Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Articles avec #foi

Donner du temps à Jésus. Passer une journée avec Lui, dans un coeur à coeur. Poser les fondations de notre âme sur le coeur de Jésus.

19 Septembre 2017, 16:51pm

Publié par Véronique

 

Jésus nous attire à Lui. Il veut s'unir à nous.

En fonction de nos possibilités, il faut essayer de se donner les moyens de passer du temps avec Jésus. Dans une seule journée, voir deux, on peut essayer d'aller à la messe, de se confesser, et d'adorer. Et si possible retourner à la messe le lendemain.

Si l'on est célibataire, se sera certainement plus facile de se libérer. Si on est marié, il faut en discuter avec l'époux ou l'épouse, se mettre d'accord, afin que celui qui se tourne vers Jésus ne soit pas trop dans la contrainte. Si c'est l'épouse, alors, l'époux apportera les soins nécessaires à son devoir d'état, notamment envers les enfants. Et inversement si c'est l'épouse. Chacun fera son possible afin que son devoir d'état soit respecté.

Le principal est d'apporter les soins nécessaires à passer du temps avec Jésus, ou à en faciliter la possibilité.

En amour, il n'y a pas qu'une personne qui démontre son amour à l'autre. L'un et l'autre témoignent de leur amour, le rendent vivant et lui font porter des fruits. C'est la même chose avec Jésus, il n'y a pas que Lui qui doit nous démontrer son amour. Nous aussi, nous devons Lui dire que nous L'aimons, Lui prouver, et se rendre disponible pour Lui. C'est l'union des cœurs. C'est un cœur à cœur, vrai et vivant. C'est rendre vivante notre foi, et bien plus haut que cela, c'est désirer ardemment, et rendre ce désir réel, celui de s'unir à l'amour divin. Cet amour divin qui nous offre tout.

C'est dans le cœur de Jésus que nous trouvons l'amour, la miséricorde, la paix, l'espérance, la force, l'humilité... tout ce qui est bon pour nous et ce dont notre cœur a besoin. Nous sommes invités à poser les fondations de notre âme sur le roc, c'est-à dire sur le cœur de Jésus. Là, elle ne risque rien, aussi, pour que cela soit et porte du fruit, il n'y a qu'une chose à faire, c'est de s'approcher du cœur de Jésus et d'y rester accroché. Ainsi, les tempêtes et les torrents qui essayeront d'abattre notre âme seront sans effet.

L'évangile de samedi dernier nous aide à bien comprendre.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,43-49.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit.
Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.
Et pourquoi m’appelez-vous en disant : “Seigneur ! Seigneur !” et ne faites-vous pas ce que je dis ?
Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble.
Il ressemble à celui qui construit une maison. Il a creusé très profond et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l’inondation, le torrent s’est précipité sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite.
Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle, et aussitôt elle s’est effondrée ; la destruction de cette maison a été complète. »

Que Jésus nous attire à Lui, sans cesse, et nous aide à répondre favorablement à ses appels, pour un cœur à cœur comme Il le désire. Ainsi, Il nous amènera vers le Père.

"Seigneur Jésus, merci d'être amour. Seigneur Jésus, je Vous demande la grâce de m'aider à répondre favorablement à vos appels d'union avec Vous, dans un cœur à cœur. Ma volonté est mauvaise, aussi, j'ai confiance en la vôtre. Aidez-moi à tirer que du bon de mon cœur. Pour cela, apprenez-moi à m'approcher du vôtre afin qu'imprégné en lui, je puisse avoir l'exemple de l'amour parfait, celui que je désire imiter, en tout. Venez abaisser en moi Seigneur Jésus ce qu'il y a à abaisser, et à relever ce qui doit l'être, afin de toujours demeurer devant votre Sainte Face. Aidez-moi Seigneur Jésus, à faire porter du fruit aux grâces que m'avez déjà offertes, à celles que Vous m'offrez en ce moment, et à celles que Vous m'offrirez, car sans Vous Seigneur Jésus, je ne peux rein faire (Jn 15, 5). Seigneur Jésus, je Vous aime et j'ai confiance en Vous".

Véronique

.

.

.

Voir les commentaires

Gabriel Saleh, musulman, rencontre Jésus grâce à Internet

14 Septembre 2017, 17:34pm

Publié par Véronique

.

.

.

Voir les commentaires

Un chrétien ne peut se taire - Abbé Grosjean

11 Septembre 2017, 19:03pm

Publié par Véronique

Homélie par l’Abbé Pierre Hervé Grosjean sur la Divine Miséricorde le 22/04/17, lors de la Fête de la Miséricorde Divine à l’Eglise Saint Sulpice (Paris).

.

.

.

Voir les commentaires

15 août - Solennité de l'Assomption de la Vierge Marie

16 Août 2017, 17:35pm

Publié par Véronique

Voir les commentaires

Ce dimanche 25 juin 2017 - Messe selon la forme ordinaire et extraordinaire

23 Juin 2017, 17:53pm

Publié par Véronique

Forme ordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10, 26-33

Nous ne craignons rien lorsque nous demeurons en Dieu

Cliquer ici pour le lien

 

Forme extraordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 15, 1-10

La joie du Ciel pour une seule âme retrouvée

Cliquer ici pour le lien

.

.

.

Voir les commentaires

Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus

22 Juin 2017, 17:45pm

Publié par Véronique

 

 

Homélie du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Vendredi 7 juin 2013

Télécharger la prédication

Lien : d'autres homélies du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine la Fête du Sacré-Cœur de Jésus

 

Un chant breton au Cœur Sacré de Jésus

Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
Vendredi 23 juin 2017 - Solennité du Sacré-Coeur de Jésus

 

Catéchisme de l'Eglise Catholique

Obligation de participer à la Sainte messe les Dimanches et jours de préceptes

2042 Le premier commandement ( " Les Dimanches et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l’obligation de participer à la Sainte Messe et de s’abstenir des œuvres serviles ") demande aux fidèles de sanctifier le jour où l’on commémore la Résurrection du Seigneur, ainsi que les principales fêtes liturgiques où l’on honore les mystères du Seigneur, de la Bienheureuse Vierge Marie et des Saints, avant tout en participant à la célébration eucharistique qui rassemble la Communauté chrétienne, et de se libérer de tous ces travaux et de ces affaires qui sont de nature à empêcher la sanctification de ces jours (cf. CIC, can. 1246-1248; CCEO, can. 880, § 3 ; 881, §§ 1. 2. 4).

 

Source de cet article

.

.

.

Voir les commentaires

Franc-maçonnerie : le rappel à l’ordre des évêques de Côte d’Ivoire

28 Mai 2017, 15:26pm

Publié par Véronique

À l'occasion de son assemblée plénière, la conférence épiscopale de Côte d'Ivoire a rappelé avec vigueur l'impossibilité pour un catholique d'appartenir à la franc-maçonnerie.

À l’issue de leur 107e assemblée plénière, qui s’est tenue du 16 au 21 mai à Bonoua dans le diocèse de Grand-Bassam, les évêques de Côte d’Ivoire ont publié une prise de position très ferme quant à la franc-maçonnerie. Ce texte fait écho à la vive polémique qui avait éclaté en février dernier, lorsque Mgr Jean-Pierre Kutwa, l’archevêque d’Abdijan, avait refusé de célébrer des obsèques religieuses pour Magloire Clotaire Coffie, haut-dignitaire franc-maçon, grand maître et fondateur de la Grande loge de Côte d’Ivoire (GLCI, émanation de la Grande loge nationale française), décédé accidentellement le 29 janvier. Un véritable bras de fer avait alors opposé l’Église ivoirienne à la famille du défunt, qui assistait régulièrement à la messe, et même au pouvoir politique, puisque Alassane Ouattara, le président ivoirien, Denis Sassou Nguesso, le président congolais et Ali Bongo Odimba, le président gabonais, étaient cosignataires du faire-part de décès, signe de la grande influence du défunt. Mais Mgr Kutwa n’a pas cédé et c’est finalement un prêtre de l’église grecque orthodoxe qui a assuré un service funéraire en présence d’une assemblée en grande partie composée de « frères ».

L’incompatibilité en trois points

C’est donc pour préciser de manière très claire les raisons de l’incompatibilité entre la profession de la foi catholique et l’appartenance aux loges maçonniques que l’épiscopat ivoirien a publié ce premier texte, en attendant une lettre pastorale qui sera diffusée en janvier 2018, à l’issue de la 108e assemblée plénière. C’est dire l’importance de la question pour l’église de Côte d’Ivoire, exprimée dans l’introduction du document diffusé ce 21 mai. « La problématique des mouvements ésotériques est une question théologique et pastorale qui préoccupe au plus haut niveau l’Église en Côte d’Ivoire » est-il ainsi précisé. La déclaration rappelle ensuite les trois raisons principales pour lesquelles l’Église refuse la double-appartenance, telles qu’elles furent rappelées par la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1983 : 1) Le relativisme maçonnique, 2) Le refus de la divinité du Christ, 3) L’indifférence à la Grâce miséricordieuse.

Recommandations concrètes

Loin de demeurer dans la seule sphère des considérations théologiques et morales, les évêques formulent une série de recommandations très précises qui dessinent en creux la pression que fait peser la franc-maçonnerie sur l’Église locale. Les jeunes et les étudiants sont invités à faire barrage à l’entrisme des frères dans les universités et à se méfier des bourses généreusement proposées. Les « cadres et hommes de culture » sont incités à ne pas considérer la maçonnerie comme un ascenseur social, au risque d’être amenés à commettre parfois des « actes ignobles » dont la nature n’est pas précisée dans le texte de la conférence épiscopale. Les « responsables de paroisses et de communautés nouvelles », quant à eux, doivent demeurer vigilants et refuser les subventions très conséquentes que peuvent proposer des individus aux accointances maçonniques connues. Enfin, les prêtres et séminaristes, cibles prioritaires des loges, doivent défendre sans relâche leur sacerdoce au prix de sacrifices sociaux ou matériels parfois lourds.

Source

 

Conférence des Evêques Catholiques de Côte d'Ivoire - Message sur la foi chrétienne et la franc-maçonnerie

Aux fidèles de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire.

Chers fils,
Chères filles,

A vous, grâce et paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ  !

Introduction

De nos jours, la problématique des mouvements ésotériques est une question théologique et pastorale qui préoccupe au plus haut niveau l’Eglise en Côte d’Ivoire.

Le constat est que beaucoup de chrétiens, par ignorance, par curiosité ou par désir d’ascension sociale, se laissent séduire par les théories développées dans ces sociétés sécrètes, tandis que d’autres continuent de s’interroger sur leur compatibilité avec la foi catholique.
Parmi ces mouvements ésotériques, la Franc-maçonnerie mérite qu’on y apporte un éclairage en raison des amalgames qui sont véhiculés en ce qui concerne sa compatibilité avec la foi catholique.

Au mois de janvier 2018, à l’occasion de notre 108ème Assemblée Plénière, nous publierons une lettre pastorale sur le sujet.

But du message

Avant cette échéance, nous, vos Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire, fidèles à notre mission de promotion et de protection de la doctrine et des mœurs conformes à la foi, voudrions déjà, à travers ce message, informer et former l’ensemble des chrétiens. Ceci amènerait à lever toutes les équivoques et les ambiguïtés en ce qui concerne sa compatibilité avec la foi chrétienne. Il s’agit pour nous de donner de façon claire la position de l’Eglise sur cette société secrète afin d’éviter toute erreur susceptible d’égarer les chrétiens.

Pour mémoire, la position de l’Eglise face à la franc-maçonnerie a été constante et claire tout au long de l’histoire. Elle a condamné de manière presque immédiate toute forme de franc-maçonnerie . Et aujourd’hui encore, le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise. Dès lors, l’inscription des fidèles catholiques à ces associations reste interdite par l’Eglise. En conséquence, comme le stipule la déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi du 26 novembre 1983 : « les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave; ils ne peuvent accéder à la Sainte Communion » ; ils ne peuvent, non plus, bénéficier des honneurs des funérailles chrétiennes.

Cette position constante de l’Eglise ainsi que les nombreuses condamnations magistérielles sans équivoque qui en découlent se fondent sur un certain nombre d’incompatibilités profondes entre la foi chrétienne et les principes de la franc-maçonnerie.

Incompatibilités de la franc-maçonnerie et de la foi catholique

Du relativisme

D’une manière générale, le relativisme constitue l’épine dorsale des principes de la franc-maçonnerie. On comprend dès lors que cette tendance à vouloir tout relativiser constitue  le nœud même de l’incompatibilité, en raison des conséquences sur le contenu de la foi, l’agir moral et l’appartenance à l’Église. Dans cette dynamique, la Vérité est relativisée et l’idée même d’une Révélation est refusée.

L’une des conséquences directes de cette manière de tout relativiser, y compris la Vérité, est la conviction chez les francs-maçons  qu’aucune connaissance objective de Dieu, en tant qu’Être personnel n’est possible. Dans les rituels francs-maçons, le concept de « Grand Architecte de l’univers » occupe une place centrale. Et ce « Grand Architecte de l’univers » est en fait un contenant vide, dans lequel chacun est libre d’introduire sa représentation de Dieu, le chrétien comme le musulman, le confucianiste comme l’adepte des religions traditionnelles. Or, c’est tout à l’opposé de la conception chrétienne de Dieu qui se révèle, entre en dialogue avec l’homme, et de la réponse de l’homme qui s’adresse à Lui en le nommant Père et Seigneur, comme l’affirme le Concile Vatican II .

De la divinité du Christ

De plus, le problème de la divinité du Christ constitue un autre point d’achoppement à l’intérieur de la question de la vision de Dieu et de la Révélation. La Foi Chrétienne affirme qu’en Jésus, Dieu s’est révélé pleinement et définitivement aux hommes. Cela apparait clairement dans notre profession de foi, le Credo de Nicée-Constantinople où nous déclarons avec conviction que « Jésus-Christ est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu ; engendré non pas créé, de même nature que le Père ». Or, les francs-maçons attribuent à Jésus toutes sortes de qualificatifs positifs, mais ils passent à côté de l’essentiel, à savoir Jésus-Christ est fils de Dieu, il est Dieu fait homme. L’Eglise ne peut tolérer l’affirmation selon laquelle Jésus est seulement un homme sage, car il est plus que cela pour le chrétien : il est le Messie, le Fils du Dieu vivant comme le reconnaîtra saint Pierre (Cf. Mathieu 16, 13-19).

De la problématique du salut

Par ailleurs, il faut ajouter que la franc-maçonnerie exclut toute idée de salut. Pour les francs-maçons en effet, l’homme se construit par lui-même. Il n’a pas besoin de Dieu pour changer son cœur et trouver le bonheur. Il est clair que la perspective est complètement différente chez le chrétien. Car l’Évangile est l’heureuse annonce du Salut. Le chrétien attend et reçoit le salut de la grâce miséricordieuse de Dieu, en la personne de Jésus qui est précisément le Sauveur (Jésus, c’est-à-dire « le Seigneur sauve ») : « C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Ephésiens 2, 8). La Foi Chrétienne enseigne, en effet, qu’en Jésus-Christ, Dieu est venu parmi les hommes pour les sauver (Jean 3, 16).

En raison de ces profonds points de divergence entre la franc-maçonnerie et les fondements même de la Foi Chrétienne, on peut affirmer clairement que le fait d’y adhérer met en cause les fondements de l’existence chrétienne.

Appel

En conséquence, nous, vos Archevêques et Evêques, vos guides spirituels de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire, voudrions vous interpeller vivement face aux sollicitations incessantes de la franc-maçonnerie :
Aux fidèles laïcs

Certains parmi vous se sont déjà engagés dans la franc-maçonnerie. Quelles que soient les raisons qui vous ont amenés à faire un tel choix, quels que soient les pactes déjà scellés et les degrés de votre appartenance à telle ou telle obédience, nous vous exhortons ardemment à rebrousser chemin, à l’instar de l’enfant  prodigue (Luc 15, 11-32). N’ayez pas peur de rompre tous les liens qui vous tiennent captifs. Car « si le Christ nous a libérés, c’est pour que nous soyons vraiment libres» (Cf. Galates 5, 1). Revenez donc au Christ, la seule et unique source de votre épanouissement, de votre équilibre, de votre liberté et de votre salut. Car il n’y aucun autre nom sous le ciel par lequel vous soyez sauvés, à part le nom de Jésus (Cf. Actes 4, 12).

Aux jeunes catholiques

Une analyse du mode opératoire de la franc-maçonnerie montre bien que vous constituez la cible privilégiée de cette société secrète. En effet, des membres de cette confrérie infiltrent insidieusement nos universités et grandes écoles, où se prépare l’élite de demain. En cédant aux offres alléchantes que l’on fait miroiter sous vos yeux, vous compromettez ainsi gravement votre relation au Seigneur.

Par ailleurs, nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez dans la prise en charge de vos études et dans la recherche d’un emploi après vos différentes formations. Cependant, nous croyons que tout espoir n’est pas perdu pour vous. Votre esprit d’imagination et votre créativité vous permettront, avec l’aide du Seigneur et le concours des hommes de bonne volonté, d’entreprendre quelques activités génératrices de revenus.

Aux cadres et hommes de culture

La recherche de connaissance, de succès et de pouvoir, le désir d’appartenir à une élite respectée sont des tentations assez répandues aujourd’hui dans notre monde. Elles poussent quelquefois beaucoup de nos concitoyens, notamment vous cadres et hommes de culture, à emprunter des voies sans issues. L’appartenance de certains d’entre vous à la franc-maçonnerie les conduit parfois à poser des actes ignobles. N’oubliez jamais que tout succès ou tout pouvoir est avant tout un don de Dieu, et en dehors de Lui, toute forme d’ascension politique ou sociale, finit toujours par sombrer dans la déchéance et la désolation totale. Car, comme dit le Christ, « Que sert-il donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? » (Marc 8, 36).

Aux responsables des paroisses et des communautés nouvelles

Depuis les premiers siècles, l’Eglise vit du don de ses fidèles. Cette générosité mérite d’être encouragée en raison de l’urgence et de l’importance de l’annonce de l’Evangile à tous. Toutefois, nous en appelons à la vigilance et au discernement des curés de paroisses, des responsables d’institutions et des communautés nouvelles face à certaines offres pour la réalisation de vos différents projets. En effet, des personnes mal intentionnées, tels des loups vêtus de peaux d’agneaux, fréquentent parfois vos assemblées. Leur intention cachée serait de déstabiliser l’Eglise catholique. La sagesse chrétienne et la prudence exigent un examen lucide de la provenance de ces dons aux montants extraordinairement généreux dont certaines de vos structures peuvent bénéficier. Aussi vous prions-nous de mettre tout en œuvre pour ne pas vous compromettre inconsciemment avec les sectes ésotériques et les associations du même genre.

Au clergé et aux consacrés

Nous apprenons, à tort ou à raison, que certains membres du clergé et des consacrés flirteraient avec la franc-maçonnerie ou en feraient l’apologie, pensant sans doute trouver la solution à leurs problèmes matériels et financiers, croyant peut-être trouver le moyen facile d’une quelconque promotion. Il serait bien dommage et triste que des hommes et des femmes d’Eglise, sensés vivre dans le détachement et le renoncement en arrivent là !

Nous déclarons que les propositions du gain facile ne peuvent en aucun cas vous édifier ni garantir votre dignité de chrétiens. C’est bien contre cela que l’Apôtre Paul s’insurge avec précision et netteté de termes contre les démons qui viendraient à conquérir l’esprit des responsables de l’Eglise (Cf. 2 Thessaloniciens 3, 7-10).

Aux candidats au sacerdoce

Vous, chers fils, vous constituez la semence du clergé de demain. Votre formation spirituelle, humaine, intellectuelle et doctrinale nous préoccupe et nous tenons à y apporter le plus grand soin pour le bénéfice du peuple de Dieu.

Nous vous exhortons à prendre davantage conscience de la noblesse de votre choix à travailler dans le champ du Seigneur. C’est pourquoi vous devez tout mettre en œuvre pour résister aux sollicitations des adeptes de mouvements ésotériques et autres sociétés secrètes qui s’attaquent à nos futurs prêtres, dans le but de les corrompre. Comme le dit si bien saint Paul : « Si quelqu’un enseigne de fausses doctrines et ne s’attache pas aux saines paroles de Notre Seigneur Jésus-Christ et à la doctrine qui est selon la parole, il est enflé d’orgueil » (1 Timothée 6, 3-4).

Conclusion

Nous ne saurons terminer sans invoquer sur vous tous, l’Esprit de Notre Seigneur, qui rendra forts les fidèles du Christ : évêques, prêtres, personnes consacrées et fidèles laïcs, face à tous les groupes et associations ésotériques qui travaillent à l’impossible disparition de l’Eglise catholique. Le Christ Jésus, Maître et Fondateur de l’Eglise, confiant les clés du Royaume à Pierre, lui a déclaré en effet : « Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ; et la puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle » (Mathieu 16, 13-19).

Que Marie, l’humble servante du Seigneur nous présente à son Fils, aimant et adorable !
Dieu vous bénisse et vous garde, en son Esprit et en son Eglise.

Donné à Bonoua, dans le diocèse de Grand-Bassam, le 21 mai 2017.

 

Vos Pères les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire.

Source

.

.

.

Voir les commentaires

Syrie : Alep consacrée à Notre-Dame de Fatima

28 Mai 2017, 15:15pm

Publié par Véronique

Un rêve devenu réalité et un signe d’espérance pour toute la communauté chrétienne meurtrie dans sa chair.

Un « rêve devenu réalité (…) une occasion spéciale et émouvante (…) qui arrive dans un moment parfait » : mis bout à bout, ces petits commentaires recueillis à Alep, ville martyre de la guerre en Syrie, soulignent la joie et l’espérance qui animaient les chrétiens le jour de la consécration de leur ville à Notre-Dame de Fatima, le 13 mai dernier, alors que le Pape présidait le centenaire des apparitions mariales au Portugal.

Dans un compte-rendu de cette « journée spéciale » pour toute la communauté d’Alep, qui souffre encore des conséquences de la guerre en Syrie, les franciscains de Terre Sainte témoignent de cette espérance bien vivante chez ces chrétiens éprouvés par d’immenses souffrances et bafoués dans leurs droits. Selon Ibrahim Alsabagh, le curé d’Alep, qui vit dans les décombres de la ville, dans la partie ouest se sont regroupés 40 000 chrétiens sur les 250 000 que comptait la ville avant la guerre civile. L’acte de consécration a eu lieu durant une messe présidée par le père Ibrahim. « La statue de la Vierge », affirme-t-il, « leur a apporté consolation, à lui et à toute la ville ! »

 

3 000 fidèles derrière la Vierge

L’archevêque maronite d’Alep, Mgr Joseph Tobji, a également participé aux célébrations, suivies d’une grande procession de la statue de Marie à travers les rues de la ville. « Pour nous, ici à Alep – a-t-il commenté — c’est une grande chose de savoir que la Vierge de Fatima, la mère de Dieu, nous console chaque jour et à chaque moment, pas seulement en ce centenaire béni ; le Seigneur aussi est avec nous et ne nous abandonne pas ». La procession drainait presque 3 000 personnes qui ont accompagné la statue de la Vierge dans toute la ville, « signe tangible des innombrables grâces semées dans nos cœurs », a souligné le curé d’Alep qui espère que cette visite de la statue de Notre-Dame de Fatima sera porteuse « de nombreuses guérisons ». Premier défi pour Alep : se reconstruire. « Reconstruire ses bâtiments, mais aussi son économie », a précisé le père Ibrahim, inquiet pour cette portion d’ « humanité détruite, martyrisée, paralysée », qui a bien du mal à se relever.

« Un rêve devenu réalité »

La statue de la « femme plus brillante que le soleil » a été amenée à Alep du Portugal, à l’initiative du Custode de Terre Sainte, le père Francesco Patton, par Pedro Rodrigues, prêtre portugais… qui a pu constater, de ses yeux, la situation de la ville syrienne : « Il est temps de reconstruire… Pas seulement les maisons, mais aussi les rêves qui ont été perdus », a-t-il confirmé. Pour lui, la venue sur cette terre de « cette Dame qui est pour la paix, qui est pour la conversion et veut accueillir ses enfants » est pour ces chrétiens « un rêve devenu réalité », comme le confirme en effet une chrétienne d’Alep : « Nous sommes vraiment heureux et nous espérons que la présence de Marie ici protègera notre ville, nos familles et chacun de nous ».

Les religieux en première ligne

Et sœur Hyacinthe Mistrich de la congrégation du Saint-Rosaire, leur a fait écho : « Cette occasion spéciale fut vraiment émouvante, car tous ceux qui aiment la Vierge sont venus ici prier et renouveler leur consécration à Marie. C’est pour cela que ça a été très important (…) Cette visite a donné aux gens une certaine espérance pour le futur ». Et sur cette terre, de toute évidence, la présence des religieux fait vraiment la différence, comme a témoigné sœur Laude du Verbe Incarné, à Alep : « C’est un peu ce que nous a dit le pape François. Le religieux, ici, doit apporter la consolation. Même si nous ne l’avons pas, nous devons l’incarner et la leur montrer. Après toute la crise qu’Alep a traversée, c’est ce que les gens attendent de nous ! ».

Source

.

.

.

Voir les commentaires

Comment avoir un dialogue fécond avec l'Islam - Abbé Loiseau

17 Mai 2017, 17:55pm

Publié par Véronique

(Vidéo de 2015)

.

.

.

Voir les commentaires

"Massivement, les chrétiens ont trahi leur foi, ont trahi Jésus-Christ. Les églises sont vides..." Perdre la foi pour la retrouver - père Henri Boulad

29 Avril 2017, 16:00pm

Publié par Véronique

"Massivement, les chrétiens ont trahi leur foi, ont trahi Jésus-Christ. Les églises sont vides..." Perdre la foi pour la retrouver - père Henri Boulad
"Massivement, les chrétiens ont trahi leur foi, ont trahi Jésus-Christ. Les églises sont vides..." Perdre la foi pour la retrouver - père Henri Boulad

.

.

.

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>