Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Le bruit pendant la messe.

20 Octobre 2015, 17:15pm

Publié par Véronique

Le bruit.

Un sujet que nous devrions tous connaître dans notre vie spirituelle.

Satan est bruit. Dieu est silence.

Satan est bruit. Dieu est silence. (Je l'écris volontairement deux fois, afin d'entrer dans le silence où Dieu nous invite)

Pendant la messe, il y a trop de bruit. Cela ne concerne pas le bruit que peuvent faire des enfants. Ils sont petits, ils bougent, ce sont des enfants, c'est aux parents de faire ce qu'ils peuvent afin de les apaiser.

Le bruit dont je parle c'est celui des adultes, des ados, et des enfants du catéchisme aussi.

Les choses divines sont loin d'être celles de la terre, aussi, par notre vie de prière, de sacrements, d'oraison, d'intercession, Dieu nous fait pénétrer de plus en plus en elles.

Le monde divin est celui ou notre âme se sent bien puisqu'elle est dans son milieu naturel, dans celui ou elle vit et grandit.

Ce monde divin est présent durant la messe, aussi, nous sommes invités pendant une heure à nous unir à lui.

En fonction de la disposition que nous avons à y être uni et attentif, nous recevrons des grâces plus ou moins grandes.

Au début de la messe nous nous signons de la Croix de Jésus, nous sommes invités à pénétrer en la présence du Père, de Jésus et du Saint Esprit. La Très Sainte Trinité nous invite à un coeur à coeur avec elle. Déjà beaucoup de grâces à nos prières que nous lui avons adressé avant le début de la célébration sans oublier le Veni Creator.

Le chant d'entrée nous permet de nous mettre en communion avec toute l'Eglise et ses membres, ceux de la terre et ceux du Ciel. Nous exprimons ainsi notre joie d'entrer dans ce moment intime avec Dieu, et nous pouvons que nous réjouir de l'instant si haut et si puissant qu'est l'Eucharistie. Nous alons voir et recevoir Jésus !

Nous demandons ensuite pardon pour nos fautes, sincèrement, et, si notre coeur exprime un besoin de nse confesser, alors, nous devrons nous rapprocher le plus vite possible du sacrement de la confession, individuelle bien sûr, auprès d'un prêtre.

Le Gloria vient ensuite porter notre coeur et le soulever vers Dieu, et au combien nous pouvons chanter de tout notre coeur, témoignant ainsi notre amour à notre Créateur. Quelle joie, quelle puissance et quelle foi dans notre voix.

Viennent ensuite les lectures, le psaume, l'évangile, et au combien la parole divine est puissance et fait tomber les ténèbres. Nous imprégner des mots, des phrases, en laissant le Saint Esprit nous porter aux choses spirituelles, notre âme est nourrie. Dieu peut la porter dans de hauts pâturages, notamment ceux que nous ne connaissons pas encore. La nourritue peut y être très abondante, et, l'humilité et la sagesse doivent demeurer en nous, nous devons en tout cas les rechercher, afin de ne pas tomber dans l'orgueil des grâces offertes. Accueillir simplement en vérité les grâces que Dieu daigne nous offrir, et faire qu'ensuite elles portent des fruits.

Notre façon aussi de chanter l'Alléluia avant l'évangile, aura très certainement un effet sur les grâces que Dieu nous offrira. Louons-nous vraiment Dieu comme il se doit, avec tout notre être pour que notre louange, portée au pied du trône de Dieu, fasse trembler autant qu'il se peut les ténèbres jusqu'aux extrémités de la terre ? Pendant la louange, lorsque tout notre être est porté à Dieu, rien n'est laissé aux ténèbres, tout notre être est pour Dieu.

La prière universelle nous rassemble tous, dans la communionsdes saints. Au combien est belle cette union des coeurs.

Après les offrandes, nous rentrons plus profondément encore dans un coeur avec Dieu. Nous nous préparons à la Crucifixion de Jésus sur la Croix, à sa mort et à sa résurrection. Nous pouvons exprimer des mots, ou Dieu peut nous maintenir dans le silence, c'est selon ses désirs.

Arrive le moment le plus fort et le plus haut de la messe, notre coeur redouble d'amour, d'attention, et de vigilance. Nous sommes attirés vers les profondeurs de Dieu, de son coeur et de sa divinité. Nous sommes invités au pied de la Croix. Jésus est là, c'est la consécration de l'Hostie. Marie est présente, à côté de son Fils. Avons-nous conscience de ce qui se passe, là, sur l'autel, en notre présence ?

Ô Jésus, je suis là, je Vous aime...

Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas,, qui n'espèrent pas et qui ne vous aiment pas... Dieu pourra alors nous faire sentir le besoin et l'envie irresistibles de nous mettre à terre par amour pour Lui. Oui, se mettre à genoux devant Jésus Hostie est un acte naturel. Cette nécessité sera alors l'expression de notre amour, non seulement par notre coeur, mais aussi par notre corps. Tout est un.

L'Agneau de Dieu est là, devant tous, et, au moment où le prêtre rompt l'Hostie Consacrée, c'est Jésus que l'on crucifie sur la Croix (Saint Padre Pio). Nous ne pouvons qu'être au pied de la Croix. Nous ne pouvons plus être dissipés dans le bruit du baiser de paix. Le silence doit demeurer. Le reccueillement doit être notre priorité. Comment pouvons-nous nous détacher de la présence de Jésus ? Il est là sur la Croix, ne faisons pas de bruit.

La prière du Notre Père vient alors renfocer notre foi, nous associant à Jésus, là, sur l'autel, nous adressant au Père.

Vient ensuite l'instant que nous attendons depuis toujours, celui de la communion intime avec Jésus Hostie.

Jésus va venir en nous, entrant en tout son être, toute sa divinité, toute sa lumière, toute sa puissance, tout son amour... Il est là.

Vient le moment où Il pénètre en nous, et, malgré toutes nos misères, nos imperfections, nos maladresses, Il est bien là, en nous.

Jésus est en nous. Nous devenons alors le tabernacle de Jésus, Jésus, bien précieux sur terre, et dont nous devons prendre le plus grand soin.

Comment pouvons-nous faire du bruit à ce moment là ?

Pourquoi laisser le bruit prendre place, alors que Dieu est silence ?

Nous devons évangéliser ce moment ultime de communion avec Jésus, notamment aux enfants au catéchisme.

Alors que Jésus vient d'entrer en nous, les remerciements et mots d'amour sortent naturellement de notre coeur. Les demandes doivent venir après seulement. Il faut mettre les choses dans l'ordre, et en premier, Il faut remercier Jésus d'être amour.

Pendant ce temps d'intimité avec Jésus, il peut y avoir des mots, il peut aussi y avoir le silence. C'est Jésus qui nous y invite, désirant uniquement l'expression et l'épanchement de notre amour à son divin coeur. Ce moment peut durer, selon les désirs de Jésus, aussi, n'hésitez pas à rester là où Il vous veut, les grâces en seront que plus abondantes, et, se délecter de douceurs si grandes est si bon pour notre âme. Jésus nous fait sentir alors qu'Il nous sert directement contre son coeur. Si les larmes coulent de vos yeux, à ce moment, laissez les couler, c'est tout simplement l'expression de votre corps parce qu'il sent l'amour qu'est Dieu. Il ne peut résister devant cet amour.

Si cela vous empêche de participer à la suite de la fin de la messe, ce n'est pas grave, demeurez là Jésus vous veut.

Ne partez pas ensuite comme des sauvages avant la bénédiction finale, car, par elle, Dieu vous recouvre de ses dix commandements. Elle est puissante.

Le chant d'envoi, nous fait rendre grâce à Dieu. Par politesse, ne partez pas pendant, mais restez pour respecter ce moment qu'Il a désiré avec vous.

Le bruit donc, que nous pouvons faire notamment par nos pensées, en nous préoccupant plus du bruit fait autour de nous ou des attitudes des uns et des autres, est dû au silence dans lequel nous sommes invités à rester pendant la messe, afin de priviliégier un coeur à coeur avec Dieu pendant une heure et auquel nous nous refusons. C'est de l'immaturité spirituelle, mais Dieu ne veut que corriger en nous ce qui nous empêche de pénétrer dans le divin, le spirituel donc, voir le mystique, là où Il demeure.

Cette relation que Dieu nous invite à avoir avec Lui, est simple. A nous d'être disposés à répondre à ses invitations, ou pas.

Que Dieu daigne vous offrir de grandes grâces et vous aide à leur faire porter des fruits.

J'intercède auprès du Père afin qu'entre Lui et vous naisse une intimité éternelle, telle qu'Il la désire.

Je me confie à votre prière.

Fraternellement.

Véronique

 

La bénédiction du prêtre - enseignement : http://le.blog.de.lala.over-blog.com/article-la-benediction-du-pretre-notre-signe-de-croix-et-les-dix-commandements-de-dieu-48199843.html

Commenter cet article