Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Jeudi 29 avril 2010 : Fête de sainte Catherine de Sienne

29 Avril 2010, 21:07pm

Publié par Véronique J.

Fête de sainte Catherine de Sienne, vierge, tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

Sainte Catherine de Sienne  
Docteur de l'Église et co patronne de l'Europe
(1347-1380)

            Catherine, l'une des saintes les plus merveilleuses qui aient paru sur la terre, naquit à Sienne, de parents vertueux, mais qui pourtant, chose incroyable, se firent longtemps ses persécuteurs et entravèrent, autant qu'il leur fut possible, sa vocation religieuse.

Dès l'âge de cinq ans, elle ne montait les escaliers de la maison paternelle qu'à genoux, récitant l'Ave Maria à chaque degré. Vers cette époque, elle eut une apparition de Notre-Seigneur, qui lui révéla tous les secrets de la vie parfaite.

Un jour, l'admirable enfant, se prosternant dans sa chambre, pria la très Sainte Vierge de lui donner son divin Fils pour Époux, et dès lors elle ne songea qu'à la vie religieuse, qui passionnait noblement son âme. Comme ses parents voulaient la marier, Dieu leur fit comprendre par différents signes extraordinaires que leur fille devait rester vierge ; malgré tout, ils persistèrent à la retenir dans le monde.     Catherine ne se découragea pas ; elle se fit comme une cellule au fond de son cœur, où elle trouvait toujours son Bien-Aimé.

C'est alors que commença pour elle une vie de telles austérités, que les Vies des Saints nous offrent peu de pareils exemples : disciplines, châssis de fer, cilice, privation de nourriture et de sommeil, elle n'ignora rien de tous ces martyres volontaires ; elle en vint à ne dormir qu'une demi-heure en deux nuits, ce fut la mortification qui lui coûta le plus. C'était une lutte continuelle entre la mère et la fille, la tendresse de l'une voulant éviter à l'autre ce martyre de chaque jour, la passion de la souffrance chez l'une rendant inutile l'humaine compassion de l'autre.

De guerre lasse, il fallut enfin laisser partir au couvent cette fille si chérie et si longtemps maltraitée : Catherine entra chez les religieuses de Saint-Dominique. Dès lors sa vie devint de plus en plus étonnante. Elle eut quelques tentations pénibles pour son âme angélique ; le Sauveur, pour la récompenser de la victoire, lui apparut couvert des ignominies de sa Passion :   " Où étiez-vous donc, Seigneur, pendant ce terrible combat ?   - Ma fille, j'étais dans ton cœur, et je me réjouissais de ta fidélité. "

Dans une de ses apparitions, le Sauveur ôta le cœur de la poitrine de sa servante et mit le Sien à sa place. Une autre fois, elle reçut les stigmates du divin Crucifié. Souvent, au moment de la communion, l'Hostie s'échappait des mains du prêtre pour voler vers la bouche de Catherine.

Sa vie entière fut un miracle. Dieu permit qu'elle exerçât une immense influence sur son époque, et qu'elle contribuât pour beaucoup à la cessation du grand schisme d'Occident.

Elle mourut à l'âge de trente-trois ans.

 

Liens : << ici >> + << ici >>

 

 

 

Voir les commentaires

L'émission Les infiltrés, au sujet "A la droite du Père" - Mon témoignagne qui contredit tout ce que les opposants à la messe en Latin ont dit !

28 Avril 2010, 16:49pm

Publié par Véronique J.

« À la droite du Père ».

Sujet de l’émission du 27 avril 2010

« Les infiltrés » de France2

 

 

Mon témoignage suite à l’émission.

 

Mon premier sentiment, dominateur, est celui que bien que je ne les connaisse pas, Monsieur l’Abbé Aulagnier et Monsieur Daniel Amiche ont été piégés. Ils ont été les cibles de cinq personnes qui étaient contre eux et cherchaient à leur nuire. Non seulement eux, mais aussi aux membres de l’Eglise Catholique et l’Eglise Catholique elle-même. Les loups ont réussi à blesser l’Eglise et les membres de l’Eglise.

Je les pardonne et prie pour eux.

 

Je ne connaissais pas ce groupe de l’Dies Irae.

 

Des propos ou des pensées contre son prochain, ne répondent pas à l’amour de Dieu, à ce qu’est réellement Dieu.

 

Si ces propos sont vrais, malheureusement, et, s’ils ne font pas l’objet de machinations journalistiques, ne répondent pas à l’amour du prochain que l’Eglise Catholique défend et auquel elle travaille, prie et évangélise chaque jour.

 

Nous ne pouvons que déplorer les critiques faites sur un peuple, quel qu’il soit, ou de quelle religion que ce soit.

Nous ne pouvons défendre des idées visant à détruire les autres, car c’est toujours une manière de se croire meilleur qu’eux. Il n’y a aucun respect à la liberté d’autrui dans tout cela.

 

Il est regrettable de ne pas voir l’intégralité des caméras cachées, car nous ne pouvons juger que sur des parties sélectionnées. C’est donc un avis minimum seulement que nous pouvons en avoir, si ce n’est qu’aux propos de Monsieur Daniel Amiche ils aient été coupés et refaits.

Que penser alors à présent de ce qu’on nous fait voir. J’espère que l’on ne veut pas nous manipuler à chercher à nous faire une idée néfaste de la Tradition Catholique (comme ils l’a nome), et que ces journalistes, que nous devons respecter, soient honnêtes.

 

Cette émission à rediffuser les propos de Mgr Williamson sur lesquels il est revenu et s’est excusé.

Que cherchent à provoquer ces journalistes ?

Lorsqu’une personne est venue vers moi s’excuser, après je ne lui en tiens plus rigueur, j’oublie tout.

Là est toute la différence entre le monde et Dieu.

Il y en a qui on plaisir à vous rappeler ce que vous avez fait, alors que Dieu a complètement oublié et effacer vos péchés confessés.

 

Durant le débat, j’ai ressenti un climat de haine contre la messe dite traditionnelle, en Latin. Si des personnes ne vont pas à la messe en Latin pourquoi cette messe les dérange à ce point ?

 

 

L’idée générale de cette émission sans oublier le débat qui l’a suivie, font apparaître une mauvaise image des catholiques traditionnalistes, dont je fais partie, et qui ne sont pas ceux que je connais aujourd’hui.

Avant de connaître des abbés de la Fraternité Saint Pierre, j’allais à la messe ordinaire, mais elle ne nourrissait plus mon âme. Je n’enlève en rien à la présence de Dieu, lorsque les gestes et paroles requises sont présents à la messe ordinaire. Si je n’ai pas la possibilité d’aller à la messe dite traditionnelle, je ne refuse pas d’aller à une messe ordinaire.

 

Après de nombreuses prières faites à Dieu, Il a su répondre à mes attentes par ce qu’Il me fait vivre par ma reconversion depuis 2001.

Je préfère donc à présent la messe dite traditionnelle parce quelle répond à mes attentes et besoins spirituels. C’est l’unique raison.

 

Alors je ne suis pas en accord avec des propos qui caricaturent les traditionnalistes, et comment pouvons-nous parler d’une chose que nous ne connaissons pas ? Effectivement, je connais des personnes qui n’ont jamais entendu parler de la messe en Latin dans leur jeunesse et maintenant ne veulent plus qu’elle.

 

Personnellement je n’ai aucune culture intellectuelle, ou si peu, je n’ai pas d’argent, je fais donc partie d’une catégorie de personnes ayant un niveau social bas, bien que je ne manque de rien, et je ne fais partie d’aucun parti politique. Je ne connais la messe traditionnelle que depuis 2008, alors quel intérêt ai-je à y aller ?

 

Tout vient de Dieu.

 

Voici également qu’après cette retraite faite en 2008, je suis tombée en admiration devant cette messe en Latin. J’ai me suis organisée pour qu’elle puisse être célébrée dans ma paroisse, et, depuis plus d’un an, avec l’accord du prêtre de ma paroisse et de l’évêque de mon diocèse, cette messe a lieu tous les mois. Tout se passe bien, et il n’y a rien de politique derrière cela.

Depuis j’ai fais connaissance avec des catholiques traditionnalistes, qui sont devenus des amis, et avec lesquels je passe de bons moments fraternels.

 

Les arguments donnés pendant le débat de cette émission par ceux qui sont contre les catholiques traditionnalistes sont donc contraires à ce que je vis personnellement et aux personnes qui m'entourent.

 

Je me dis finalement que ce type de débat n'est fait que pour déstabiliser l'Eglise et ses membres. Cela n'est qu'une goutte d'eau devant l'Amour infini qu'est Dieu, et que personne ne peut atteindre l'Eglise sortie du Christ. Le monde pourra bien s'épuiser avant qu'il n'ai trouvé l'idée de la faire tomber !!

 

Notre Seigneur Jésus-Christ est notre Roi, qu'avons-nous à craindre ?

Rien.

 

Par contre, nous pouvons prier pour les âmes, et prendre exemple sur le Christ qui nous a montré ce qu'est l'amour du prochain, l'humilité et la charité et non la hiane que nous propose le monde dont il ne cesse de se nourrir. Beurque !

 

Véronique J.

 

Pour voir le reportage << ici >>

Pour voir le débat << ici >>

 

 

Voir les commentaires

STATISTIQUES DE L'EGLISE

28 Avril 2010, 13:23pm

Publié par Véronique J.

CITE DU VATICAN, 27 AVR 2010 (VIS).

 La nouvelle édition de l'Annuaire statistique de l'Eglise fournit les données relatives à la situation et aux actions qu'elle a mené entre 2000 et 2008 dans les différentes régions du monde.

 

  Les catholiques sont passés en neuf ans de 1.045 millions à 1.166 millions (+ 11,5 %). Si la présence des catholiques est stable en Europe (+ 1,17 %), leur croissance est de 10,9 % en Amérique et en Océanie, de 15,6 % en Asie et de 33% en Afrique. Les catholiques européens sont passés de 26,8 % du total à 24,3 %.

 

 Toujours de 2000 à 2008, le nombre des évêques est passé de 4.541 à 5.002 (plus 10,98 %). Le clergé diocésain et religieux s'est légèrement accru (augmentation mondiale de 0,98 %), passant de 405.178 à 409.166 unités. Si en Afrique et en Asie le nombre des prêtres croît de 33.1 % et  de 23,8 %, en Amérique il reste stable tandis qu'il baisse en Europe et en Océanie baissent de 7 % et 4 %. Le nombre des prêtres séculiers gagne 3,1%, passant de 265.781 à 274.007, tandis que les religieux continuent de décroître (- 3 %). De 136.000 ils sont passés à 135.159. Le clergé européen diminue encore. En 2000 il est à 51 % du total, et à 47 % en 2008. L'Asie et l'Afrique sont passées de 17,5 % à 21, 9 %, pendant que l'Amérique tourne autour des 30 % du total.

 

  Les religieux non prêtres étaient 55.057 pour aujourd'hui 54.641. En Europe on enregistre une forte diminution (- 16,57 %) ainsi qu'en Océanie (- 22,06 %), tandis que l'Amérique est stable et que l'Asie et l'Afrique augmentent (+ 32 % et + 10,4 %). Les religieuses sont  pratiquement le double des prêtres et quatorze fois plus que les religieux, même si leur nombre diminue, passant de 800.000 en 2000 à 740.000 en 2008: 41 % sont en Europe, 27,4 % en Amérique, 21,7 % en Asie, et 1,2 % en Océanie. Les religieuses augmentent dans les continents dynamiques que sont l'Afrique (+ 21 %) et l'Asie (+ 16 %).

 

  L'Annuaire enregistre aussi l'évolution du nombre d'étudiants et de séminaristes, diocésains comme religieux. Leur nombre global a augmenté en neuf ans de 110.583 à 117.024. Par contre, alors qu'en Afrique et en Asie les candidats au sacerdoce sont plus nombreux, l'Europe subit une flexion.

 

 

Voir les commentaires

TEMOIGNAGE ET VOCATIONS

28 Avril 2010, 13:19pm

Publié par Véronique J.

CITE DU VATICAN, 26 AVR 2010 (VIS).

Aujourd'hui, dimanche du Bon Pasteur et Journée mondiale de prière pour les vocations, Benoît XVI a récité le Regina Cæli avec les fidèles réunis Place St.Pierre. Citant le thème de la Journée 2010, "Le témoignage suscite les vocations", il a dit qu'il était "étroitement lié à la vie et à la mission des prêtres et des consacrés... La prière est la première forme de témoignage qui suscite les vocations", a-t-il ajouté, en invitant d'abord les parents à prier "pour que le cœur de leurs enfants s'ouvre à l'écoute du Bon Pasteur", car lui seul "garde son troupeau avec une immense tendresse et le défend du mal, et en lui seul, les fidèles peuvent mettre toute leur confiance... En cette journée de prière spéciale pour les vocations, j'exhorte en particulier les ministres ordonnés, afin que, stimulés par l'Année sacerdotale, ils se sentent engagés afin de rendre plus incisif et plus vigoureux leur témoignage évangélique dans le monde d'aujourd'hui. Qu'ils n'oublient pas que le prêtre poursuit l'œuvre de rédemption sur la terre. Qu'ils sachent rester volontiers devant le tabernacle. Qu'ils adhèrent totalement à leur vocation et mission par une ascèse sévère. Qu'ils se rendent disponibles à l'écoute et au pardon. Qu'ils forment chrétiennement le peuple qui leur est confié. Qu'ils cultivent avec soin la fraternité sacerdotale".

 

  Après le Regina Cæli, Benoît XVI a évoqué les deux prêtres proclamés bienheureux ce dimanche à Rome et à Barcelone (Espagne): respectivement Angelo Paoli et José Tous y Soler. Le premier fut "un apôtre de la charité à Rome et surnommé Père des pauvres. Il se consacra particulièrement aux malades de l'hôpital San Giovanni et aux soins des convalescents". Le second, "José Tous y Soler, fondateur des Capucines de la Mère du Divin Pasteur, malgré les nombreuses épreuves et difficultés, ne s'est jamais laissé vaincre par l'amertume et le ressentiment. Il s'est distingué par son exquise charité et sa capacité à supporter et à comprendre les faiblesses des autres". Puis il a adressé un salut spécial à l'association italienne Meter, qui "organise depuis 14 ans la Journée nationale pour les enfants victimes de violence, d'exploitation ou d'indifférence. A cette occasion -a-t-il conclu-, "je voudrais surtout remercier et encourager ceux qui se consacrent à la prévention et à l'éducation, en particulier les parents, les enseignants et tant de prêtres, sœurs, catéchistes et animateurs qui travaillent auprès des jeunes dans les paroisses, les écoles et les associations".

 

 

 

Voir les commentaires

DONNER UNE ÂME AU MONDE NUMERIQUE

28 Avril 2010, 13:17pm

Publié par Véronique J.

CITE DU VATICAN, 24 AVRIL 2010 (VIS).

Ce matin, le Saint-Père s'est adressé aux participants au congrès intitulé "Témoins numériques. Visages et langages à l'ère du multimédia" et organisé par la Conférence épiscopale italienne: "A une époque marquée par un énorme élargissement des frontières de la communication...la 'toile' a une vocation ouverte à tendance égalitaire et pluraliste mais marque un nouveau fossé, une division numérique qui sépare les inclus des exclus et qui va s'ajouter aux autres fractures qui éloignent déjà les nations entre elles et les société internes". Puis Benoît XVI a fait remarquer qu'augmentent ainsi "les risques d'homologation et de contrôle, de relativisme intellectuel et moral déjà bien visibles dans la réflexion de l'esprit critique, dans la vérité réduite au jeu des opinions, dans les multiples formes d'abaissement et d'humiliation de l'intimité de la personne. On assiste à une pollution de l'esprit qui rend nos visages moins souriants et assombris". Ce congrès, cependant, "vise à reconnaître les visages et à dépasser les dynamiques collectives qui peuvent nous faire perdre le sens de la profondeur des personnes et s'y arrêter de façon superficielle. Lorsque cela arrive, elles deviennent alors des corps sans âmes, des objets d'échange et de consommation".

 

  "Comment est-il possible aujourd'hui de revenir aux visages?", a demandé le Saint-Père et, citant son encyclique Caritas In Veritate: "Les médias peuvent devenir des facteurs d'humanisation non seulement quand, grâce au développement technologique, ils offrent de plus grandes possibilités de communication et d'information, mais surtout quand ils sont structurés et orientés à la lumière d'une image de la personne et du bien commun qui en respecte les valeurs universelles". Pour atteindre ces objectifs, "il faut que les médias aient pour objectif principal la promotion de la dignité des personnes et des peuples, qu'ils soient expressément animés par la charité et mis au service de la vérité, du bien et d'une fraternité naturelle et surnaturelle. C'est seulement à ces conditions que notre époque pourra se révéler riche et fécond de nouvelles opportunités... Plus que les ressources techniques, évidemment nécessaires, nous devons nous distinguer en habitant cet univers avec un cœur croyant qui contribue à donner une âme au flux ininterrompu de communication de la toile... Voilà notre mission, la mission à laquelle l'Eglise ne peut renoncer. Le devoir de tout croyant qui œuvre dans les médias est d'ouvrir la route à de nouvelles rencontres, en assurant toujours la qualité du contact humain et l'attention aux personnes ainsi qu'à leurs vrais besoins spirituels, en donnant aux hommes qui vivent notre époque numérique les signes nécessaires pour reconnaître le Seigneur".

 

 

 

Voir les commentaires

A chaque instant nous devons avoir à coeur de tout faire pour notre salut.

27 Avril 2010, 20:42pm

Publié par Véronique J.

Dieu peut venir nous chercher à tout instant, nous le savons, Notre-Seigneur nous l'a dit Lui-même dans l'Evangile.

Nous devons vraiment avoir à coeur de tout faire pour notre salut éternel.

 

Prière :

Seigneur,

donne-moi de T'imiter en tout.

Je ne suis pas parfait(e), je le sais, Tu sais aussi que je fais tous les efforts possibles afin de devenir meilleur(e).

Ce qui compte c'est ce qu'il y a dans mon coeur, et Tu sais mieux que moi ce qu'il contient.

Seigneur,

aide-moi à tout instant à tout faire pour que cela serve à passer mon éternité auprès de Toi.

Que chacune de mes pensées soit en Toi.

Que chacun de mes actes soit en Toi.

Que chaque prière soit en Toi.

Que chaque désir soit en Toi et Toi seul.

Seigneur,

donne-moi qu'Il n'y est que Toi en moi.

Ainsi soit-il.

 

 

Véronique J.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Demander la grâce de l'humilité.

27 Avril 2010, 12:59pm

Publié par Véronique J.

"Seigneur, je vous demande la grâce de l'humilité".

Voici une demande simple que l'âme peut demander à Dieu afin d'éloigner d'elle l'orgueil dont elle sait qu'il est le contraire de ce qu'est Dieu.

Il l'a mettra à l'épreuve bien des fois jusqu'à ce qu'elle ne se révolte plus, même devant de grandes humiliations. Des humiliations qui peuvent atteindre la profondeur de l'être humain.

Lorsqu'elle n'y répondra plus, ni même en pensées, l'âme aura alors une grande paix et mettra en pratique ce que son Seigneur Jésus lui a fait voir durant sa Passion.

La Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ nous appelant à l'imiter, dans les moindres détails, en l'aimant, en la contemplant.

Cela étant acquis, l'âme comprendra que Dieu lui a accordé la grâce de l'humilité par ses demandes qui avaient changé à un point tel qu'elle lui était passée d'une formule simple à une autre plus précise : "Seigneur, je Vous demande la grâce de l'humilité afin d'enlever tout trace d'orgueil en moi pour Vous ressembler".

Dieu, souhaitant plus que tout demeurer en nous, daignera offrir cette grâce qui aidera l'âme à L'imiter.

"Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Matthieu 5, 48) : oui, cela est possible.

Dieu avait déjà appelé l'âme à l'héroisme discret de la patience (+) par ses silences, et par l'abnégation totale de l'orgueil en elle, Il l'appelle à la perfection dans l'humilité.

 

 

 

Pour mieux comprendre :

lorsque qu'on nous fait des reproches, lorsque nous sommes victimes d'humilitations, même de nos proches (et justement parce qu'ils seront faits par eux, les souffrances en seront que plus grandes), lorsque nous avons l'impression de n'être compris par personne (ni même d'ami (e)) mais seulement par Dieu, lorsque surviennent ces épreuves (que Dieu permet) nous devons nous efforcer de ne pas y répondre (en nous mortifiant), car, si un seul petit voile de révolte survient en nous (même en pensée) nous pouvons dire que c'est encore une tentation qui nous empêchera de répondre au souhait que nous avons d'imiter Dieu si nous y répondons.

Dieu est humilité et non orgueil, même en pensée.

Pour vous aider, demandez à la très Sainte Vierge Marie de vous aider à être humble, elle qui est l'humilité même, saura et voudra que vous offrir son secours et son soutien.

 

Véronique J.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le saint curé d'Ars et le travail du dimanche (Mon expérience).

27 Avril 2010, 11:51am

Publié par Véronique J.

Le souhait du ministre...

  • Maintenant que le travail du dimanche s'institutionnalise en France, doucement mais sûrement, tout catholique pourra se retrouver confronté à des choix difficiles...
    Nous avons recherché quelques enseignements forts sur ce sujet. Voici ce sermon tout en puissance du saint patron des curés, le Saint Curé d'Ars. Aucun confesseur n’oserait parler ainsi de nos jours : "Vous travaillez le dimanche, vous travaillez mes enfants, mais si ce que vous gagnez ruine votre âme, il vous faudra peut-être pleurer toute une éternité pour ces gains terrestres..."
    “Oh ! comme il se trompe dans ses calculs, celui qui se démène le dimanche avec la pensée qu'il va gagner plus d'argent ou faire plus d'ouvrage ! Est-ce que deux ou trois sous pourront jamais compenser le tort qu'il se fait à lui-même en violant la loi du bon Dieu ? Vous vous imaginez que tout dépend de votre travail ; mais voilà une maladie, voilà un accident... Il faut si peu de choses ! un orage, une grêle, une gelée. Le bon Dieu, avec la prière peut vous éviter tant de déboires, mais il peut aussi simplement laisser faire...”
    Aucun orage n’a détruit les récoltes durant la présence du saint Curé à Ars.
    Une femme est venue trouver son Curé pour lui demander de ramasser son foin ce dimanche.
    "Mais, lui dit le Curé, ce n'est pas nécessaire ; votre foin ne risque rien." Cette femme insista, disant : "Vous voulez donc que je laisse périr ma récolte ?" Elle mourut le soir même... Son éternité était plus en danger que sa récolte...
    “Travaillez, non pour la nourriture qui se perd, mais pour celle qui demeure dans la vie éternelle. Que vous revient-il d'avoir travaillé le dimanche ? Vous laissez bien la terre telle qu'elle est quand vous vous en allez ; vous n'emportez rien. Ah ! quand on est attaché à la terre, il ne fait pas bon s'en aller !... Pourtant, notre premier but est d'aller à Dieu ; nous sommes sur la terre pour cela... Le dimanche, c'est le bien du bon Dieu ; c'est son jour à Lui, le jour du Seigneur.”
    “Il a fait tous les jours de la semaine ; il pouvait tous les garder, il vous en a donné six, il ne s'est réservé que le septième ; il veut qu'en ce jour, vous ne travailliez nullement, pas plus que si vous étiez à l'agonie.”
    “De quel droit touchez-vous à ce qui ne vous appartient pas ? Vous savez que le bien volé ne profite jamais. Le jour que vous volez au Seigneur ne vous profitera pas non plus. Vous avez deux moyens pour devenir pauvre : travailler le dimanche et prendre le bien d'autrui.

    Ces paroles du Curé d’Ars sont toujours d’actualité. Mais comment la sanctification du Dimanche pourra-t-elle être possible si les trois quarts de la population travaillent ? Il ne faut pas s’y tromper, tout a été fait pour que, après la destruction de la famille, les atteintes à la vie, avec la mondialisation qui ruine le travail de nos pays développés, nous arrivions à la destruction de toute l’organisation religieuse morale et sociale catholique...
    Le problème est bien là : la France et la plupart des pays d'Europe, sous une action souterraine bien programmée, ont, sans s’en rendre compte, été amené à apostasier. Les écrits de l’Ancien et du Nouveau Testament, les Pères de l'Eglise, la Foi, n'intéressent plus... La doctrine sociale de l’Eglise est attaquée jusque dans ses racines. La femme, devenue l’égale de l’homme et non plus son complément, se doit de faire carrière et, en ne voulant presque plus devenir mère, nous prépare des lendemains difficiles avec un déficit important de naissances (à moins que Dieu intervienne comme Il nous l’a promis !)...
    Le 2 avril 1816, selon une tradition historique bien établie, le laboureur
    de Gallardon, Thomas Martin a été reçu par Louis XVIII, à qui il a révélé, par ordre de l'Archange Raphaël, qu'il fallait impérativement "sanctifier le Jour du Seigneur !"
    Mais si le Saint Curé d'Ars a ramené le repos du dimanche dans sa paroisse, il nous faut compter aujourd’hui sur les croyants de bonne volonté pour revenir à la Messe au moins chaque Dimanche afin de redonner vie à nos églises et à nous-mêmes. Il faut aussi que les catholiques ne se rendent pas le dimanche dans les magasins ouverts ! Car ceux qui font le plus de tort au repos dominical sont ceux qui alimentent ce système et pas forcément ceux qui ne gagnent pas beaucoup et essaient d'arrondir leur fin de mois, le Seigneur sera plus indulgent pour ces derniers...
    Le dimanche est le jour de repos commun à la grande majorité des Français. Il est vrai qu’un quart des salariés est obligé de travailler ce jour-là (pas forcément de gaîté de cœur). Le Dimanche est un jour de ressourcement en famille, et aussi de détente sociale. Plus généralement et prosaïquement, c'est un jour de repos. Cette possibilité de rythmer la semaine de manière régulière est importante. Si dans un couple ou dans une famille, l'un des conjoints ou parent travaille le dimanche, le repos familial est incomplet, dans le sens où les enfants ne peuvent bénéficier de la présence des deux parents et où les deux conjoints se manquent l'un l'autre. Nous pouvons également remarquer que les visites à la famille risquent d'être rendues plus difficiles et amener encore plus l'abandon des plus âgés à eux-mêmes (Je ne peux pas venir te voir, mon mari travaille !).
    Le travail, notion hautement noble, n'a pas à devenir l'otage d'une course ou crise économique ; ce serait dévaluer sa valeur et celle des travailleurs. L'Etat n’a pas non plus à défaire le tissu social et religieux si important pour vivre ensemble, mais à unir et à créer un Pays où il fait bon vivre.
    Un programme réalisable avec le Bon Dieu... Valable pour chacun de nous !

 

 

 

 

Ce récit m'a été envoyé par une amie, et, ayant travaillé moi-même pendant quatre années consécutives les dimanches et jours fériés (sans être rémunérée !), je peux témoigner que durant tout ce temps je n'avais plus de vie de famille avec mon époux et mon enfant.

Plus de points de repère, plus rien de commun avec mes proches, et aujourd'hui je comprends mieux les choses, car travaillant dans le commerce à cette époque, les recettes étaient quasiment nulles les dimanches.

Eh oui, quand on est loin de Dieu !

Véronique J.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Des statues de l'Enfant Jésus faisant couler du Sang.

27 Avril 2010, 08:31am

Publié par Véronique J.

Une statue de l'Enfant Jésus fait couler du Sang.

Une autre statue où l'Enfant Jésus est dans les bras de Saint Joseph.

C' est rapporté ici.

 

 

 

Voir les commentaires

Un site pour les enfants (Jeux, puzzles)

26 Avril 2010, 20:15pm

Publié par Véronique J.

Un site pour les enfants :

- jeux

-puzzles

C'est sur http://biblegamezone.com/

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>