Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Convertissez-vous et croyez à l'Evangile de la vie

27 Juin 2008, 14:41pm

Publié par lala

Monseigneur CATTENOZ, Archevêque, Diocèse d'Avignon

Devant des chiffres accablants, devant une actualité brûlante sur de nombreux sujets sensibles, au moment où notre pays prend la présidence de l’Union Européenne, au moment où notre pays s’apprête à prendre des décisions graves touchant à la vie, je ne peux garder le silence.

Évêque, successeur des apôtres, appelé à être témoin du Christ et de son l’Évangile, je voudrais inviter tous les chrétiens de mon diocèse, tous les hommes politiques, tous les hommes de bonne volonté et je pense tout particulièrement aux parents, tous je vous invite à avoir le courage de regarder la situation en face pour reconnaître tous les « non à la vie » qui ont marqué l’histoire de notre pays et de l’Europe depuis plus de quarante ans.

Nous avons une véritable conversion à opérer, mais n’ayons pas peur, Celui qui est la source de la Vie a commencé son ministère par ces mots : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ». N’ayons pas peur d’entrer dans un chemin de conversion par rapport à toutes les cultures de mort qui traversent l’Europe d’aujourd’hui, n’ayons pas peur de redécouvrir la beauté et la grandeur de la Vie que le Christ nous donne, et soyons les témoins de cet Évangile de la Vie dans l’Europe d’aujourd’hui.

Des chiffres accablants

· Dans l’Union Européenne, un avortement toutes les 27 secondes, 133 à l’heure ; l’avortement est la première cause de mortalité en Europe.

· Dans l’Union Européenne, un mariage se rompt toutes les 30 secondes.

· Dans l’Union Européenne, entre 1980 et 2006, le nombre de mariages a diminué de plus de 737000, une perte de 23,9 %.

· Dans l’Union Européenne, sur 5 209 942 naissances, 1 766 733 se sont produites en dehors du mariage, soit 33 % et la France occupe la première place avec 419 192 naissances hors mariage, soit 50,5 %.

· Dans l’Union Européenne, 80 % de la croissance démographique est due à l’immigration ; en 2006, le taux de fécondité était de 1,56 enfant par femme. En Allemagne, aujourd’hui, 100 parents ont 64 enfants et 44 petits enfants ; en deux générations la population allemande hors immigration diminue de moitié.

· Les foyers européens sont de plus en plus solitaires : dans l’Union Européenne, un foyer sur 4 compte seulement une personne.

Une actualité brûlante

· Le Parlement britannique vient d’autoriser les chercheurs à réaliser des embryons hybrides humains-animaux ; ils pourront ainsi transférer des cellules humaines dans des ovocytes animaux desquels a été retiré leur ADN de façon à disposer de cellules souches pour la recherche, cellules qu’ils seront cependant tenus de détruire avant le 15e jour de vie. L’union homme-animal, même si elle n’est pas sexuelle, représente une horreur qui a toujours été le plus fermement condamnée. Rompre cette barrière ouvre la porte à des monstruosités qui peuvent se révéler lourdes de conséquences pour l’humanité tout entière.

· Toujours en Grande-Bretagne, la loi autorise les femmes à recourir aux techniques de la procréation artificielle sans qu’un père soit nécessaire (méthode réclamée par les couples de lesbiennes).

· Toujours en Grande-Bretagne, dans les écoles, il n’est dorénavant plus possible de faire référence au père et à la mère, mais au géniteur A et au géniteur B. Le temps est fini où les premiers mots prononcés par un enfant étaient « Papa » et « Maman », désormais au nom de la loi, ce sera « A » et « B ».

· Dans de nombreux pays européens s’amplifie l’idée que la famille naturelle est réactionnaire, homophobe et discriminatoire à l’égard de toutes les autres formes d’unions.

· À un an de la révision de la loi de bioéthique, la question de la mère porteuse occupe actuellement la scène française. Interdite en 2004 et unanimement condamnée, aujourd’hui les instances médicales, juridiques et politiques ne s’interrogent plus sur la légitimité du recours aux mères porteuses, mais réfléchissent déjà à la manière de l’encadrer. Or, de telles pratiques remettent en cause un des principes les plus fondamentaux et les plus anciens du droit : « La mère est celle qui accouche de l’enfant. » Quand on sait tous les liens qui se tissent entre la mère et l’enfant qu’elle porte dans son sein, quelles seront les conséquences de telles pratiques sur l’enfant ? Quels seront ses liens de parenté avec tous ceux et celles qui auront participé à sa naissance ? Une telle pratique n’est-elle pas une instrumentalisation de la femme, une véritable chosification du corps humain ? Quant à l’enfant n’est-il pas également réduit à être un bien de consommation ?

· Le vote au Conseil de l’Europe en avril dernier, d’une résolution intitulée « Accès à un avortement sans risque et légal en Europe » qui fixe trois objectifs : dépénaliser l’avortement si ce n’est déjà fait ; nécessité de garantir “l’accès effectif à ce droit” (nº 3) et lever les restrictions qui entravent l’accès à un avortement sans risque ; favoriser l’accès à la contraception et rendre obligatoire l’éducation sexuelle des jeunes (nº 7).

· Parlons justement de l’éducation sexuelle des jeunes : que penser des catalogues publiés sous l’estampille de la République et qui présentent la gamme complète des préservatifs ou des contraceptifs avant ou après, le tout avec descriptif détaillé et en images de la mise en place et du retrait. Est-ce cela éduquer nos enfants et nos jeunes ?

· Mais il est un autre phénomène envahissant, celui de la pornographie qui s’étale complaisamment dans les médias et qui s’expose à tous les regards sur les murs de nos villes. Il s’agit de véritables agressions subies sans pouvoir s’en défendre. De la même manière, si vous cherchez à utiliser internet pour commander un livre ou un vêtement, il est de plus en plus difficile d’éviter les fenêtres intempestives qui s’invitent à votre corps défendant pour vous provoquer, vous pousser à la tentation de surfer quelques instants sur des sites dont vous savez très bien qu’ils vous feront du mal même à nous les adultes. Mais qu’en sera-t-il de nos enfants et de nos jeunes fascinés par les écrans de leurs ordinateurs et de leurs portables. Cette déferlante de pornographie les encourage, les pousse à céder à toutes les pulsions qui habitent leur être en construction en faisant exploser tabous et interdits.

· L’affaire Lydie Debaine du 9 avril 2008 : au-delà de la compassion nécessaire pour la souffrance de cette femme, comment ne pas s’interroger sur les déclarations de son avocate : « Cet acquittement ne doit pas être interprété comme un permis de tuer, mais comme la reconnaissance d’un acte juste, d’un acte d’amour ». Mais alors, un tel acquittement ouvre la porte à l’atteinte volontaire à la vie des handicapés ; mettre à mort un handicapé par amour n’est donc pas un crime. Une telle affaire pose la question de l’infanticide des handicapés, des nouveau-nés handicapés.

· Les uns après les autres, les pays européens légalisent l’euthanasie et les médias profitent des affaires pour relancer le débat. Actuellement, en France, une proposition de loi visant à légaliser l’euthanasie circulerait parmi les parlementaires. Députés et sénateurs subissent, depuis plusieurs semaines de lourdes pressions de la part du lobby de l’euthanasie. Mais, la première question est d’abord de développer les soins palliatifs et de continuer à combattre la douleur et la souffrance, et beaucoup reste à faire en ce domaine, malgré l’aspect positif de récentes déclarations gouvernementales. Tout l’enjeu est l’accompagnement de la fin de la vie, quelque chose peut toujours être fait pour quelqu’un qui souffre, pour soulager, accompagner l’angoisse, prendre soin. Mais une société, qui veut éradiquer la souffrance, en vient très vite à éradiquer les souffrants.

· Et la liste n’est pas close…

SUITE ET SOURCE

Voir les commentaires

Les morts subites et imprévues ...

27 Juin 2008, 10:09am

Publié par lala

Les morts subites et imprévues sont-elles une justice ou une miséricorde du Bon Dieu ?

- Ces sortes de morts sont quelquefois une justice et quelquefois une miséricorde. Quand une âme est craintive et que Dieu sait qu'elle est préparée et prête à paraître devant lui, pour lui épargner les frayeurs qu'elle pourrait avoir au dernier moment, il la retire de ce monde par une mort subite.
Quelquefois aussi le Bon Dieu prend les âmes dans sa justice. Elle ne sont pas pour cela toutes perdues, mais privées des derniers sacrements ou les recevant à la hâte, sans s'être préparées au dernier passage, leur Purgatoire est bien plus douloureux et se prolonge davantage.
D'autres, ayant comblé la mesure de leurs crimes et étant restées sourdes à toutes les grâces divines, le Bon Dieu les enlève de la terre afin qu'elles n'y encouragent pas davantage sa vengeance.

Soeur Marie-Gabrielle (du purgatoire)
à Soeur marie de la Croix
Année 1879

Le Manuscrit du Purgatoire
Sanctuaire de Montligeon
Pierre TEQUI éditeur (ICI)

Voir les commentaires

Le Manuscrit du Purgatoire (livre indispensable)

27 Juin 2008, 09:58am

Publié par lala

 Sanctuaire de Montligeon

Pierre TEQUI éditeur


" Si je vais au Purgatoire, c'est vous qui m'en retirerez... "

Cette boutade de Soeur Marie-Gabrielle, religieuse augustine de Valognes, à sa Supérieure, Mère Marie de la Croix, le Seigneur devait la prendre au mot.

Comment Mère Marie de la Croix obtiendra-t-elle la délivrance de sa compagne, morte en 1871, à l'âge de 36 ans ?
Non par des révélations de l'au-delà, mais bien par la sainteté de sa vie, sainteté vers laquelle Soeur Maire-Gabrielle stimulera et dirigera son ancienne Supérieure.
Le présent ouvrage reproduit ce travail de sanctification de l'une, condition de la délivrance de l'autre.
Sa lecture, plus qu'impressionnante, est avant tout riche d'enseignements pour chacun de nous !

Voir les commentaires

Les tentations : comment y réagir ?

25 Juin 2008, 12:14pm

Publié par lala

Au moment de la tentation, il faut renouveler fermement les promesses de son baptême. Lorsque vous êtes tentés, offrez au bon Dieu le mérite de cette tentation pour obtenir la vertu opposée. Si vous êtes tentés d'orgueil, offrez la tentation pour obtenir l'humilité ; de mauvaises pensées, pour obtenir la pureté ; si c'est contre votre prochain, la charité.
Offrez aussi la tentation pour demander la conversion des pécheurs : ça dépite le démon et le fait fuir, parce que la tentation se tourne contre lui.
Allez ! après cela il vous laissera bien tranquilles.

Saint Curé d'Ars


Voir les commentaires

Le ciel

25 Juin 2008, 12:08pm

Publié par lala

Notre-Seigneur récompensait la foi des saints en leur montrant sensiblement le ciel. Il y en a qui se promenaient sensiblement au paradis. Saint Etienne, pendant qu'on le lapidait, voyait le ciel ouvert sur sa tête. Saint Paul y fut ravi et déclara ne pouvoir donner une idée de ce qu'il avait vu. Sainte Thérèse d'Avila vit le ciel, et, comme elle le dit, tout sur la terre ne lui sembla plus que de l'ordure.

Saint Curé d'Ars

Voir les commentaires

Un mauvais chrétien

25 Juin 2008, 12:05pm

Publié par lala

Un mauvais chrétien ne peut pas comprendre cette belle espérance du ciel, qui console et anime un bon chrétien. Tout ce qui fait le bonheur des saints lui paraît dur, incommode.

Saint Curé d'Ars

Voir les commentaires

Les saints

25 Juin 2008, 12:03pm

Publié par lala

Les saints n'étaient pas attachés aux biens comme nous ; ils étaient attachés à ce qui doit les contenter pendant toute l'éternité.

Saint Curé d'Ars

Voir les commentaires

Pourquoi les anges ?

24 Juin 2008, 11:40am

Publié par lala

Le septième jour de la création, l'Ecriture sainte nous dit que Dieu se reposa. Il avait bien travaillé. Il avait bien joué aussi : ludens in orbem terrarum, jouant sur l'orbre de la terre (Prov. 8, 31), faisant ses délices avec les enfants des hommes (Gen, 1, 31), se promenant dans le paradis à la brise du jour, et avouant qu'il trouvait l'oeuvre de sa création bonne, et même très bonne : Erant valde bona (1). Que voilà un créateur aimable et facétieux, admiratif de son oeuvre comme un potier faisant jouer son vase à la lumière du jour avec satisfaction, avant de le peindre des plus vives couleurs !



Pensez donc avec quelle heureuse liberté d'invention le Seigneur s'est amusé à faire surgir du néant cette infinité de petites créatures, aussi drôles que ravissantes, afin d'y contempler comme dans un miroir les mille facettes de sa gloire : ces poissons en robe d'étoiles, aux ailes de mousseline qui ondulent sous les mers, ces oiseaux aux couleurs de rêve, ces mamifères aux moeurs incroyables qui vont de la danse nuptiale jusqu'aux combats les plus féroces.

Et que dire de l'univers astral ? Un jour, comme on demandait à Newton s'il croyait en Dieu, il déploya son bras en balayant le ciel et répondit : "Regardez !" Il aurait pu dire comme saint Augustin dans les Confessions : "J'interrogeais le ciel, le soleil, la lune et les étoiles ; pour les interroger il m'a suffit de les regarder, et c'est leur beauté qui m'a répondu." Mais, direz-vous, que viennent faire les anges dans tout cela ? Eh bien, les anges existent parce que la splendeur du monde visible n'épuise pas la puissance et la générosité du don divin. De même qu'entre le mvégétal et l'homme il existe un monde animal qui représente un état intermédiaire, de même entre Dieu et l'homme il y a une partie cachée de la création, la plus belle assurément et la plus différenciée, que Dieu s'est réservée pour lui seul, comme immergée dans le secret de sa gloire, c'est le monde immense, invisible à nos yeux de chair, que représentent les hiérarchies célestes.

Plus encore que la faune et la flore, plus encore que le monde astral qui gravite au-dessus de nos têtes (des milliards d'étoiles !), la création angélique traduit la générosité d'un Dieu qui se donne et qui donne à ses créatures le pouvoir de se donner à leur tour.

Et pendant ce temps, l'homme moderne, ignorant de cette symphonie qui se joue au-dessus de lui, crétin imbu de téchnologie, puceron terrien gonflé de son importance planétaire, mais secrètement angoissé d'une grippe qui peut se tourner demain en cancer des poumons, oublie que l'humanité terrestre n'est que la grande infime d'un immense univers infiniment plus vivant, plus riche et plus vaste, où chacun de ces myriades d'esprits purs chante la gloire de Dieu et reflète une face particulière de la splendeur divine.


"CATECHISME DES ANGES"
Editions Sainte-Madeleine

Voir les commentaires

Les anges : Hommage à nos frères du Paradis

24 Juin 2008, 11:23am

Publié par lala

Notre parenté avec les anges, ces merveilleuses créatures semblables à nous par le don de la grâce sanctifiante, ignorés malgré leur infatigable service d'amour envers des milliards d'êtres humains qui les oublient, pleins de sollicitude pour l'Eglise qu'ils admirent, le cosmos qu'ils surveillent, les nations qu'ils protègent, méconnus malgré une présence active dans une prière liturgique ouverte sur le paradis, dans le culte incessant d'adoration et de louange qu'ils rendent au Dieu trois fois saint, leurs apapritions furtives affleurant le monde terrestre, leur sourire consolateur et parfois leur sévérité, la tendre amitié dont ils entourent sans cesse notre existence quotidienne, suivie de l'incroyable ingratitude dont nous les payons de retour, ont suscité chez certains d'entre nous le désir de scruter un dogme que l'inconscience et l'ignorance des hommes plus que leur malice a fait tomber dans l'oubli.
La Sainte Ecriture et la liturgie, les mandements des évêques, l'enseignement du magistère et la pité du peuple fidèle, non moins que la réflexion théologique, ont fini par offrir un éclairage convergent capable de nous introduire dans le monde invisible de ces êtres à la fois si mystérieux et si proches.

Puisse ce modeste recueil présenté sous forme de catéchisme contribuer à faire connaître et aimer toujours davantage ceux dont une "admirable disposition de la Providence" (miro ordine) a voulu faire, au travers des épreuves de la vie présente, les ardents défenseurs et les gardiens secourables de leurs frères d'ici-bas.


"CATECHISME DES ANGES"
Editions Sainte-Madeleine

ICI

Voir les commentaires

Pour l'éternité !

23 Juin 2008, 19:31pm

Publié par lala


Il n'y a qu'une seule chose que l'on gagne par le diable : c'est l'enfer. 
Pas pour une semaine, un mois, un an, mais pour l'éternité.


Véronique J.



Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>