Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique

Vous habitez à Saint-Martin ou à Sainte-Marie ? Attendez-vous à ce que votre village soit débaptisé !

1 Avril 2015, 12:01pm

Publié par Véronique

Monsieur Valls veut débaptiser 5 000 communes françaises !

Vous habitez à Saint-Martin ou à Sainte-Marie ? Attendez-vous à ce que votre village soit débaptisé ! Au nom du « vivre ensemble », un rapport officiel préconise de supprimer toute référence chrétienne dans les noms de communes ! Le premier acte de la lutte contre l’« apartheid territorial » et une folie pour complaire aux musulmans.

Le rapport que le groupe de réflexion « Laïcité et République moderne » doit rendre à Ma­nuel Valls dans la première quinzaine d’avril n’a pas fini de faire couler de l’encre selon la méthode socialiste qui consiste à agiter des débats de société pour faire ou­blier les difficultés économiques et so­ciales et, au passage, tenter de reléguer les récalcitrants dans le camp des « obscurantistes ». « Ça va être l’occasion de voir qui est vraiment républicain et qui ne l’est pas », a confié un conseiller du premier ministre, déterminé à faire aboutir cette ré­forme.
Baptisé – si l’on ose dire – « Revoir la toponymie de la France à la lumière du vivre ensemble », ce rapport, dont nous avons pu prendre connaissance, a été principalement établi par deux parlementaires, le député PS du Cher, Yann Galut, leader du collectif La Gauche forte, et le sénateur EELV du Val-de-Marne, Esther Benbassa, fondatrice du microscopique parti Pari(s) du Vivre-Ensemble.
Il dresse ce constat qui fait écho à l’« apartheid territorial, social, ethnique » évoqué par Manuel Valls en janvier : « Sans que l’on y prenne garde, une fracture sémantique s’est développée dans la société. De moins en moins nombreux sont les habitants de notre pays qui comprennent à quoi renvoient les noms des communes. En conséquence, eux-mêmes ne se reconnaissent pas du tout dans les gentilés [les noms des habitants d’un lieu, Ndlr], qu’ils peuvent voir comme une agression à leur égard. »

Les référendums
locaux récusés !
Le rapport cite entre autres exemples celui des habitants de Pont-l’Abbé, dans le Finistère, qui sont appelés des Pont-l’Abbistes : « Face à ce type de dénomination, toute une catégorie de population est amenée à se demander s’il s’agit d’une insulte. »
On répondrait bien qu’ils n’avaient qu’à être plus attentifs à l’école mais manifestement, ce n’est pas le sujet.
Il faut en arriver à la page 27 de ce rapport (qui en compte 52) pour que le mot musulman soit enfin cité. « Une fraction croissante de la population d’origine musulmane, y lit-on, est heurtée par des appellations toponymiques qui sont autant de manifestations d’une époque archaïque où l’identité de la France, loin de s’assumer comme plurielle, se définissait exclusivement sous le signe d’une chrétienté triomphante et totalitaire. »
Une phraséologie de combat qui laisse penser que le rédacteur a fait ses classes chez les anticléricaux plutôt que chez les curés !
Sur ces belles considérations et quel­ques autres – « Nul autre domaine que celui-ci ne donne autant la mesure du poids persistant du catholicisme dans la République » –, le rapport propose une série de me­su­res, dont certaines radicales, « afin que le vivre ensemble ne soit pas seulement une formule destinée à camoufler la domination religieuse de la part la plus réactionnaire de la société sur ses nouvelles forces vives ». Tel que !
La principale mesure suggérée : débaptiser tous les noms de communes comprenant « saint » dans leur intitulé, afin de « relaïciser profondément la République » en supprimant un « affichage discriminant » ! Toute consultation de la po­pu­lation est par avance proscrite, au motif, lit-on encore, que « des référendums locaux, s’ils sont généralement des éléments de revitalisation de la démocratie, seraient ici inopportuns et même néfastes car ils libéreraient une parole réactionnaire qui ne saurait s’exprimer en dehors des édifices cultuels ».

Une opération
à 3,4 milliards d’euros !
Cette idée démente – elle est qualifiée d’« audacieuse » – n’est pas une première. Sous la Révolution française, la Convention mena une chasse sans merci aux dénominations qui n’étaient pas « révolutionnairement correctes ». Un décret du 25 Vendémiaire an II (16 octobre 1793) invitait les communes qui souhaitaient se défaire de leur nom qui pouvait « rappeler les souvenirs de la royauté, de la féo­dalité ou de la superstition, de s’en oc­cuper incessamment ». Trois mille communes furent ainsi renommées, certaines de force, jusqu’à ce que la Première Restauration, en 1814, n’annule toutes les modifications.
Pendant une vingtaine d’années, Saint-Quentin, dans l’Aisne, était devenu Egalité-sur-Somme, Saint-Caprais (Al­lier) avait laissé la place à Thémistocle ou Saint-Michel-de-Rivière (Dordogne) s’était mué en Esprit-des-Lois… Le Mont-Saint-Michel lui-même était de­venu Mont-Libre… La France vit fleurir durant ces années des L’Unité-Nationale, des Sans-Culottes de la Manche (sic), des Mont-Marat, des L’Ami-de-la-Vertu ou des Jean-Jacques Rousseau (à place de Saint-Esprit, près de Bayonne).
Partant du principe que ce qui a donc échoué il y a deux siècles doit être repris et, cette fois, mené à terme, le groupe de réflexion « Laïcité et République moderne » propose d’aller vite. Il suggère de profiter de l’année 2016, où il n’y a pas d’élections, pour établir la liste des communes à débaptiser (liste à établir pour le 31 mars), puis décider administrativement du nouvel intitulé (30 juin) pour une entrée en vigueur au lundi 3 octobre.
Preuve de la légèreté avec laquelle ces travaux ont été menés, le rapport, plutôt que des statistiques officielles, cite Wikipédia pour donner l’ampleur de la tâche que le gouvernement – qui n’a que ça à faire ? – devrait accomplir en à peine plus d’un an : « 3 927 communes commencent par “Saint“ (10,7 % des communes françaises), y compris Le Saint. Le saint le plus courant est Saint-Martin (222 communes), suivi de Saint-Jean (170 communes) et Saint-Pierre (155 communes). 471 autres communes possèdent le terme “Saint“ à l’intérieur de leur nom. 334 communes commencent par “Sainte“ (0,9 % des communes françaises), y compris Saintes. La sainte la plus courante est Sainte-Marie (40 communes, y compris Saintes-Maries-de-la-Mer), suivie de Sainte-Colombe (27 communes) et Sainte-Croix (25 communes). 62 autres communes possèdent le terme “Sainte“ à l’intérieur de leur nom. »
Ce sont près de 5 000 communes françaises (4 794) sur 36 000 qui seraient contraintes de changer de nom ! A moins que la population « réactionnaire » et ses élus ne s’y refusent… ou que Bercy ne s’y oppose. Selon ce rapport, le coût di­rect et indirect de l’opération serait de 3,4 milliards d’euros !    
Marc Bertric

Lire la suite de nos informations sur la déchristianisation des communes françaises en page 10 de la version papier. n°2713

 

Source :

Voir les commentaires

"Notre Roi de Miséricorde a un projet de rédemption pour la France..."

1 Avril 2015, 11:51am

Publié par Véronique

VEILLER, PRIER ET JEUNER POUR LA FRANCE  !
RENDEZ-VOUS A LA SALETTE LES 10, 11 et 12 AVRIL


« Ce qu’on peut connaître de Dieu est pour eux manifeste : Dieu en effet le leur a manifesté. Ce qu’il y a d’invisible depuis la création du monde se laisse voir à l’intelligence à travers ses œuvres, son éternelle puissance, sa divinité » Rom.1, 20

Jésus est venu sauver ce qui était perdu, par la Foi au Christ Rédempteur. C'est pourquoi la France « éducatrice des peuples » (  Saint Jean-Paul II) peut encore être sauvée, si elle « regarde vers Celui qu’elle transperce ». 

Frères et soeurs, Marie nous convoque les 10, 11 et 12 avril ! Elle convoque les petites gens, comme nous, pour l’aider à sauver la France. Elle convoque aussi les politiques à travers nous à se mettre à genoux pour demander à Dieu sa lumière et sa force. Car les politiques savent en réalité qu’ils n'ont pas les moyens par eux-mêmes de réduire le chômage, de réaliser l’indispensable lutte contre l’islamisme, d’enrayer la criminalité,  bref  il n’ont pas de solution au cataclysme économique et social. Ils connaissent leur impuissance sans le dire, car il faut faire tourner un système. Ils savent que le but ultime du système est la Pensée unique pour tous, celle qui nie Dieu et le rejette de France, de l’Europe afin d’établir un gouvernement mondial !

Marie à La Salette rassemble un petit peuple au désert pour jeûner, pour se détourner des idoles côtoyées quotidiennement et partout inoculées. Nous croyons qu’elle nous demande de jeûner ensemble pendant 48h, de télé, de radio, de téléphone, d’internet, de tablettes, de discussions mondaines, de lecture et de livres autres que la Parole de Dieu, de commerce, de nourriture. Chacun selon sa situation...  48h ! Le temps de respirer la bonne odeur du Christ, celle de la nature, d’accueillir la paix qu’il veut nous donner, d’écouter la Parole de Dieu comme Moïse à l’Horeb, et comme Marie ! Etre uniquement présent à Sa présence, uniquement à Lui ! Louer et adorer à la suite de nos pères dans la foi !

« Seigneur nous connaissons notre mal, la faute de nos pères : oui nous avons péché contre toi ! Ne nous méprise pas à cause de ton Nom, n’humilie pas le trône de ta gloire ! Rappelle-toi : ne romps pas ton alliance avec nous. » Jr 14, 30

Aucun homme providentiel, aucune structure politique ne pourra relever le pays sans qu’au préalable un peuple de priants ne se lève dans la Puissance du Saint Esprit. C’est le peuple de Marie qu’elle conduit au Christ, Roi des nations. Nous ne savons pas ce qu’il adviendra de la France dans les temps qui viennent, mais nous savons, par la foi et l’espérance, que Notre Roi de Miséricorde a un projet de rédemption pour la France -  nous l’avons appelé le Projet France  - et que son projet ne se fera pas sans nos genoux ! Notre puissance est dans nos genoux ! Notre puissance est dans nos mains jointes. Notre puissance est dans nos bras levés comme ceux de Moise ! Ce sont des remparts opposés à l’Ennemi, homicide dès l’origine, éternellement « francicide » à travers les loges maçonniques.

« Aujourd’hui ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur » Ps.94, 8

« Car Dieu n’a point envoyé son Fils dans le monde pour le condamner, mais pour que le monde soit sauvé par Lui » Jn.3, 17

 

               Le Conseil d’Alleluia-France

 

 DEBOUT CHRETIENS POUR LA FRANCE ! Joignez le Ralliement de prière et de jeûne pour la France afin de "libérer la France des puissances infernales qui l’asservissent". Une armée de priants se lève pour que Jésus sauve la France et lui donne une génération de saints prêtres ! Nous avons besoin de vous à Notre Dame de La Salette du 10 au 12 avril ! En savoir plus...

 

Source : http://www.alleluia-france.com/

Voir les commentaires

Se préparer à Pâques - Semaine sainte

31 Mars 2015, 20:57pm

Publié par Véronique

Se préparer à Pâques - Semaine sainte

Se préparer à Pâques avec Sainte Thérèse d'Avila

Semaine sainte : se livrer à l'amour de Jésus

Nous voici aux portes de la grande semaine : nous y entrerons après avoir célébré demain 28 mars le 500° anniversaire de sainte Thérèse. Avec elle nous serons prêts pour suivre Jésus pas à pas et accueillir la vie de Dieu. Deux figures nous accompagneront : Marie de Béthanie et Pierre. N'ayons pas peur, fixons nos regards sur Celui qui nous a tant aimés et livrons-nous à son amour !

Nous allons entrer dans la semaine sainte, la semaine décisive de la vie de Jésus sur terre. Elle s’ouvre par la fête des Rameaux où Jésus est acclamé comme roi. Mais Jésus surprend nos attentes humaines en se présentant à dos d’âne. Ce n’est pas un roi puissant chevauchant sa monture guerrière mais un roi pacifique qui s’avance vers Jérusalem. On l’accueille comme un roi, on étend des manteaux et des rameaux sous ses pieds, selon un geste qui manifeste l’allégeance. Pourtant quelques jours plus tard les mêmes personnes lui cracheront au visage. Malheur aux vaincus, à l’homme sans pouvoir, sans prestance. Surtout malheur à celui qui trompe les attentes humaines. Malgré tout Jésus s’avance vers sa destinée, libre des regards posés sur lui. Il s’avance à mains nues car son message est tout autre.

Qu’est-ce qui pousse ainsi le Christ à s’offrir ? Thérèse a compris par expérience que c’était son amour pour l’humanité. Ce n’est pas un amour général et vague qui en définitive ne s’adresserait à personne. C’est son amour pour chacun de nous. Christ vient ressusciter notre cœur pour y déployer sa vie et il le révèle à Thérèse : « Sa Majesté l’a dit ainsi à la Cène: ‘J’ai désiré avec ardeur’ (Lc 22,15). Comment, Seigneur, n’avez-vous pas envisagé la douloureuse mort dont vous alliez mourir, si pénible, si effrayante? ‘Non, car mon grand amour, mon désir du salut des âmes, surpassent incomparablement ces peines; celles, immenses, que j’ai endurées et que j’endure depuis que je suis sur terre sont assez grandes pour que les autres soient néant en comparaison.’ » (5° Demeures 2,13)

Écouter en résumé la dynamique de la semaine (5min17) : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=1751372f7a

Télécharger le contenu de la semaine sainte " Se livrer à l'amour de Jésus " sous 3 formats : Smartphone, Ordinateur, Texte seul (au choix) : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=1751372f7a

 

 

Retrouvez ici le message précédent :

Mercredi des Cendres.Introduction : ouvrir la grotte de son cœur : http://us4.campaign-archive1.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=c669fc0c42

1ère semaine du Carême. choisir la vie : http://us4.campaign-archive1.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=b9e5a5b429

2ème semaine du Carême. aller à la source de l'amour : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=f302e94664

3ème semaine du Carême. Libérer sa capacité d'aimer : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=b380a12a4e

4ème semaine du Carême. Devenir humble : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=2f8ad6801e

5ème semaine du Carême. Prendre le large : http://us4.campaign-archive1.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=e7339919e1

Voir les commentaires

L’extraordinaire leçon de foi d’une fillette irakienne

31 Mars 2015, 20:47pm

Publié par Véronique

Myriam a 10 ans, elle est chrétienne, et a été chassée de Qaraqosh avec toute sa famille par les jihadistes de l’État islamique. Interviewée au sein du camp où ils sont réfugiés, elle révèle une maturité humaine et spirituelle incroyable. Que ressent-elle vis-à-vis de ceux qui leur rendent la vie si difficile ? « Je ne leur veux aucun mal, je souhaite que Dieu leur pardonne. » Et elle, peut-elle leur pardonner ? Son « oui » fuse sans aucune hésitation. À méditer…

Source : http://www.famillechretienne.fr/societe/monde/l-extraordinaire-lecon-de-foi-d-une-fillette-irakienne-162365

Voir les commentaires

Medjugorje – Messages de la Vierge Marie du mois de Mars 2015

30 Mars 2015, 21:19pm

Publié par Véronique

Message du 23 mars 2015

«Chers enfants ! Vous êtes ma force. Vous, mes apôtres, qui, par votre amour, votre humilité et votre silence dans la prière, faites en sorte que mon Fils soit connu. Vous vivez en moi. Vous me portez dans votre cœur. Vous savez que vous avez une Mère qui vous aime et qui est venue pour apporter l'amour. Je vous regarde dans le Père Céleste, je regarde vos pensées, vos douleurs, vos souffrances, et je les offre à mon Fils. N'ayez pas peur, ne perdez pas espoir, car mon Fils écoute sa Mère. Depuis qu'il est né, il aime, et je désire que tous mes enfants connaissent cet amour. Je désire que reviennent à Lui tous ceux qui l'ont quitté à cause de leur douleur et de l'incompréhension, et que le connaissent tous ceux qui ne l'ont jamais connu. C'est pour cela que vous êtes ici, mes apôtres, et que moi, comme Mère, je suis avec vous. Priez pour avoir une foi ferme car d'une foi ferme viennent amour et miséricorde. Par l'amour et la miséricorde, vous aiderez tous ceux qui n'ont pas conscience de choisir les ténèbres au lieu de la lumière. Priez pour vos bergers car ils sont la force de l'Eglise que mon Fils vous a laissée. Par mon Fils, ils sont les bergers des âmes. Je vous remercie. »

 

Message du 25 mars 2015

« Chers enfants, aujourd’hui encore, le Très-Haut me permet d‘être avec vous et de vous guider sur le chemin de la conversion. Beaucoup de cœurs se sont fermés à la grâce et se sont rendus sourds à mon appel. Vous, petits-enfants, priez et battez-vous contre les tentations et tous les mauvais plans que le Diable vous offre à travers le modernisme. Soyez forts dans la prière et, la croix en mains, priez pour que le mal ne vous utilise pas et qu’il ne soit pas victorieux en vous. Je suis avec vous et je prie pour vous. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

 

Message du 18 mars 2015 (Message annuel à Mirjana)

La voyante Mirjana Dragicevic-Soldo a eu des apparitions quotidiennes du 24 juin 1981 au 25 décembre 1982. Lors de la dernière apparition quotidienne, lui ayant confié le 10ème secret, Notre Dame lui a dit qu’elle allait lui apparaître une fois par an, le 18 mars. Il en a été ainsi toutes ces années. Plusieurs milliers de pèlerins se sont rassemblés pour la prière. L’apparition a commencée à 13:47 et a duré jusqu’à 13:53.

«Chers enfants ! De tout cœur je vous en prie, je vous supplie, enfants, purifiez vos cœurs du péché et élevez-les vers Dieu et vers la vie éternelle. Je vous en prie, soyez vigilants et ouverts à la vérité ! Ne permettez-pas que tout ce qui est de cette terre vous éloigne de la vraie connaissance du contentement (qu'il y a) dans la communion avec mon Fils. Je vous conduis sur le chemin de la vraie sagesse, car seulement avec la vraie sagesse connaîtrez-vous la vraie paix et le vrai bien. Ne perdez pas de temps à demander des signes au Père céleste, car Il vous a déjà donné le plus grand signe, qui est mon Fils. C'est pourquoi, mes enfants, priez pour que le Saint-Esprit puisse vous introduire à la vérité, vous aider à la connaître et pour qu'à à travers cette connaissance de la vérité vous puissiez être Un avec le Père Céleste et avec mon Fils. C'est cela la vraie connaissance qui donne le bonheur sur la terre et qui ouvre la porte de la vie éternelle et de l'amour sans limite. Je vous remercie. »

 

 

Message du 30 mars 2015

«Priez, chers enfants, et ayez davantage confiance en moi parce que je suis ici avec vous pour vous aider et pour vous guider sur une nouvelle route vers une vie nouvelle. C'est pourquoi, chers petits-enfants, écoutez et vivez ce que je vous dis parce que ce sera important pour vous, quand je ne serai plus avec vous, de vous souvenir de mes paroles, de tout ce que je vous ai dit.»

Voir les commentaires

Semaine Sainte, et Pâques (bref résumé pour commençants et nouveaux convertis)

30 Mars 2015, 21:02pm

Publié par Véronique

Détails (brefs) de la semaine Sainte :

- dimanche des Rameaux

 entrée de Jésus à Jérusalem

- Jeudi Saint 

- dernier repas avec ses apôtres : institution du sacrement l'Eucharistie, et du sacrement de l'ordre qui est l'ordination des prêtres.

- le soir, au jardin des oliviers, Jésus prie son Père, et de la sueur de Sang coule de sa tête (prier ce Sang Précieux pour les péchés de cœur des hommes), Jésus était très triste de voir ses apôtres dormir. Lui, commençait à souffrir, alors qu'eux dormaient.

 Judas arrive avec les gardes et l'embrasse sur la joue. Jésus se fait arrêter.

- Jésus est conduit devant les Ponce Pilate. Ils l'humilient, lui crachent dessus, le frappent..., puis Il est mis au cachot pour la nuit.

 

Vendredi Saint

- Jésus est jugé coupable par Ponce Pilate et la foule, il est condamné à la mise en Croix.

- Jésus est flagellé (il a reçu 5 480 coups de flagellation : révélation de Notre Seigneur jésus à Sainte Brigitte {Sainte Brigitte est reconnue par l'Eglise}), on lui pose une couronne d'épines sur la tête, et est recouvert d'un linge écarlate (rouge) avec un roseau à la main.

- Jésus porte sa Croix (chemin de Croix avec 14 stations toutes très importantes) jusqu'au Calvaire dit le Golgotha (lieu-dit du Crâne). Une plaie importante à prier, celle de l'épaule, par laquelle Jésus dit que c'était celle qu'il l'a fait le plus souffrir par rapport aux autres.

- Jésus est crucifié sur la Croix, par les clous aux mains, et aux pieds.

- Jésus meurt sur la Croix (à 15 heures).

- Jésus a le côté droit percé par la lance du garde et, de l'eau (source de vie) sort de son côté. Le garde se met à genou et se rend compte que Jésus était bien le Fils de Dieu.

- Jésus est mis au tombeau.

(prière du Vendredi Saint notamment pour libérer des âmes du Purgatoire

 

Dimanche de Pâques

- Jésus est ressuscité. Le tombeau est vide.

 

Cette semaine Sainte est pesante, lourde d'émotions, mais pleine d'espoir et de vie. Comment peut-on oublier le cœur de Marie, elle, souffrant dans toute sa chair, dans tout son cœur, dans toute son âme les horribles souffrances imposées à Son Fils bien aimé Jésus-Christ ? Il ne faut donc penser à prier le cœur de Marie particulièrement pendant cette semaine Sainte.

Jésus a voulu que les choses se passent ainsi, pour offrir le salut (la vie éternelle) à toutes les âmes. Par sa mort sur la Croix il a vaincu la mort, le mal, et a fait tout cela par amour pour nous. Si nous sommes en vie aujourd'hui c'est grâce à Lui. Lui qui nous laisse en vie 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, au prix de Ses souffrances. Alors comment ne pouvons-nous pas penser à Lui au moins une heure par semaine en allant à la messe le dimanche, mais aussi pendant la semaine Sainte, par qui nous vivons ?

 Jésus nous aime par-dessus tout, au prix de Sa vie qu'Il nous a offert. Aimez-Le, suivez-Le, respectez-Le, priez-Le. C'est tellement important à Ses yeux.  Il vous aime, Il vous aime, Il vous aime…

Dieu le Père a permis tout cela.

 

Véronique

Voir les commentaires

Prédication - Dimanche 22 mars 2015 - Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

27 Mars 2015, 12:08pm

Publié par Véronique

Dimanche 22 mars 2015 - Ve dimanche de Carême

Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon saint Jn XII, 20-33

Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L'heure est venue pour le Fils de l'homme d'être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s'en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? — Mais non ! C'est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l'entendant, la foule qui se tenait là disait que c'était un coup de tonnerre ; d'autres disaient : « C'est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n'est pas pour moi que cette voix s'est fait entendre, c'est pour vous. Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

La prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Voir les commentaires

9 mois de prière pour la France

27 Mars 2015, 12:03pm

Publié par Véronique

Méditation de Mgr Pascal Ide

Monseigneur Pascal IdeEt si l’on parlait patriotisme…

 

Et si l’on parlait de notre patrie, la France ? Mais quel rapport avec le dimanche des Rameaux, que nous célébrons dimanche? Pour le comprendre, je vous propose d’abord trois petits exercices.

Premier exercice. En lisant la première phrase, en lisant le mot « patrie », que ressentez-vous ? Je dis bien « ressentez » et non pas « pensez ». Quelle émotion surgit en vous ? Souffrance, espérance, reconnaissance ? Peut-être un peu des trois ? Peut-être une autre.

Deuxième exercice : qu’en dit le Catéchisme de l’Église catholique – vous savez ce trésor entreposé sur une étagère de votre bureau ? Une surprise vous attend. Le Catéchisme parle de l’amour de la patrie lorsqu’il traite du quatrième commandement : « Honore ton père et ta mère » (Ex 20,12) et non pas, par exemple, dans les commandements qui ont trait à la justice, comme le septième. Pourquoi ?

Les trois premiers commandements éclairent notre relation à Dieu. Le quatrième, lui,    « indique l’ordre de la charité [envers le prochain]. Dieu a voulu qu’après Lui, nous honorions nos parents à qui nous devons la vie et qui nous ont transmis la connaissance de Dieu ». Et il étend cet honneur et ce respect à « tous ceux que Dieu, pour notre bien, a revêtus de son autorité ». S’il « s’adresse expressément aux enfants dans leurs relations avec leurs père et mère, […] il concerne également les rapports » et les « devoirs […] des citoyens à l’égard de leur patrie » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2197-2199).

Une telle parole sera peut-être difficile à entendre par certains qui estiment que les représentants de la patrie, l’autorité politique, ne sont aujourd’hui pas dignes d’honneur et de respect. J’ouvre pour vous un autre livre, la Somme de théologie de saint Thomas d’Aquin. Celui-ci rapproche aussi l’attitude envers ses parents et l’attitude envers son pays. Il vaut la peine d’entendre la raison. Je traduis littéralement : « Les parents et la patrie sont les principes de notre être et de notre gouvernement : par les parents et en dans la patrie, nous sommes nés et nous sommes nourris » (II-IIae, q. 101, a. 1). Tout en les distinguant, l’Aquinate ne sépare pas nos parents et notre pays : des deux nous avons reçu. Et beaucoup reçu : si les premiers nous ont fait naître, tous deux nous « nourrissent », nous éduquent. Ainsi, le patriotisme n’a rien à voir avec un nationalisme étroit, c’est la piété filiale étendue à sa patrie. Souvent à notre insu, notre pays comme nos parents, ont joué et jouent un rôle immense et vital. Ne pensons pas trop vite à telle ou telle loi inique, ne nous polarisons pas sur le comportement désordonné de tel ou tel politique. Faisons d’abord mémoire de tout ce que nous avons reçu de notre patrie, à commencer par la langue française, notre riche histoire, nos œuvres d’art, nos paysages, nos institutions religieuses, etc. Et rien de tout cela ne serait sans la médiation des pouvoirs publics, sans le service souvent humble et efficace assuré par les communautés locales et régionales, sans une autorité qui, représentant la France, assure l’unité et un minimum de paix. Il suffit d’avoir visité certains pays dérégulés pour voir combien la défaillance radicale du politique entraîne toute la culture et jusqu’à la nature dans le chaos.

Certains résisteront encore, car ils souffrent trop de l’évolution de notre pays qui, pour eux, rime avec trahison. Ici, l’argumentation est utile, la méditation l’est encore davantage. Pour cela, je vous propose un troisième exercice. Il permettra de répondre aussi à une objection : en déplaçant et en élargissant le sens du patriotisme, ne suis-je pas en train de le transformer en une vertu passéiste ? Cet exercice est inspiré par ce que saint Ignace de Loyola estimait être le couronnement de ses Exercices spirituels : « la contemplation pour éveiller en nous l’amour spirituel » (n. 230-237). Appliquons-le à notre sujet et, pourquoi pas, faisons-en l’objet de notre prière aujourd’hui, cette semaine :   « contemplation pour éveiller [ou réchauffer] en nous l’amour de la France ». 1. Me rappeler les bienfaits que je dois à mon pays, énumérer les dons particuliers que j’en ai reçus et que je reçois, peser intérieurement l’amour qui en est la source. 2. Ceci très bien considéré, je rentrerai en moi-même et je me demanderai quel doit être mon rôle et ce que je répondrai en retour et avec quel amour, par exemple dans une intercession fidèle, par une parole qui, sans perdre son sens critique (mais est-ce envisageable pour un Français ?!), n’oublie pas tout le bien qu’il doit à son pays. Rien de moins nostalgique et misonéiste que l’amour de notre pays !

Alors, quelle relation avec le dimanche des Rameaux ? « La turba è mobile », « la foule est changeante »… La liturgie de ce jour nous fait méditer sur un fait cruel : celui qu’elle acclame, demain elle demandera sa crucifixion. Peu importe ici que ce soit ou non les mêmes personnes qui louent et hurlent à la mort (cf. Joseph Ratzinger Benoît XVI, Jésus de Nazareth, II, p. 21-22). La foule, c’est-à-dire moi. Avant d’être aveugle, elle est, je suis amnésique, donc ingrat(e).

Ici, nous ne sommes plus seulement dans l’ordre de la justice ou de la piété, mais dans l’ordre de l’amour. « L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2239).

Pascal Ide

 

Source : http://www.laneuvaine.fr/meditation-de-mgr-pascal-ide/

Voir les commentaires

Se préparer à Pâques - 5ème semaine de carême

25 Mars 2015, 22:14pm

Publié par Véronique

Se préparer à Pâques - 5ème semaine de carême

Se préparer à Pâques avec Sainte Thérèse d'Avila

Semaine 5 : prendre le large

Avec ce 5° dimanche, nous entrons dans une nouvelle phase du carême, orientée vers la pâques de Jésus. Après les combats et les libérations, c'est l'heure de l'audace de l'amour et des grands désirs : nous découvrirons avec Thérèse les horizon nouveaux qui s'offrent à nous. C'est le moment de nous y engager à la suite de Jésus ! En route !

 

« Je mettrai ma loi dans leur cœur » (Jr 31,31-34). Cette promesse a été accomplie dans le Christ quand il nous livra l’Esprit Saint lors de sa pâque. Jésus n’a pas fui sa passion mais il s’est fait obéissant, acceptant de mourir pour porter du fruit (Jn 12,20-33) : il a éprouvé les limites propres à toute humanité, avec l’angoisse et la peur devant la mort. Par là il nous donne accès à un monde nouveau, celui de la grâce (He 5,7-9). C’est par amour pour nous que Jésus vécut cela. Et c’est bien cet amour libérateur qui nous permet de prendre le large dans nos vies ! (…) Dieu vient pour nous donner accès à de larges espaces ! N’est-ce pas un appel à la confiance ? Sur ce chemin, il ne s’agit pas tant d’avoir confiance en soi, en ses capacités ou ses valeurs. Ce n’est pas d’une construction seulement humaine qu’il s’agit, mais d’un édifice spirituel. Il s’agit d’accueillir pas moins que Dieu. En fait ce serait même un danger que de compter sur ses propres forces. Trop s’appuyer sur soi montrerait que l’on se connaît bien mal, manifester une certaine présomption. Tôt ou tard nous serons confrontés à nos limites, aussi puissants soyons-nous. Ici, tout en s’engageant totalement, il s’agit d’apprendre à vivre dans la foi et à se laisser saisir par un amour plus grand…

Écouter en résumé la dynamique de la semaine (3min49) : http://www.carmes-paris.org/careme2015s5/

Télécharger le contenu de la semaine " Prendre le large " sous 3 formats : Smartphone, Ordinateur, Texte seul (au choix) : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=e7339919e1

Retrouvez ici le message précédent :

Mercredi des Cendres.Introduction : ouvrir la grotte de son cœur : http://us4.campaign-archive1.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=c669fc0c42

1ère semaine du Carême. choisir la vie : http://us4.campaign-archive1.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=b9e5a5b429

2ème semaine du Carême. aller à la source de l'amour : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=f302e94664

3ème semaine du Carême. Libérer sa capacité d'aimer : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=b380a12a4e

4ème semaine du Carême. Devenir humble : http://us4.campaign-archive2.com/?u=cc53de806bb85c6a496c9a656&id=2f8ad6801e

Voir les commentaires