Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Le bébé, dès les premiers stades du développement peut ressentir la douleur

28 Janvier 2008, 19:08pm

Publié par lala


Selon le Pr Sunny  Anan

SOURCE

Voir les commentaires

L'éclat de la rose et le parfum de la petite violette

28 Janvier 2008, 16:27pm

Publié par lala

L’éclat de la rose et le parfum de la petite violette

Longtemps je me suis demandé pourquoi le bon Dieu avait des préférences, pourquoi toutes les âmes ne recevaient pas un égal degré de grâces, je m'étonnais en le voyant prodiguer des faveurs extraordinaires aux saints qui l'avaient offensés, comme saint Paul, saint Augustin et qu'il forçait pour ainsi dire à recevoir ses grâces ; ou bien en lisant la vie des saints que Notre-Seigneur s'est plu à caresser du berceau à la tombe, sans laisser sur leur passage aucun obstacle qui les empêchât de s'élever vers lui et prévenant ces âmes de telles faveurs qu'elles ne pouvaient ternir l'éclat immaculé de leur robe baptismale, je me demandais pourquoi les pauvres sauvages, par exemple, mouraient en grand nombre avant d'avoir même entendu prononcé le nom de Dieu... Jésus a daigné m'instruire de ce mystère. Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j'ai compris que toutes les fleurs qu'Il a créées sont belles, que l'éclat de la rose et la blancheur du lys n'enlèvent pas le parfum de la petite violette ou la simplicité ravissante de la pâquerette... J'ai compris que si toutes les petites fleurs voulaient être des roses, la nature perdrait sa parure printanière, les champs ne seraient plus émaillés de fleurettes...(...)
J'ai compris encore que l'amour de Notre-Seigneur se révèle aussi bien dans l'âme la plus simple qui ne résiste en rien à sa grâce que dans l'âme la plus sublime. (...)
De même que le soleil éclaire en même temps les cèdres et chaque petite fleur comme si elle était seule sur la terre, de même Notre-Seigneur s'occupe aussi particulièrement de chaque âme que si elle n'avait pas de semblables ; et comme dans la nature les saisons sont arrangées de manière à faire éclore au jour marqué la plus humble pâquerette, de même tout correspond au bien de chaque âme.

p.20-22

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus
Manuscrits autobiographiques
Office central de Lisieux (coll. Livre de Vie n° 8), 1995.

Voir les commentaires

S'engager dans une vie de prière : pourquoi ?

28 Janvier 2008, 16:17pm

Publié par lala

S’ENGAGER DANS UNE VIE DE PRIERE : POURQUOI ?


Edith Stein, philosophe juive allemande et disciple de Husserl, est entrée en 1933 au Carmel de Cologne, dans le contexte brûlant d’une Allemagne où le nazisme s’impose. Elle prend au Carmel le nom de Thérèse-Bénédicte de la Croix, creusant là le mystère de la Croix, dans un lien très fort avec son peuple (le peuple juif et le peuple allemand). Elle s’était convertie en 1921 en lisant la « Vie » de Sainte Thérèse d’Avila. En 1933, sa décision, longtemps mûrie, d’entrer au Carmel est sa réponse à la montée en puissance du nazisme, dont elle entrevoit très tôt les conséquences dramatiques. Arrêtée en 1942 au Carmel d’Echt en Hollande, elle meurt le 9 août à Auschwitz. Elle a été canonisée en 1998.
Dans le texte qui suit, Edith Stein fait une synthèse des courants qui agitaient alors l’Eglise allemande, l’un insistant sur la prière intérieure (« subjective ») et l’autre insistant sur la prière ecclésiale et les formes traditionnelles (« objective »). Elle laisse surtout transparaître ce qui constitue le cœur de son engagement au Carmel, dans une vie de prière.
En préparation du dimanche 25 janvier où les Sœurs Adeline et Marie-Hélène vont s’engager (à l’église St-Ignace) en faisant profession perpétuelle au Carmel St Joseph, cette parole est bienvenue.

Qu’est-ce qui donna donc à sainte Thérèse d’Avila, qui consacra à la prière des décennies de sa vie dans la cellule d’un monastère, le désir ardent d’œuvrer pour la cause de l’Eglise et la lucidité pour discerner la détresse et les besoins de son temps ? Précisément le fait qu’elle vivait dans la prière, qu’elle se laissait toujours plus profondément attirer par le Seigneur à l’intérieur du «château » de son âme. C’est pourquoi elle ne put faire autrement que de « brûler d’un zèle ardent pour le Seigneur Sabaoth » (paroles de notre saint père Elie qui ont été retenues comme devise sur le blason de notre ordre).
Dans le secret et le silence s’accomplit l’œuvre de la Rédemption. Dans le silencieux dialogue du cœur avec Dieu, les pierres vivantes sont préparées pour édifier le Royaume de Dieu, les instruments sont forgés pour servir à la construction. Le fleuve mystique, qui perdure à travers tous les siècles, n’est pas un bras isolé et secondaire, qui se serait séparé de la vie de prière de l’Eglise, il est sa vie la plus intime. Lorsqu’il lui arrive de faire éclater les formes traditionnelles, c’est parce que l’Esprit vit en lui, cet Esprit qui souffle où il veut : lui qui a suscité toutes les formes traditionnelles et doit toujours en susciter de nouvelles. Sans lui, il n’y aurait ni liturgie ni Eglise.

L’âme du psalmiste n’était-elle pas une harpe dont les cordes vibraient et chantaient au moindre souffle de l’Esprit Saint ? L’hymne de joie du Magnificat a jailli du cœur débordant de la Vierge comblée de la grâce divine. Les lèvres du vieux prêtre devenu muet s’ouvrirent pour entonner le chant prophétique du Benedictus lorsque la parole obscure de l’ange devint réalité visible. Ce qui est monté un jour d’un cœur comblé par l’Esprit et a trouvé son expression en paroles et en musique se transmet et demeure sur les lèvres. C’est bien l’office divin de veiller à ce qu’il continue de résonner de génération en génération. C’est ainsi que le fleuve mystique forme ce chant polyphonique qui va s’amplifiant sans cesse, louange au Dieu Trinité, à Celui qui crée, qui sauve, qui mène tout à l’achèvement. Il n’est donc pas question de concevoir la prière intérieure, libre de toutes formes traditionnelles, comme la piété « subjective », et de l’opposer à la liturgie qui serait la prière «objective » de l’Eglise.

Toute prière véritable est prière de l’Eglise : à travers toute prière véritable, il se passe quelque chose dans l’Eglise et c’est l’Eglise elle-même qui la prie car c’est l’Esprit Saint vivant en elle qui, en chaque âme unique, «intervient pour nous par des cris inexprimables ». Voilà justement la prière « véritable » : car « sans le Saint Esprit, personne n’est capable de dire : ‘Jésus est le Seigneur’ ». Que serait la prière de l’Eglise si elle n’était l’offrande de ceux qui, brûlant d’un grand amour, se donnent au Dieu qui est amour ?

Edith Stein

« La prière de l’Eglise », 1936,
Source cachée,
Ed. Cerf / Ad Solem, 1998 

SOURCE


Voir les commentaires

Être victime d'injustices

26 Janvier 2008, 22:23pm

Publié par lala

Lorsque vous êtes victime d'injustices,
sachez que le monde ne vous aidera pas, car il est cruel.
Une seule personne connaît vos souffrances et vos larmes,
elle sait tout dans les moindres détails, et,
vous pourrez trouver auprès d'elle tout le réconfort nécessaire
pour vous aider à porter vos croix difficiles.
Offrez-lui vos larmes, offrez-lui et criez-lui vos douleurs.
Cette personne c'est Dieu, Lui seul peut vous aider, et Il le veut.

Véronique

Voir les commentaires

Un rabin influent en Israël aurait vu le Messie !

25 Janvier 2008, 20:39pm

Publié par lala

Stupeur en Israël, selon un rabbin important : Jésus est le Messie !

Un rabbin influent d’Israël révèle le nom du Messie : stupeur parmi ses disciples. Jésus est le Messie !

Yitzhak Kaduri, rabbin influent en Israël, a écrit le nom du Messie attendu par les juifs sur un papier, peu de temps avant sa mort à l’âge de 108 ans. Quelques mois avant son décès, il avait dit à ses disciples pour le Yom Kippur qu’il avait rencontré le Messie ; ceci est confirmé par son fils : "Mon père a rencontré le Messie lors d’une vision, et nous a dit qu’il viendrait bientôt".

Il semble que les derniers jours de sa vie, le Rabbin Yitzhak Kaduri parlait sans cesse de la venue du Messie et de la Rédemption par ce même Messie.

Il avait auparavent publié quelques portraits du Messie, qui ne sont pas sans rappeler Celui du Nouveau Testament. Quant au nom du Messie, il avait demandé à ce que le document qui le renferme soit gardé secret jusqu’à maintenant.

Car la nouvelle n’est pas vraiment fraîche : selon ce document, le Messie des juifs ne serait autre que... Jésus !

Voici ce qu’il écrivit sur sa brève note :

"A propos de l’abréviation du nom du Messie : il élèvera le peuple et prouvera que sa Parole et sa Loi sont valides (en Hébreu : Yarim Ha’Am Veyokhiakh Shedvaro Vetorato Omdim).
C’est ce que j’ai signé de ma main durant le mois de la miséricorde.
Yitzhak Kaduri".

Les premières lettres de la phrase "Yarim Ha’Am Veyokhiakh Shedvaro Vetorato Omdim" donnent en hébreu le nom de Jésus : Yehoshua ou Yeshua.

La polémique fait désormais rage dans les milieux juifs orthodoxes, certains évoquant un faux, d’autres reconnaissent que la note est authentique.

SOURCE

Voir les commentaires

Les évêques et les anges

18 Janvier 2008, 15:42pm

Publié par lala

Les évêques doivent être comme des anges.

source

Voir les commentaires

L'importance de lire la Bible, et de la connaître

18 Janvier 2008, 15:38pm

Publié par lala

Benoît XVI : " Ignorer les écritures c'est ignorer le Christ "

SOURCE

Voir les commentaires

Le cimetière des enfants

18 Janvier 2008, 15:35pm

Publié par lala

extrait de l'homélie de Jean Paul II en 1991, lors de son voyage en Pologne

"à ce cimetière de la cruauté humaine en notre siècle, ...."

source

Voir les commentaires

Pilule : ses dangers

18 Janvier 2008, 15:32pm

Publié par lala

La pilule contraceptive est dangereuse pour la santé.

Le saviez-vous ?

source

Voir les commentaires

La chance

15 Janvier 2008, 18:28pm

Publié par lala

La chance n'existe pas.

C'est la grâce, c'est pas la chance !

C'est la grâce
c'est la providence
c'est l'amour et la tendresse de notre Père du Ciel qui sans cesse accompagne notre vie.

(paroles d'un prêtre)

Voir les commentaires

1 2 > >>