Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

31 décembre Saint Sylvestre (Pape).

31 Décembre 2012, 09:15am

Publié par Véronique

 

Saint Sylvestre, Pape

Sylvestre, fils du prêtre Rufin, était un romain, mais ses origines sont obscurcies par toutes sortes de légendes. Sa mère, Justa, confia son éducation au prêtre Cyrinus. Il n’est pas douteux qu’il s’est bien conduit pendant la persécution de Dioclétien (284-305), ce qui lui a valu le titre de « très glorieux. » Il pratiqua l'hospitalité avec le plus grand courage en hébergeant un chrétien d’Antioche, Timothée, qui après avoir fait beaucoup de conversions fut décapité sur l'ordre du préfet de la ville, Tarquinius ; Sylvestre emporta le corps du martyre et, avec le pape Miltiade, il l'ensevelit près du tombeau de saint Paul, dans le jardin d'une pieuse dame, Théona. Tarquinius fit alors arrêter Sylvestre, le somma de livrer les biens de Timothée et d'apostasier. Sylvestre refusa et fut envoyé en prison d’où il fut libéré après que Tarquinius se fut étranglé avec une arête de poisson. Le pape Miltiade l'ordonna prêtre.

Elu à la succession de Miltiade, Sylvestre fut pape pendant près de vingt-deux ans (du 31 janvier 314 au 31 décembre 335) sous le règne de Constantin le Grand (306-337), gouvernant l’Eglise à l’époque où elle passait de la persécution au pouvoir ; cependant, il semble n’avoir joué qu’un rôle insignifiant dans les grands événernents en cours. Il eut la satisfaction de voir l'Eglise de Rome enrichie et embellie par les largesses impériales auxquelles on doit de grands édifices comme la Basilique Constantinienne (plus tard Saint-Jean-du-Latran) avec son baptistère, et les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul.

Le pape Sylvestre organisa parfaitement le service des pauvres. Un évêque de Pamphilie, Luphronius ou Euphrosynus, vint à Rome ; ses discours et ses gestes donnèrent à Sylvestre l'occasion de divers règlements : il prescrivit aux prêtres et aux diacres de porter le colobium, tunique flottante et sans manches ; il ordonna de remplacer le nom des dieux que portaient les jours par les numéros des féries, il fit des dimanches et des jeudis des jours de fête, des mercredis, vendredis et samedis des jours de jeûne. Aux Grecs qui s'étonnaient de cette ordonnance, il rétorqua que le jeudi était le jour de l'Ascension et de l’institution de l'Eucharistie et que, puisque chaque dimanche commémorait la Résurrection, chaque samedi devait rappeler le séjour du Christ au tombeau.

Saint Sylvestre mourut à un âge avancé et fut enterré dans le cimetière de Sainte-Priscille sur la Via Salaria (31 décembre 335).

 

.

Voir les commentaires

31 décembre : Sainte Catherine Labouré (apparitions de la rue du Bac).

31 Décembre 2012, 09:10am

Publié par Véronique


Sainte Catherine Zoé Labouré
Vierge, religieuse des Filles de la Charité
(1806-1876)

Fête liturgique : le 28 novembre pour la Famille Vincentienne ;

le 31 décembre (dies natalis) pour l’Église Universelle.

C

atherine Zoé Labouré, neuvième enfant d'une famille de dix-sept, vint au monde le 2 mai 1806, à Fain-les-Moutiers, petit village de la Côte-d'Or. Enfant, elle était surtout connue par son deuxième prénom, Zoé.

À neuf ans, elle perdit sa mère. On la vit alors monter sur une chaise, saisir la statue de Notre-Dame, l'embrasser longuement et la presser sur son cœur en disant : « Je n'ai plus de maman ; soyez vous-même ma maman, bonne Sainte Vierge ! »

À onze ans, la fillette dut remplir l'office de mère au foyer domestique. Prenant la direction intérieure de la ferme paternelle, elle devenait responsable des travaux domestiques. Malgré son peu d'instruction, Catherine s'occupa de former à la piété sa petite sœur et son petit frère. Après son travail, elle se rendait souvent à l'église et priait devant l'autel de la Vierge.

En 1830, après un séjour de deux ans chez deux de ses frères qui demeuraient près de Paris, Catherine Labouré fit trois mois de postulat à Châtillon-sur-Seine et entra au Séminaire des Filles de la Charité, rue du Bac, toujours à Paris. Sœur Catherine fut favorisée de grâces exceptionnelles durant les six mois de son noviciat. Au moment de la messe, Notre-Seigneur se manifestait à sa petite servante. Dans sa ferveur, elle désirait voir la Très Sainte Vierge et demanda cette faveur par l'intermédiaire de son ange gardien.

Dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830, veille de la fête de St Vincent de Paul, le cœur de ce Saint lui apparut dans la chapelle du couvent. La Ste Vierge lui apparut et lui prédit des souffrances à venir tout en l'assurant du soutien de ses grâces maternelles.

Lors de la deuxième apparition de la Reine du ciel, Catherine Labouré reçoit la mission de répandre la médaille miraculeuse par le monde et de faire éclore sur des milliers de lèvres l'invocation : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ! » La prière fut le premier moyen qu'employa la voyante pour remplir sa mission.

Sœur Catherine Labouré disait le chapelet avec tant d'onction et de grâce que les anciennes religieuses se faisaient un plaisir d'aller le réciter en sa compagnie. « Aimez bien votre Mère du ciel, avait-elle coutume de dire, prenez-la pour modèle ; c'est la plus sûre garantie du ciel. » Son deuxième moyen pour accomplir infailliblement sa mission de faire glorifier Marie et de sauver les âmes fut la pénitence qu'elle accomplit tout bonnement dans les emplois manuels les plus modestes dans lesquels elle se plaisait : service de la cuisine, soin de la basse-cour, garde de la porte.

Son carnet de retraite de 1839 nous révèle son désir de souffrir : « Ô Cœur Immaculé de Marie, sollicitez pour moi la foi et l'amour qui vous attacha au pied de la croix de Jésus. Ô doux objet de mes affections, Jésus et Marie, que je souffre pour vous, que je meure pour vous, que je sois toute à vous, que je ne sois plus à moi ! »

En janvier 1831, Catherine Labouré fut transférée à l'hospice d'Enghien, au Faubourg St-Antoine, à Paris. Employée d'abord à la cuisine, puis à la lingerie, elle demeura ensuite affectée pendant près de quarante ans à la salle des vieillards, ajoutant le soin de la basse-cour à cet office.

C'est dans cet obscur et généreux dévouement que la mort trouva cette fidèle servante de Dieu, le 31 décembre 1876. Elle trépassa à l'âge de soixante-dix ans. Cinquante-six ans après son décès, lors de l'ouverture de son tombeau, son corps fut trouvé dans un état de parfaite conservation.

Pour un approfondissement :

>>> Chapelle rue du Bac - Paris

 

 .

 

Voir les commentaires

31 décembre : l'Eglise fête le "Te Deum" d'action de grâce.

31 Décembre 2012, 09:05am

Publié par Véronique

31 décembre : l'Eglise fête le "Te Deum" d'action de grâce.
.
.

Voir les commentaires

dimanche 30 décembre 2012 : fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph.

30 Décembre 2012, 09:15am

Publié par Véronique

Saint FamillestjosephFête de la

Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph

BENOÎT XVI

Angelus - Place Saint-Pierre
Dimanche 27 décembre 2009

Chers frères et sœurs !

C'est aujourd'hui le dimanche de la Sainte-Famille. Nous pouvons encore nous mettre à la place des pasteurs de Bethléem qui, ayant reçu l'annonce de l'ange, s'empressèrent d'accourir à la grotte et trouvèrent « Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche » (Lc 2, 16).

Arrêtons-nous nous aussi pour contempler cette scène et réfléchissons sur sa signification. Les premiers témoins de la naissance du Christ, les pasteurs, se trouvèrent non seulement en face de l'Enfant Jésus, mais d'une petite famille : la Mère, le Père et le Fils nouveau-né. Dieu a voulu se révéler en naissant dans une famille humaine, et c'est pourquoi la famille humaine est devenue une icône de Dieu ! Dieu est Trinité, il est communion d'amour et la famille en est une expression qui reflète le Mystère insondable de Dieu amour, dans toute la différence qui existe entre le Mystère de Dieu et sa créature humaine. L'homme et la femme, créés à l'image de Dieu, deviennent dans le mariage « une seule chair » (Gn 2, 24), c'est-à-dire une communion d'amour qui engendre une nouvelle vie. La famille humaine, dans un certain sens, est une icône de la Trinité du point de vue de l'amour interpersonnel et de la fécondité de l'amour.

La liturgie d'aujourd'hui propose le célèbre épisode évangélique de Jésus âgé de douze ans qui reste au Temple, à Jérusalem, à l'insu de ses parents, qui, surpris et inquiets, l'y retrouvent après trois jours alors qu'il discute avec les docteurs. A sa mère qui lui demande des explications, Jésus répond qu'il doit « être dans la propriété », dans la maison de son Père, c'est-à-dire de Dieu (cf. Lc 2, 49).

Dans cet épisode, le jeune Jésus nous apparaît plein de zèle pour Dieu et pour le Temple. Demandons-nous : de qui Jésus avait-il appris l'amour pour les « choses » de son Père ? Assurément en tant que fils, il a eu une intime connaissance de son Père, de Dieu, d'une profonde relation personnelle permanente avec Lui, mais, dans sa culture concrète, il a assurément appris les prières, l'amour envers le Temple et les institutions d'Israël de ses propres parents. Nous pouvons donc affirmer que la décision de Jésus de rester dans le Temple était surtout le fruit de sa relation intime avec le Père, mais aussi le fruit de l'éducation reçue de Marie et de Joseph.

Nous pouvons ici entrevoir le sens authentique de l'éducation chrétienne : elle est le fruit d'une collaboration à rechercher toujours entre les éducateurs et Dieu. La famille chrétienne est consciente que les enfants sont un don et un projet de Dieu. Par conséquent, elle ne peut pas les considérer comme sa propriété, mais, en servant à travers eux le dessein de Dieu, elle est appelée à les éduquer à une plus grande liberté, qui est précisément celle de dire oui à Dieu pour faire sa volonté. La Vierge Marie est l'exemple parfait de ce « oui ». Nous lui confions toutes les familles, en priant en particulier pour leur précieuse mission éducative. [...]

Dieu, qui est venu au monde au sein d'une famille, montre que cette institution est la voie sûre pour le rencontrer et le connaître, et également un appel incessant à travailler à l'unité de tous autour de l'amour. Il s'ensuit que l'un des services les plus grands que nous chrétiens pouvons prêter à nos semblables est de leur offrir notre témoignage serein et ferme de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, en la sauvegardant et en la promouvant, car celle-ci possède une importance suprême pour le présent et l'avenir de l'humanité. En effet, la famille est la meilleure école pour apprendre à vivre les valeurs qui donnent sa dignité à la personne et rendent les peuples grands. Dans celle-ci, on partage également les souffrances et les joies, car l'on se sent tous protégés par l'affection qui règne à la maison, du simple fait d'être membres de la même famille.

Je demande à Dieu que dans vos foyers domestiques l'on respire toujours cet amour de dévouement total et de fidélité que Jésus apporta au monde avec sa naissance, le nourrissant et le renforçant par la prière quotidienne, la pratique constante des vertus, la compréhension réciproque et le respect mutuel. Je vous encourage donc, confiant dans l'intercession maternelle de la Très Sainte Vierge Marie, Reine des Familles, et dans la puissante protection de saint Joseph, son époux, à vous consacrer sans relâche à cette belle mission que le Seigneur a placée entre vos mains. Vous pouvez compter sur ma proximité et sur mon affection. Je vous demande d'apporter un salut particulier du Pape à vos proches qui en ont le plus besoin ou à ceux qui se trouvent en difficulté. Je vous bénis de tout cœur.

A l'issue de l'Angelus :

Chers pèlerins francophones, en cette fête de la Sainte-Famille de Jésus, Marie et Joseph, je suis heureux de saluer toutes vos familles et ma prière rejoint particulièrement celles qui connaissent des difficultés. Avec vous, je rends grâce à Dieu pour la sainte famille de Nazareth : Marie et Joseph n'ont pas seulement procuré à l'Enfant Jésus le pain de la terre ; ils lui ont donné un authentique témoignage de foi et d'amour. Que leur exemple guide toutes les familles et soit pour elles une source intarissable de joie et de bonheur !

A tous je souhaite une fin d'année sereine !

Voir les commentaires

27 décembre : Saint Jean - Apôtre et evangéliste.

27 Décembre 2012, 08:10am

Publié par Véronique

Saint Jean
Apôtre et Évangéliste
(† v. 103)

 

J

ean occupe une place de choix et dans l'Évangile et au sein du collège apostolique.

Représentant l'Amour, il marche à côté de Pierre, qui symbolise la Doctrine. Jésus semble avoir réservé à cet Apôtre les plus tendres effusions de son Cœur. Plus que tout autre, en effet, Jean pouvait rendre amour pour amour au divin Maître.

Le Sauveur prit plaisir à multiplier les occasions de témoigner envers son cher disciple une prédilection singulière : il le fit témoin de la résurrection de la fille de Jaïre ; il lui montra sa gloire sur le Thabor, au jour de sa transfiguration. Mais surtout, la veille de sa Passion, à la dernière cène, il lui permit de reposer doucement la tête sur son Cœur divin, où il puisa cette charité et cette science des choses de Dieu, qu'il répandit dans ses écrits et au sein des peuples auxquels il porta le flambeau de l'Évangile.

Une des gloires de St Jean fut d'être le seul, parmi les Apôtres, fidèle à Jésus dans ses souffrances ; il Le suivit dans l'agonie du calvaire ; il accompagna, dans ces douloureux instants, la Mère du Sauveur.

« Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : Femme, voici ton fils. Puis il dit au disciple : Voici ta mère. Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. » (Jn 19,26-27)

L'Apôtre, en cette circonstance, nous disent les Sts Docteurs, représentait l'humanité tout entière ; en ce moment solennel Marie devenait la Mère de tous les hommes, et les hommes recevaient le droit de s'appeler les enfants de Marie.

Il était juste que St Jean, ayant participé aux souffrances de la Passion, goûtât, l'un des premiers, les joies pures de la résurrection. Le jour où le Sauveur apparut sur le rivage du lac de Génésareth, pendant que les disciples étaient à la pêche, St Jean fut le seul à Le reconnaître. C'est le Seigneur, dit-il à Pierre. Jean était donc bien, comme tout l'Évangile le prouve, le disciple que Jésus aimait

 

 

 

Evangile de Saint Jean : Bible de Jérusalem

 

.

Voir les commentaires

Saint Etienne : lui casser les pieds aujourd'hui pour Marine !

26 Décembre 2012, 10:00am

Publié par Véronique

Je vous rappelle la présence de saint Etienne dans la vie de Marine, aussi, je voudrais que nous lui cassions un peu les pieds (c'est de l'humour) aujourd'hui, spécialement parce que c'est la saint Etienne et que l'Eglise le fête ce jour, afin de lui demander la guérison de Marine.

Marine a reçu les reliques de saint Etienne ces jours derniers, et j'ai toute confiance en lui et le seigneur pour qu'un miracle se produise.

Alors, si nous sommes plusieurs à lui demander ce miracle il va peut-être se dire qu'il faut faire quelque chose !!!

 

En union de prière fraternelle pour Marine. Merci !

Véronique

 

nous pouvons prier une dizaine de chapelet, ou un chapelet entier... 

.

Voir les commentaires

Célébrations de Noël présidées par le Pape Benoît XVI (messe de minuit [homélie, vidéo...], Solennité de la Nativité du Seigneur [Bénédiction Urbi et Orbi]

25 Décembre 2012, 22:06pm

Publié par Véronique

Le Noël de l'Année de la foi
[Italien]

LUNDI 24 DÉCEMBRE 2012

Solennité de la Nativité du Seigneur - Messe de la Nuit
22h, Basilique Vaticane

CHAPELLE PAPALE
Homélie du Pape Benoît XVI
[Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Polonais, Portugais]

Livret de la Célébration
(Vidéo)
Galerie photographique

MARDI 25 DÉCEMBRE 2012

Solennité de la Nativité du Seigneur
12h, Loggia centrale de la Basilique Vaticane
Bénédiction Urbi et Orbi
 
(Vidéo)
Galerie photographique

 

Source : site du Vatican

.

Voir les commentaires

25 décembre à medjurogje : message donné par l'enfant Jésus et non la Vierge Marie.

25 Décembre 2012, 21:44pm

Publié par Véronique

La Gospa est arrivée avec le Petit Jésus dans les bras et elle n’a pas donné de message ; mais le Petit Jésus s’est mis à parler et il a dit :
 
« Je suis votre paix. Vivez mes commandements
 
Du signe de la croix, la Gospa et le Petit Jésus nous ont bénis ensemble.
 
 

Voir les commentaires

Jésus de Nazareth (Film)

25 Décembre 2012, 11:27am

Publié par Véronique

.
.
 

02:04 : Les fiançailles de Marie et Joseph
08:34 : L'Annonciation
12:43 : La débauche d'Hérode
14:50 : La Visitation
20:45 : Les doutes de Joseph
29:13 : Les Rois mages sont en route
41:02 : La Nativité
50:02 : La Présentation au Temple de Jésus
56:43 : La venue des Rois mages & le massacre des Innocents
01:04:35 : Le Recouvrement de Jésus au Temple
01:19:11 : La prédication de Jean le Baptiste & la débauche d'Hérode Antipas
01:31:00 : Le Baptême de Jésus
01:38:43 : Jésus prêche dans les synagogues
01:50:12 : L'appel des Douze
02:01:43 : La guérison d'un paralytique & la parabole du fils prodigue
02:15:27 : « Talitha koum ! »
02:33:11 : La mort de Jean le Baptiste
02:46:37 : Marie de Magdala, Judas
03:02:03 : La multiplication des pains & des questions autour du « Messie »
03:11:54 : La femme pécheresse pardonnée et aimante
03:24:20 : « Pour vous, qui Suis-Je ? »
03:29:18 : Les Béatitudes
03:37:58 : La résurrection de Lazare
03:48:35 : Jésus arrive à Jérusalem et chasse les marchands du Temple
03:55:36 : « Frappez, et on vous ouvrira »
04:09:34 : La lapidation de la femme adultère & la foi du centurion
04:15:42 : La guérison de l'aveugle
04:27:05 : Nicodème et la nouvelle naissance
04:43:08 : La Cène
04:54:18 : L'arrestation de Jésus
05:01:19 : Jésus comparaît devant le Sanhédrin
05:10:40 : Jésus comparaît devant Pilate
05:18:34 : Jésus est flagellé et condamné à mort
05:31:48 : Le chemin de Croix & la mort de Jésus
05:51:13 : Jésus-Christ est la Résurrection et la Vie !
 
.

Voir les commentaires

25 décembre : Fête de la Naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ

25 Décembre 2012, 11:21am

Publié par Véronique

 

25 décembre
Fête de la Naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ


 
Liens :


- 25 décembre Solennité de la Nativité de Notre-Seigneur Jésus (Site
Notre Dame des Neiges : chants, Homélies, prières...)
- Celui qui fait entrerle Christ ne perd rien, absolument rien de ce qui rend la vie libre, belle et grande (
Site Notre Dame des Neiges)
- "Ô Marie, cache, je te le dis, cache l'éclat de ce soleil levant, couche-le dans la crèche, enveloppe-le de langes : ce sont là nos richesses" (Saint Bernard de Clairvaux) [
Site Notre Dame des Neiges]
- La Messe de minuit :
ici, ici
- Les visions de Sainte Catherine Emmerich (de l'arrivée à Béthélem à la naissance de Notre-Seigneur le Christ : ici, ici, ici, ici,ici)

.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>