vrai que l’amour conquiert et entraîne.

L’homme a été créé par amour et pour l’amour. Tout homme expérimente la nécessité d’aimer et d’être aimé, et quand il rencontre un amour vrai, gratuit, inconditionnel, il découvre dans cet amour la vérité, il rencontre Dieu.

L’exercice de la charité ne peut mettre Dieu de côté. De nombreuses fois la plus grande souffrance du cœur humain est due à l’absence de Dieu. « Celui qui exerce la charité au nom de l’Église ne cherchera jamais à imposer aux autres la foi de l’Église. Il sait que l’amour en sa pureté et dans sa gratuité est le meilleur témoignage du Dieu dans lequel nous croyons et à partir duquel nous sommes poussés à aimer. Le chrétien sait quand il est temps de parler de Dieu et quand il est bon de taire son nom et de laisser parler seulement l’amour. Il sait que Dieu est amour (cf I Jn 4,8) et se rend présent justement dans les moments où rien d’autre n’est fait en dehors d’aimer » (DCE 31c).

Quelle beauté Noël apporte avec soi ! Contempler l’Amour qui s’est fait chair bouleverse. En Lui nous pouvons constater que l’amour de Dieu pour nous n’est pas resté seulement des paroles. « Dieu en effet a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, pour que quiconque croit en lui ne meure pas, mais ait la vie éternelle ». (Jn 3, 16). Dieu manifeste son amour avec la remise et le don de soi.

L’Église doit être missionnaire par le témoignage de sa charité. L’amour de Dieu entre dans l’histoire à travers ce petit Enfant. Dieu désire qu’à travers le témoignage de notre charité, nous, hommes, nous puissions connaître l’espérance, la force de l’amour qui sauve.

Tandis que certains préfèrent célébrer la « Festivité de la lumière hivernale », il y a une seule Lumière qui peut éclairer le cœur de l’homme, donnant un sens et une espérance aux questions les plus profondes, à la souffrance et à la mort : Jésus-Christ, « vrai Dieu, né du vrai Dieu, Lumière née de la Lumière » qui exprime son amour dans la pauvreté de Bethléem
 

SOURCE : EUCHARISTIE MISERICORDIEUSE

.

Voir les commentaires

Excommunication des parlementaires pro-avortement

27 Novembre 2008, 13:35pm

Publié par Véronique (Lala)

L’épiscopat envisage l’excommunication des parlementaires pro-avortement

Nous avions évoqué la déclaration du cardinal Francis George, président de la Conférence épiscopale américaine et archevêque de Chicago, dans laquelle il s'élevait contre le vote possible de la FOCA (Freedom of Choice Act). Sur le site de Liberté Politique, on peut lire la traduction d'un entretien donné par le cardinal Francis George à CNS (ici en vo) : 

39574 "L'excommunication est automatique si l’acte est de fait une coopération formelle, et c'est précisément ce qui devra être examiné une fois connus les termes de l'acte lui-même".

"Les catégories de la théologie morale à propos de la coopération au mal, qui fait de vous un complice du mal même si vous ne le faites pas vous-même, distinguent la coopération matérielle, généralement éloignée et donc ne vous impliquant pas dans l'action morale, sauf de manière indirecte et mineure, et la coopération formelle, qui vous implique d’une manière qui vous rende coupable" 

Deal Hudson, l'un des plus grands journalistes catholiques aux Etats-Unis estime :

"Pour moi, cela ressemble à une coopération formelle et directe. Pourquoi ? Parce qu’en votant en faveur de la FOCA, vous savez que le résultat sera davantage d’avortements. L'intention de la FOCA est de rendre l'avortement plus accessible. Rappelez-vous, l’augmentation des avortements sera une certitude si la FOCA est adoptée et signée par le président"

"Le cardinal George a soulevé une question importante, et il l’a traitée de manière à faire réfléchir tous les catholiques sur les conséquences de ce vote, non seulement les membres du Congrès qui soutiennent publiquement la FOCA mais aussi ceux qui ont soutenu Obama, sachant que la FOCA était à son ordre du jour législatif" 

Philippe Carhon

 

SOURCE  : LE SALON BEIGE

 

.

Voir les commentaires

Le Téléthon finance la culture de la mort

27 Novembre 2008, 13:31pm

Publié par Véronique (Lala)

Lu dans Daoudal Hebdo de ce jour :

P "L’AFM, via le Téléthon, finance notamment I-Stem, laboratoire de recherche sur les cellules issues d’embryons condamnés à mort par le diagnostic préimplantatoire. I-Stem a été fondé et est dirigé par le biologiste Marc Peschanski (photo). Marc Peschanski est depuis sa jeunesse un militant trotskiste, plus précisément de Lutte ouvrière. En 1982, il entre à l’INSERM. Neuf ans plus tard, il pratique les premières greffes neuronales, issues de foetus avortés. Puis il se passionne pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines. Il va se faire connaître comme celui qui « se bat bec et ongles » pour la révision des lois de bioéthique afin qu'elles autorisent cette recherche. Son ambition est d’aller vers le clonage humain.

Son idole est le Pr. Hwang, qui prétend avoir réussi à produire des lignées de cellules souches à partir d’embryons humains clonés. A la fin novembre 2005, le Pr Hwang devait venir à Paris, pour recevoir la Victoire de la médecine et être proclamé « homme de l’année ». Marc Peschanski avait organisé pour l’occasion une conférence de presse avec le héros coréen. Mais à la veille des festivités, le Pr Hwang annulait sa venue « en raison de circonstances imprévues ». En réalité, il venait d’être démasqué comme un faussaire. Dans le débat qui s’était enfin instauré sur le Téléthon en 2006, Marc Peschanski dénonçait une « tentative des fondamentalistes de faire sortir les soutanes de la naphtaline ». Comme dit Arlette Laguiller, « face à la montée des intégrismes religieux, il est essentiel de défendre une vision philosophique matérialiste: Marc est de ceux qui font avancer le combat scientifique et le combat politique.» Pour la culture de mort."

MJ

 

SOURCE : LE SALON BEIGE

 

.

Voir les commentaires

Samedi 29 novembre, Rosaire pour la vie à Strasbourg.

27 Novembre 2008, 13:28pm

Publié par Véronique (Lala)

A Strasbourg, samedi 29 novembre à 14h30 (jusqu'à 16h30) se déroulera devant l'église Saint-Pierre-le-Vieux, un Rosaire pour la vie. C'est l'occasion de répondre à l'appel lancé par Jean-Paul II à Lourdes le 15 août 2004 :

"A vous tous, frères et sœurs, je lance un appel pressant, pour que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir afin que la vie soit respectée depuis sa conception jusqu'à son terme naturel".

Michel Janva

SOURCE : LE SALON BEIGE

.

Voir les commentaires

Canticles (vidéo)

26 Novembre 2008, 16:04pm

Publié par Véronique (Lala)

Voir les commentaires

L'oraison de recueillement

25 Novembre 2008, 20:55pm

Publié par Véronique (Lala)

Saint Jean de la Croix

Le Docteur Mystique

La Montée du Mont Carmel, livre III, chapitre XXXIX :

" Pour acheminer l'esprit à Dieu en ce genre, il faut remarquer qu'on permet bien à ceux qui commencent - et même qu'il leur est expédient - d'avoir quelque goût et suc sensible, touchant les images, oratoires et autres choses dévotes visibles, pour autant qu'ils ne sont pas sevrés ni n'ont le palais détaché des choses du monde, afin que ce goût leur fasse perdre l'autre. Comme quand on veut tirer quelque choses des mains d'un enfant, on lui en donne une autre, de peur qu'il ne pleure, se voyant les mains vides. Mais le spirituel qui veut s'avancer, se doit dénuer aussi de tous ces goûts et appétits où la volonté se peut réjouir ; car le pur esprit ne s'attache guère à aucun de ces objets, mais il demeure tout en une retraite intérieure et conversation mentale avec Dieu. Que s'il se sert des images et oratoires, ce n'est qu'en passant, et aussitôt son esprit s'arrête en Dieu, oubliant tout en sensible.

" Partant, encore qu'il vaille mieux de prier au lieu le plus décent, néanmoins il faut malgré cela choisir celui où le sens et l'esprit sont moins empêchés d'aller à Dieu. En quoi il faut que nous nous servions de la réponse que Notre Sauveur fit à la Samaritaine, sur la demande qu'elle Lui fit, à savoir quel était le lieu le mieux accommodé pour prier, le temple ou la montagne : que la vraie oraison n'était point attachée à la montagne ni au temple ; mais que ceux qui plaisent au Père en leurs adorations sont ' ceux qui L'adorent en esprit et en vérité ' (S. Jean, IV, 23-24). Partant, encore que les églises et les lieux agréables soient dédiés et accommodés à l'oraison (car on ne doit user des églises pour autre sujet), néanmoins, pour un négoce (trad. de l'esp. : "negocio", affaire, occupation, emploi, travail) tant intérieur que celui-ci, qui se fait avec Dieu, il faut choisir le lieu qui occupe et qui attire moins le sens après soi. Ainsi, ce ne doit pas être un lieu plaisant et agréable au sens (comme quelques-uns recherchent) de peur qu'au lieu de recueillir l'esprit en Dieu, il ne s'arrête en la récréation (au délassement : recreación), au goût et en la saveur du sens. Et pour cette cause, un lieu solitaire et même âpres est bon, afin que l'esprit monte solidement et directement à Dieu sans être empêché ni retenu en les choses visibles ; encore qu'elles aident parfois à élever l'esprit, mais c'est en les oubliant tout aussitôt et s'arrêtant à Dieu. C'est pourquoi Notre Sauveur (pour nous donner exemple) choisissait des lieux déserts pour prier et ceux qui n'occupaient guère les sens ; mais qui élevassent l'âme à Dieu, comme étaient les montagnes qui sont élevées sur la terre et sont arides d'ordinaire
, sans aucune matière de récréation sensible.

" D'où vient que le vrai spirituel ne s'attache, ni ne regarde si le lieu pour prier est de telle ou telle commodité - parce que cela est encore être attaché au sens - mais il ne regarde qu'au recueillement intérieur, oubliant ceci et cela, choisissant pour cet effet le lieu le plus exempt d'objets et de sucs sensibles, n'ayant aucun égard à tout cela, pour pouvoir mieux jouir de son Dieu en la solitude des créatures. Et c'est une chose remarquable de voir des spirituels qui emploient tout leur temps à dresser des oratoires et accommoder des lieux agréables conformément à leur humeur ou inclination ; et du recueillement intérieur, qui est le plus important, c'est ce dont ils font moins de cas et dont ils ont le moins ; parce que, s'ils en avaient, ils ne pourraient se plaire à ces façons et manières qui, au contraire, les lasseraient [c'est le test !]. "

Ibid., chapitre XL :

" La cause donc pour laquelle certains spirituels n'achèvent jamais d'entrer en les vrais joies de l'esprit, c'est parce qu'ils ne viennent jamais à bout de séquestrer leur appétit de la joie de ces choses extérieures et visibles. Que ceux-là sachent qu'encore que le lieu décent et dédié à l'oraison soit l'église et l'oratoire visible - et l'image comme motif - néanmoins ce ne doit pas être en sorte que le suc et la saveur de l'âme s'emploient au temple visible et au motif, et qu'elle s'oublie [trad. de l'esp. : se olvide] de prier au temple vif, qui est le recueillement intérieur de l'âme. L'Apôtre nous avertissant de cela dit : ' Regardez, car vos corps sont les temples vivants de l'Esprit-Saint qui habite en vous ' (I Corinthiens, III, 16). Nous entrons en cette considération par l'autorité du Christ préalléguée [trad. de l’esp. : y a esta consideración nos envía la autoridad que habemos alegado de Cristo], à savoir que ' ceux qui L'adorent vraiment doivent L'adorer en esprit et en vérité ' (S. Jean, IV, 24). Car Dieu tient fort peu de compte de vos oratoires et de vos lieux parés, si, pour y être attaché de l'appétit et du goût, vous avez un peu moins de nudité intérieure (esp. : desnudez interior) - qui est la pauvreté spirituelle dans l'abnégation de toutes les choses que vous pourrez posséder [cf. S. Luc, VI, 20b ; S. Matthieu, V, 3].

" Donc, pour purger la volonté de la joie et du vain appétit en cela et l'adresser à Dieu en votre oraison, regardez seulement que votre conscience soit pure et votre volonté entière avec Dieu et la pensée véritablement fichée en Lui [cf. S. Matthieu, V, 8] ; et (comme j'ai dit) il faut choisir le lieu le plus écarté et le plus solitaire que vous pourrez, et convertir toute la joie de votre volonté à invoquer et glorifier Dieu, sans faire cas de ces autres petits goûts de l'extérieur [les renardeaux : C.S., XXVI, 1], au contraire, il faut tâcher à y renoncer. Que si l'âme commence à se laisser aller à la saveur de la dévotion sensible, elle n'arrivera jamais à la force des délices spirituelles qui se trouvent en la nudité de l'esprit moyennant le recueillement intérieur. "

SOURCE

 

.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>