Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Synthèse spirituelle - Les mystères douloureux (Semaine Sainte)

11 Avril 2017, 17:03pm

Publié par Véronique

 

Synthèse spirituelle

Les mystères douloureux

L’Agonie de Jésus

Bernadette a souvent invoqué le Cœur agonisant de Jésus (L. 105). Elle recommandait aux jeunes sœurs de se rendre en esprit au jardin des Oliviers pour y prier avec Jésus : “ Il te parlera et tu l’écouteras. ” (L. 236). L’Agonie est, par excellence, le lieu de la prière de Jésus comme grand prêtre (He 5, 7). C’est le fond du mystère de l’Homme-Dieu. Le Fils de Dieu s’est fait fils de l’homme, issu de notre humanité, pour nous faire en lui enfants de Dieu. La crainte de l’homme-Dieu devant la mort est le Saint des Saints. Le fond de cette crainte est le drame de l’absolue contradiction entre le péché des hommes et la sainteté du Père. Au jardin de Gethsémani, Jésus a connu et porté sur lui chaque péché de chaque homme de tous les temps “ Il m’a aimé et il s’est livré pour moi ” (Ga 2, 20). Jésus rassemble en son âme l’histoire de tous les hommes avec son poids immense d’opposition à Dieu.

La principale séquelle du péché de l’origine est la crainte d’être séparé de Dieu définitivement : Jésus a, pour nous, voulu connaître cette angoisse, la pire de toutes, et c’est ainsi, en portant le poids de nos fautes, lui, l’Innocent, le Saint de Dieu, qu’il implore pour nous la miséricorde du Père, il est là par excellence le grand Priant.

Associée spirituellement à l’agonie de son Fils, Marie devient Mère de miséricorde, intercédant elle aussi pour les hommes pécheurs.

Bernadette n’a jamais mis en doute la promesse que lui avait faite Marie de la rendre heureuse non en ce monde mais dans l’autre. Elle n’a pas connu la désespérance, mais sa grande souffrance intérieure a été la crainte de n’avoir pas correspondu aux grâces de Dieu.

 

La flagellation

Bernadette avait souhaité à une jeune sœur “ le pur amour et la pure souffrance ”. Elle disait que l’amour sur cette terre ne va jamais sans la souffrance. Le supplice de la flagellation était si douloureux que certains condamnés mouraient en le subissant. Jésus a voulu subir la cruauté des hommes et aller à l’extrême de la solidarité et de la compassion envers notre humanité, en devenant l’homme des douleurs. Il réalisait la prophétie du Serviteur souffrant (Is 53, 3) “ homme des douleurs, familier de la souffrance ”. Le mystère de la flagellation est le mystère de la pure douleur, c’est-à-dire de la détresse de l’homme qui ne peut plus vivre sans le secours de Dieu.

 

Le couronnement d’épines

Bernadette disait que Dieu réserve la couronne d’épines à ses amis. (L. 528). Jésus couronné d’épines est le roi d’humilité. Comme un signe prophétique, la couronne d’épines révèle le mystère de Jésus de Nazareth et la véritable nature de sa royauté. C’est là qu’il rend le plus haut témoignage à la vérité qui est le Père. Il est doux et humble de cœur. “ Heureux les doux : ils recevront la terre en partage ! ” C’est de Jésus flagellé et couronné d’épines que Pilate déclare en prophétisant malgré lui : “ Voici l’homme ! ” Jésus, par sa souffrance, est accompli dans sa filiation (He 5, 7-9). Il est l’homme nouveau, l’homme selon Dieu. Dans la foule, une parmi d’autres, Marie a contemplé le visage de son Fils glorifiant le Père par son obéissance.

 

Le portement de la croix

Epuisé par son agonie et par la flagellation, Jésus doit porter un fardeau trop lourd pour lui : le bois de la croix. Sa seule force est de vouloir accomplir la volonté de son Père un instant après l’autre. Jésus va jusqu’à l’extrême dans la solidarité avec les hommes pécheurs. Il porte sur lui le poids de nos péchés. Il réalise ainsi la prophétie du Serviteur souffrant : “ Il a porté, lui, les fautes des foules ” (Is 53, 12). Pendant sa Passion, Jésus, qui ne peut plus agir librement ni enseigner, réalise la volonté du Père et accomplit l’Ecriture dans sa chair livrée pour nous.

 

Jésus meurt sur la croix

La mort de Jésus sur la Croix réalise pleinement notre salut et accomplit l’Écriture. Saint Augustin dit que le glaive qui ouvre le côté de Jésus ouvre le sens des Écritures(1). La Croix est le signe de la solidarité entière de Dieu avec son peuple, là même où le peuple veut le rejeter totalement. Dieu, dans sa sagesse mystérieuse, est libre de choisir les moyens du salut. La lumière que rayonne la Croix est l’infini de l’amour de Dieu. A la Croix, nous avons la preuve que Dieu nous a aimés d’un amour sans mesure, ce trop grand amour dont parle saint Paul (Ep 2, 4), amour excessif. Le don total de Jésus au Père pour nous est réalisé et signifié dans le don de son esprit : “ Il remit l’esprit ” (Jn 19, 30). En remettant au Père son esprit, Jésus se dessaisit de la source la plus profonde de sa vie personnelle, ce qui le rend capable de communion.(2). Il lui redonne tout ce qu’il a reçu de lui, et en cela il est accompli en sa filiation. Il rend au Père amour pour amour (3) par l’Esprit qu’il lui redonne. Jésus associe son humanité à la production de l’Esprit en Dieu – c’est l’acte du salut accompli - et il y associe en Marie l’Eglise.

Au pied de la croix, tout animée par la puissance de l’Esprit, Marie contemple sur le visage de son Fils la gloire du Dieu qui, par amour pour nous, s’est fait Agneau pour notre rachat et notre délivrance. Du fond de sa douleur de mère, perdant son Fils unique, Marie contemple déjà la victoire de l’amour sur la mort et le péché. Elle porte et résume en elle la foi de l’Église. Unie dans la pureté entière de son amour au don plénier de son Fils remettant son Esprit au Père, ce qui accomplit notre salut, Marie est associée à ce don. Elle redonne au Père amour pour amour, lui redonnant son propre Esprit.

  

(1).Lettre 140, 36. PL 33, cc. 538-577

(2). Vive Flamme B 3, 79, 1534 et 3, 78, 1533

(3). Cantique Spirituel B 39, 3, 1435

 

 

« La Voie Spirituelle de Bernadette »

Père Jean-Claude Sagne

Éditions des Béatitudes

 

Commenter cet article

marie-rose 03/04/2012 11:31

merci véronique pour ces magnifiques méditations.
union de prières