Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

La dévotion au Coeur Sacré de Jésus (Pratiques - Promesses de Notre-Seigneur Jésus)

15 Juin 2017, 17:37pm

Publié par Véronique

LA MISSION DE SOEUR MARGUERITE-MARIE

Née le 22 juillet 1647, Marguerite-Marie Alacoque est entrée, le 20 juin 1671, au monastère de la Visitation de Paray-le-Monial ; c'est là qu'elle fit sa profession religieuse, le 6 novembre 1672. À partir de ce jour vont s'échanger de longs dialogues entre le Christ et cette âme choisie, au cours desquels Jésus veut lui-même former "l'héritière" de son Coeur. Morte le 17 octobre 1690, elle fut proclamée bienheureuse en1864, et canonisée le 13 mai 1920.

Peu à peu, le Christ lui a confié la mission de redire aux hommes l'amour extraordinaire de Dieu et de les exhorter à y répondre positivement. S'adressant à sa confidente, le Christ a promis certaines grâces à ceux qui pratiqueraient une véritable dévotion à son divin Coeur. Ces promesses ne sont pas des recettes magiques mettant le salut à bon marché. Elles sont assorties au contraire de sérieuses exigences : Dieu ne donnera ses grâces que si l'on satisfait à ses requêtes, écho de celle de l'Évangile.

 

 Voici les six promesses authentiques de Jésus à soeur Marguerite-Marie :

 Les quatres promesses initiales

(Lettre à Mère de Saumaise, 24 août 1685)

 - Tous ceux qui lui seront dévoués et consacrés ne périront jamais ;

- Comme il est la source de toutes bénédictions, il les répandra avec abondance dans tous les lieux où sera posée et honorée l'image de son divin Coeur ;

- Il réunira les familles divisées et protégera et assistera celles qui seraient en quelque nécessité et qui s'adresseront à lui avec confiance ;

- Il répandra la suave onction de son ardente charité sur toutes les communautés qui l'honoreront et se mettront sous sa spéciale protection : il en détournera tous les coups de la divine justice pour les remettre en grâce lorsqu'elles seront déchues.

La cinquième promesse concerne les apôtres du culte au Coeur de Jésus (Lettre à son directeur)

"Mon divin Maître m'a fait connaître que ceux qui travaillent au salut des âmes travailleront avec succès et sauront l'art de toucher les coeurs les plus endurcis, s'ils ont une tendre dévotion à son sacré Coeur et s'ils travaillent à l'inspirer et à l'établir partout."

La sixième et dernière est celle que l'on a appelée la "Grande promesse" (Lettre à Mère de Saumaise, 1688)

"Je te promets, déclare Jésus à sa confidente, dans l'excessive miséricorde de mon Coeur, que mon amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront neuf premiers vendredi du mois de suite la grâce de pénitence finale, ne mourant point dans ma disgrâce et sans recevoir leurs sacrements, mon divin Coeur se rendant leur asile assuré au dernier moment."

Il faut ici remarquer que Notre-Seigneur ne dit pas "les" sacrements (ceux de pénitence et d'eucharistie), mais qu'il dit "leurs" sacrements, c'est-à-dire les moyens adaptés à chaque âme pour recevoir la grâce divine qui justifie et qui sauve.

 

PRATIQUES DE LA DÉVOTION

Jésus a inspiré à sa confidente des moyens concrets pour "honorer, aimer et glorifier" son Coeur ; la notion de réparation y est omniprésente :

 La consécration et l'adoration eucharistique

(offrance, adoration, contemplation et réparation) :

Prière de consécration au Sacré-Coeur de Jésus d'après F. Alcaniz S.J

Coeur Sacré de Jésus, Roi de bonté et d'amour, je veux me consacrer à toi, par le Coeur Immaculé de Marie. Je remets tout entre tes mains avec une pleine confiance : mon âme et son salut éternel ; ma liberté, mes progrès dans la vie spirituelle, mes misères, les bonnes oeuvres que j'accomplirai, celles que d'autres offriront pour moi pendant ma vie ou après ma mort ; mon corps avec la vie et la santé ; ma famille, mes interêts, mes biens ; je t'offre tout pour que tu en disposes, comme bon te semblera, à la gloire du Père, et pour le salut des hommes.

Je veux que le temps qui me reste à vivre soit employé par moi à l'étendue de ton règne dans les âmes et dans le monde. Que mes prières, mes occupations journalières, mes peines et mes souffrances, mes mortifications volontaires, soient toutes orientées vers cette fin, jusqu'à mon dernier soupir, et que celui-ci soit l'acte de parfaite charité qui me jettera entre tes bras.

Ainsi soit-il.

 

Le culte de l'image du Sacré-Coeur (hommage)

Jésus Sacré Coeursacrc3a9coeurmgtemarie

Jésus a demandé que soit honoré "le Coeur de DIeu sous la figure de Son coeur de chair" et que l'image de celui-ci soit "exposée en public pour toucher le coeur sensible des hommes". Et il a promis que "partout où cette sainte image serait exposée pour y être honorée, il répanderait ses grâces et ses bénédictions".

 La célébration de la fête du Sacré-Coeur (réparation)

Jésus a demandé l'institution d'une fête liturgique en l'honneur de son Coeur. Il en fixa lui-même la date au vendredi qui suit l'octave de la Fête-Dieu et l'objet : la réparation des outrages qu'il reçoit dans le Saint Sacrement.

 La communion des premiers vendredis du mois (répération)

Après avoir satisfait aux neuf premiers vendredis, beaucoup font oeuvre d'apostolat en continuant toute leur vie à solenniser ce jour dédié au Coeur du Christ.

L'heure sainte (compassion et réparation)

Cette méditation de l'agonie de Jésus au Jardin des Oliviers, que l'on fait ordinairement le jeudi soir, est la réplique de ce que Jésus avait demandé à ses apôtres privilégiés : "veillez une heure avec lui". Cette contemplation des souffrances du Sauveur à Gethsémani dispose l'âme, de manière excellente, à faire la communion réparatrice du lendemain.

 

 CONSÉCRATION POUR TOUS LES JOURS

Ö Reine des cieux et Mère très aimable ! Moi (NN), quoique plein de misères et de bassesse, animé par l'amoureuse invitation du CoOeur de Jésus, je désire me consacrer tout entier à lui ; mais, reconnaissant mon indignité et mon inconstance, je ne veux rien offrir si ce n'est par vos mains, et après vous avoir confié le soin de me faire bien accomplir ma consécration.

Coeur Sacré de Jésus, Roi de bonté et d'amour, plein de reconnaissance, j'accepte volontiers et de toute mon âme ce contrat d'avoir soin de vos affaires et de vous confier les miennes, quoique, vous le savez bien, ce soit vous qui perdiez au change. Je veux que tous mes biens soient à vous, je mets tout entre vos mains : mon âme et son salut éternel ; ma liberté, mes progrès dans la vie spirituelle, mes misères ; mon corps avec la vie et la santé ; le petit nombre de bonnes oeuvres que je pourrai faire ou que d'autres offriront pour moi pendant ma vie ou après ma mort ; ma famille, mes intérêts, mes affaires tout pour que vous en disposiez comme bon vous semblera, car, de mon côté, je suis disposé à tout, coûte que coûte, si la décision vient de votre divin Coeur, ami qui ne recherche en toutes choses que mon bien.

Je veux, en retour, que le temps qui me reste à vivre ne soit plus perdu ; je veux faire quelque chose, et même beaucoup, pour que vous régniez dans le monde ; par la prière et les oraisons jaculatoires, par mes occupations journalières, par les peines que j'accepte dès maintenant, par mes mortifications, je veux que tous les moments de ma vie soient employés à propager et à établir votre divin Règne ; à réparer nos offenses. Faites que tous mes actes portent le sceau de votre règne et de la réparation jusqu'à la fin de mes jours et que mon dernier soupir soit l'acte de parfaite charité et d'immolation qui finisse une vie d'apôtre et de victime.

Ainsi soit-il.

 

 Prières au Coeur Sacré de Jésus << ici >> 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article