Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (La spiritualité du Carmel étant ma maison)

La Règle bénédictine et le travail.

3 Mai 2016, 17:20pm

Publié par Véronique

Tout semble opposer l'entreprise et l'abbaye, le monde monastique et le monde économique. Pourtant, par son approche universelle, la règle bénédictine propose de nombreuses passerelles entre le travail et le repos, l'effort et la grâce, la puissance et la pauvreté, la clôture et la liberté, le matériel et le spirituel, la rentabilité et le don, la recherche effrénée de la productivité et la vacance. De nombreuses réponses concrètes - en prise directe avec les réalités professionnelles d'aujourd'hui - se trouvent dans cet écrit du VIème siècle : les qualités du dirigeant, le soin dans le recrutement, l'encadrement et la délégation, l'interdiction du débauchage, la prise de décisions difficiles, la sanction et la mise à pied, l'encouragement et le traitement de la démotivation, et même la médecine du travail... Elles font de la règle un traité d'une étonnante modernité ! Le labeur peut asservir l'homme comme l'oeuvre peut l'anoblir. Après le temps, ce deuxième volet traitera du travail. UNE COPRODUCTION KTO/GRAND ANGLE PRODUCTIONS 2016 - Réalisé par Thibault Ferié.

Source : http://www.ktotv.com/video/00101186/la-regle-benedictine-et-le-travail

Voir les commentaires

Adoration Eucharistique - Musiques

25 Avril 2016, 18:22pm

Publié par Véronique

1.Mozart Ave Verum corpus.
2.Panis Angelicus.- Andre Rieu.
3.Ubi Caritas -CWU Chamber Choir.
4.Ubi Caritas -Taizé
5.Anima Christi Sanctifica me.
6.Adoro te devoto
7.Adoremus in aeternum
8.Pange lingua Gloriosi.
9.Unus militum.
10.O sacrum Convivium -Hans Leo Hassler.
11.O Bread of Heaven -H.F.Henry.
12.Jesus, My Lord, My God , My All.
13.Sweet Sacrament Divine.
14.Soul of my savior. -Truro Cathedral Choir.
15. O sacrament most holy.
16.I am the bread of Life.
17.Christus Vincit Christus regnat Christus imperat.

Voir les commentaires

Chercher avec toi dans nos vies - Chant à la Vierge Marie (Chant)

25 Avril 2016, 17:51pm

Publié par Véronique

Chercher avec toi dans nos vies

 

Chercher avec toi dans nos vies

Les pas de Dieu, Vierge Marie,

Par toi accueillir aujourd’hui

Le don de Dieu, Vierge Marie.

 

Puisque tu chantes avec nous

Magnificat, Vierge Marie,

Permets la Pâque sur nos pas.

Nous ferons tout ce qu’il dira.

 

Puisque tu souffres avec nous

Gethsémani, Vierge Marie,

Soutiens nos croix de l’aujourd’hui

Entre tes mains, voici ma vie.

 

Puisque tu demeures avec nous

Pour l’Angélus, Vierge Marie,

Guide nos pas dans l’inconnu,

Car tu es celle qui a cru.

Voir les commentaires

Abbé Forestier : « si les gens pouvaient voir ce que je vois, ils comprendraient d’un coup que le diable existe vraiment »

25 Avril 2016, 15:45pm

Publié par Véronique

L’abbé Henri Forestier est vicaire de la paroisse de Carnoules (Var) et exorciste du diocèse de Fréjus-Toulon.
Il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir.

 

R&N : Depuis combien de temps exercez-vous cette charge d’exorciste ? Comment cela a-t-il changé votre vie de prêtre ?

Abbé Henri Forestier : Cela fait trois ans et demi que j’exerce cette mission d’exorciste dans le diocèse de Fréjus-Toulon.

Je ne dirai pas que ma vie de prêtre à été changée car j’ai toujours cru à l’existence du diable, mais ma vie a été vraiment marquée par ce ministère. Je crois que c’est facile à comprendre ! Entre croire à l’existence du diable et le voir de ses yeux se manifester devant soi, il y a une vraie différence. On prend alors conscience du combat terrible qui se joue dans ce monde, et de l’aveuglement de tant d’hommes, y compris de chrétiens, qui oublient cela.

R&N : Si le surnaturel est très présent dans les films, peu de gens semblent y croire. La stratégie du démon est-elle de nous faire croire qu’il n’existe pas ?

Abbé Henri Forestier : Oui les gens que je rencontre tous les jours - comme vous-même, je pense - ne croient pas vraiment au diable ou y croient "un peu" sans avoir d’idée claire sur la question. Et je crois bien que c’est le résultat d’une tactique du diable qui essaye de se faire oublier pour que les gens restent dans l’illusion et le divertissement.

Le relativisme ambiant qui fait penser à nos contemporains qu’il est bien d’avoir n’importe quelle idée ou choix personnel selon ses envies, permet de ranger l’existence du diable au rayon des croyances personnelles sans voir qu’il s’agit d’une réalité malheureusement agissante et dangereuse.

Si les gens pouvaient voir ce que je vois, ils comprendraient d’un coup que le diable existe vraiment (le bon Dieu d’ailleurs aussi au passage...) et qu’il est urgent d’orienter sa vie selon ces réalités...

Je remarque aussi que les gens qui viennent me voir, et qui sont attaqués par cet Esprit mauvais, vivent souvent mal l’incompréhension habituelle de la part de leurs proches.

R&N : Même chez les croyants, l’on entend régulièrement que le diable ne peut avoir d’emprise physique et que les cas de possessions sont en réalité des cas de maladies mentales. Comment distinguez-vous les cas de maladies de réels cas de possessions ?

Abbé Henri Forestier : Dire cela, c’est se moquer des récits précis de l’Évangile qui racontent bien des persécutions physiques ! C’est aussi se moquer de l’enseignement de l’Église, très clair sur cette question, c’est enfin se moquer du ministère d’exorcisme qui essaye de soulager les personnes gravement attaquées, y compris dans leur corps.

En revanche, et c’est le conseil de l’Église aux prêtres exorcistes, on doit faire un dossier précis sur chaque cas qui nous consulte, pour établir si justement nous avons affaire à un cas de persécution diabolique ou à une maladie physique ou psychique. Cela nous amène à travailler parfois de concert avec des spécialistes, psychiatres, psychologues et médecins qui apportent leur éclairage. Mais en dehors des cas exceptionnels, quelques critères précis, et l’expérience de ce ministère permettront facilement de ne pas confondre et d’aider au mieux les personnes qui viennent nous voir.

R&N : Concrètement qu’est-ce qu’une possession ? Et qu’est-ce qu’un démon ?

Abbé Henri Forestier : Concrètement on parle de possession quand le diable arrive à prendre pouvoir sur le corps de quelqu’un au delà de sa volonté propre. Cela pourra se faire, par exemple, en lui parlant intérieurement, en le faisant bouger lui ou des parties de son corps, ou encore en l’assaillant de suggestions mauvaises, de douleurs ou d’abattements. Dans les cas de moindre attaque du diable on parle d’infestation plutôt que de possession.

Le cinéma, quand il parle de l’exorcisme, aime à montrer des scènes extravagantes et exagère souvent les possibilités d’action diabolique. Il y a effectivement des cas impressionnants, mais la persécution diabolique se fait souvent plus intérieure qu’extérieure, et ne peut toucher que le corps, les images, pensées et sentiments intérieurs sans pouvoir toucher l’âme elle-même et sa liberté propre.

Quant à savoir ce qu’est un démon, il suffit d’ouvrir le catéchisme ! C’est un pur esprit créé par Dieu à l’origine qui s’est révolté contre Lui et qui cherche, encore maintenant à la combattre de toutes les manières. Le diable essaye de faire tout le mal qu’il peut. Il agit principalement dans les suggestions mauvaises pour faire pêcher les hommes, et, exceptionnellement sa persécution s’étend sur la personne qu’il essaye de supprimer autant qu’il le peut par haine de la création de Dieu.

R&N : Comment se déroule un exorcisme. L’Église encadre-t-elle ce rituel ? Avec des textes précis ?

Abbé Henri Forestier : L’exorcisme est très codifié dans un livre que nous appelons le rituel. Le prêtre exorciste qui a repéré un cas de persécution diabolique doit prier, et se préparer, puis réciter les prières d’exorcisme telles qu’elles sont indiquées dans son rituel.

Il a à sa disposition, dans l’Église d’Occident, deux formules d’exorcisme : le “grand exorcisme” ou “exorcisme majeur” qui dure environ 20 minutes et aussi le “petit exorcisme” souvent appelé “exorcisme de Léon XIII” qui dure un peu plus de 5 minutes.

Ces prières, très largement inspirées de la Bible, sont une suite de demandes de libération adressées à Dieu, et des commandements vigoureux au diable de partir.

Si tout chrétien est appelé à prier pour être libéré du mal (on demande cela tous les jours dans le "notre Père"...), les prières d’exorcisme mentionnées ci-dessus sont, dans la discipline de l’Église d’Occident, réservées à un prêtre qui en a reçu la mission par son évêque.

R&N : En 2006, l’Église catholique a promulgué la version française du rituel d’exorcisme réformé en 1999 par Rome. Quels sont les changements par rapport au rituel précédent ?

Abbé Henri Forestier : On a voulu “moderniser” ce rituel qui datait de 1614, et même de bien plus loin que cela pour les prières d’exorcisme (elles auraient été rassemblées au temps de Charlemagne).

Le nouveau rituel - qui peut se dire maintenant en français, autrefois c’était exclusivement en latin - a repris bien des prières du rituel ancien, mais les a simplifiées notamment sur les commandements forts et directs qui étaient faits au diable au cours de l’exorcisme.

Cela a amené plusieurs exorcistes, comme dom Amorth, à mettre en cause la valeur de ce changement. Reste que chaque exorciste peut, aujourd’hui, d’après les meilleurs avis, utiliser le rituel ancien.

R&N : Au delà du diable, c’est tout le surnaturel qui est nié par le monde matérialiste. Quelle place donner aux anges, et particulièrement à nos anges gardiens dans notre vie de chrétiens ?

Abbé Henri Forestier : Dieu a créé les anges pour chanter sa gloire et accomplir ses volontés dans le monde. Ils sont pour nous objets de contemplation en pensant à leur fidélité sans faille à Dieu et leur beauté propre.

Les anges influencent notre vie par des inspirations et des protections. Dieu a notamment voulu que chaque homme ait l’assistance d’un ange particulier appelé l’ange gardien. Il serait dommage d’ignorer ce compagnon de notre vie et ne pas utiliser l’existence de ces anges pour nous entraîner sur le chemin de la vie éternelle !

Source : http://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-inquisitoriales/abbe-forestier-si-les-gens-pouvaient-voir-ce-que-je-vois-ils-comprendraient-d-un-coup-que-le-diable-existe-vraiment

Voir les commentaires

Pere Michel Marie Zanotti-Sorkine. Conférence sur Sainte Marie-Yvonne Aimée de Malestroit,Amoureuse du Christ, Apôtre intrépide

24 Avril 2016, 17:56pm

Publié par Véronique

Pere Michel Marie Zanotti-Sorkine. Conférence sur Sainte Marie-Yvonne Aimée de Malestroit,Amoureuse du Christ, Apôtre intrépide
Dimanche 22 mars 2015 - Cathédrale de Bayonne,Présidée de Msg Aillet, accompagnée en intro par Palavra viva.

Voir les commentaires

La Sainte Vierge Marie et mère Yvonne-Aimée de Jésus (de Malestroit)

24 Avril 2016, 17:14pm

Publié par Véronique

16 juillet 1941

10 h 30, Elle me dit :

- Il était 4 h 30. La Sainte Vierge est venue en créature de lumière. Voile blanc léger tombant jusqu'à terre. Je me suis levée. J'avais mon voile blanc moi aussi (sans que je me sois aperçue comment il m'avait été mis).

Elle m'a prise contre elle, sur son coeur. On a commencé à parler. "Âme privilégiée... épouse de mon Fils... tu es toute belle... toute blanche... toute Lui."

Elle m'a parlé des âmes que j'avais sauvées. J'ai parlé de vous : "Tu lui diras de me confier ses mains, je les garderai dans les miennes. Qu'il soit fidèle à faire cette offrande. Toi aussi tu les garderas dans les tiennes (1)."

Elle m'a parlé du jour de ma naissance (2). Ce jour-là, elle a mis son signe sur mon front, m'a couverte de son voile virginal. C'est elle qui a choisi mon ange, qui a dit à Lumen de me garder. Le jour de ma naissance, quand elle vint sur mon berceau, elle était accompagnée et suivie d'une légion d'anges. Elle se retourna, me dit-elle, regarda les anges et choisit, parmi eux, le plus lumineux. Alors, elle l'appela : "Viens Lumen (ou Lumière), c'est toi qui veilleras sur elle".

Elle m'a dit que le père d'O. (Odette) avait été grandement soulagé par les deux Messes offertes à son intention (par Mgr P. et Paulo). Elle m'a transmis le merci de cette âme qui s'est approchée un peu plus du Paradis. Elle m'a dit de continuer de prier et de souffrir pour la délivrer.

... La douce conversation se prolongea une heure (de 4 h 30 à 5 h 30).

... A un moment donné, nous étions l'une à côté de l'autre. Elle était sur le fauteil jaune, près de la cheminée. Un instant, je mis ma tête sur son épaule et elle m'entoura de ses bras. Son voile transparent me cachait tout entière. Je sentais son corps glorieux, doucement tiède... son souffle sur mon front.

En partant elle m'a dit : "Je te laisse encore à la terre... On a besoin de toi."

A peu près à ce moment-là, elle me parla de la France, me disant qu'elle en était bien la Reine. "Mais en France, dit-elle, on n'a pas assez d'amour pour mon Fils... c'est cela qui est la source de bien des maux..."

A propos de vous : "Tu l'aimes donc beaucoup ?" me dit-elle d'un ton exquis... Vois devinez ma réponse ! Elle attend que vous l'aimiez. (Un bon chapelet bien dit, pas bousculé, même un chapelet fragmenté... Demandez les vertus qu'elle aime le mieux : charité, pureté, vérité, ferveur, docilité... Des Ave pour la saluer au passage... Dire Ô ma Souveraine et ma Mère... Le Souvenez-vous, ô Marie conçue sans péché... Elle aime tant qu'on lui rappelle son privilège. Ô Marie, je me cache sous votre manteau de Reine... sous votre voile de Vierge... dans votre coeur de Mère...

 

Tiré du livre :

Une amitié "voulue par Dieu" 1926-1951

père Paul Labutte et Yvonne-AImée de Jésus

Témoignage, lettres et souvenir présentés par Paul Labutte

 

(1) Allusion à la prière qu'Yvonne-AImée disait chaque jour depuis son enfance et qu'elle m'avait apprise : " Ô ma Souveraine, ô ma Mère, pour vous prouver mon amour je me consacre et me donne tout à vous. Je vous consacre mes yeux, mes oreilles, ma bouche, mes mains, tout mon être. Gardez-moi. Regardez-moi comme votre bien et votre prorpiété."

(2) 16 juillet 1901, à Cossé-en-Champagne (Mayenne)

Voir les commentaires

QUELLE LIBERTE ?

20 Avril 2016, 21:37pm

Publié par Véronique

QUELLE LIBERTE ?

QUELLE LIBERTE ?     

                                          

« Car celui qui sème dans sa chair, moissonnera de la chair, la corruption ; qui sème dans l’Esprit moissonnera de l’Esprit, la vie éternelle. » Gal.6, 8. Ainsi sont ouverts devant le choix de l’homme, deux chemins. L’un conduit au Christ, l’autre au Démon. En effet, chaque jour, le Seigneur met devant nous Bénédiction et Malédiction. Malheureusement l’homme, guidé par son ego, sous prétexte d'une liberté trompeuse, peut refuser la bénédiction, cette dépendance d'amour d'avec son créateur et Père, alors, de fait, la malédiction le recouvre ! Mais sitôt que son "moi" se repent, qu’il accepte cette désappropriation de son ego pour retrouver sa place de créature dépendante de son Créateur il passe du "Je" à "Tu", c’est-à-dire de "Je fais comme bon me semble"  à « Que ta volonté soit faite ! ». Il retrouve sa vraie liberté de créature en Celui qui est la Vérité et l’Amour, car il n’y a de Liberté et de Vérité qu’en Dieu seul (Jn.14, 6). En effet, par le sang de l’Agneau, nous sommes devenus « une créature nouvelle » dans l'Eprit Saint que le Christ nous a donné : « Quand il viendra, Lui, l’Esprit de vérité, il vous introduira dans la Vérité toute entière » Jn. 16, 13

Jésus, lui-même, dit à Pilate qu’il est venu rendre témoignage à la Vérité : « Moi, c’est pour cela que je suis né, et c’est pour cela que je suis venu dans le monde : pour rendre témoignage à la Vérité ; quiconque est de la vérité écoute ma voix» Jn.18, 37. Jésus est demeuré dans une liberté totale et maître de lui-même durant son procès inique, car Il accomplissait la volonté du Père. Il a gardé le silence et n’a pas dialogué avec l’erreur (Hérode).

Dans cette liberté divine Jésus garde un regard plein d’amour pour ceux qui l’entourent, y compris ses bourreaux. Ainsi Il veut atteindre le cœur de l’homme au plus profond de lui-même afin qu’il vive de cette Liberté, dans la Vérité et la Paix, et renonce au mensonge et à son auteur. En tant que créateur et rédempteur Adonaï Elohim manifeste sans cesse cet amour de miséricorde à l’homme qui est une renaissance, un choix libre conduisant à la vie éternelle. La liberté de l’homme ne peut atteindre sa perfection qu’en étant ordonnée à Elohim qui est la perfection et le bien parfait.

Aujourd’hui l'esprit du monde justifie le mal et la corruption comme un chemin normal de vie où il n’y aurait ni vérité, ni foi, mais "liberté" de chacun de conduire sa vie comme il l'entend. Or cette liberté mensongère coute cher car elle est en réalité un esclavage sous l’emprise du Démon et une anesthésie des consciences : « Malheur aux fils rebelles- oracle de Yah- qui font des projets, mais sans moi, qui concluent des accords, mais sans mon Esprit, de sorte qu’ils ajoutent péché à péché » Is.30, 1.

Frères et sœurs, nous avons été rachetés à grand prix car le sang de l’Agneau est le prix de notre liberté ! Alors, ne reprenons pas les chaînes de l’esprit du monde ! Jésus proclame : « Si vous demeurez dans ma parole à moi, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » Jn.8, 31-32.

En conclusion, nous voyons que répondre à la question : "Qu’est-ce que la liberté ?", c’est répondre à la question : "Qu’est-ce que la Vérité ?". Nous savons, en disciples du Christ Seigneur, que ces deux fondamentaux de notre vie procèdent de la communion-relation avec LUI. Et comme il nous est bon d'annoncer au monde ce que sont la Vérité et la Liberté : Jésus-Christ lui-même !

Avec l’apôtre Pierre, crions : « Vers qui irions-nous, Seigneur, Tu as les paroles de la vie éternelle ! » Jn, 6, 68.

             
                                                                    Le Conseil d’Alleluia-France

Source : http://www.alleluia-france.com/

(Newsletter Avril 2016)

Voir les commentaires

S'abandonner en Jésus.

18 Avril 2016, 22:17pm

Publié par Véronique

S'abandonner en Jésus, c'est en toute conscience et volonté, et, nous pouvons Lui dire : "Seigneur Jésus, Vous êtes près de moi, j'en suis sûr, je Vous donne ma main, je m'abandonne en Vous. Faites moi comprendre toute chose, et, dites moi ce que Vous désirez de moi. Je Vous offre tout mon être pour qu'il soit vôtre, et je Vous laisse le façonner comme Vous le désirez. Ainsi, je suis sûr que tout sera parfait, et, dans les moments où je tomberai, relevez-moi, aidez-moi aussi à me mortifier comme il se doit, afin que je vive au mieux les épreuves de ma vie, que je vive parfaitement toutes croix qui se présenteront à moi, sans gémir, ni les refuser. Aidez-moi à les vivre dans l'amour pour Vous, Jésus, et pour le Père. Aidez-moi Jésus, à vivre mes croix, comme Vous sur votre Croix, dans l'héroïsme discret de l'amour. Que le Saint Esprit me guide.".

Véronique

Voir les commentaires