Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Le bruit du monde moderne, des catholiques, des offices divins, des prières, des maisons, des enfants... - Cardinal Robert Sarah "La force du silence"

20 Juillet 2017, 09:33am

Publié par Véronique

Chaque jour, il est important de faire silence, pour établir les contours de son action future. La vie contemplative n'est pas le seul état où l'homme doit faire l'effort de laisser son cœur dans le silence.

Dans la vie quotidienne, profane, civile ou religieuse, le silence extérieur est nécessaire. Thomas Merton écrivait dans Le signe de Jonas : "Sa nécessité est particulièrement évidente en ce monde où il y a tant de bruit et de paroles ineptes. Le silence est nécessaire pour protester et réparer les destructions et dégâts provoqués par le "péché" de bruit. Certes le silence n'est pas une vertu, ni le bruit un péché. Mais le tumulte, la confusion et le bruit perpétuels qui règnent dans la société moderne sont l'expression de ses péchés les plus graves - de son impiété, ses orgies et sa dépravation morales, son arrogance devant l'Eternel, son désespoir. Un monde de propagande, d'arguments infinis, de vitupérations, de critiques ou simplement de bavardages, est un monde dans lequel la vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Les catholiques qui s'associent à ce genre de bruit, qui pénètrent dans la Babel des voix, s'exilent jusqu'à un certain point de la cité de Dieu. La messe devient un vacarme confus ; les prières, un bruit extérieur ou intérieur - répétition hâtive et machinale du chapelet."

L'office divin récité sans recueillement, sans enthousiasme ni ferveur, ou de manière irrégulière et sporadique, attiédit le cœur et tue la virginité de notre amour pour Dieu. Progressivement, notre ministère sacerdotal peut devenir comme le travail d'un puisatier qui fore des puits d'eau morte. En vivant dans un monde de bruit et de superficialité, nous provoquons la déception de Dieu et nous ne pouvons pas entendre la tristesse et les plaintes de son cœur. Ainsi parle Yahvé : "Je me rappelle l'affection de ta jeunesse, l'amour de tes fiançailles, alors que tu marchais derrière moi au désert. [...] Mon peuple a commis deux crimes : ils m'ont abandonné, moi la source d'eau vive, pour se creuser des citernes, citernes lézardées qui ne tiennent pas l'eau" (Jer 2, 2-13).

Et Thomas Merton poursuit : "Aussi, bien qu'il soit vrai que nous devrions savoir supporter le bruit et garder exceptionnellement notre vie intérieure au sein de l'agitation, il n'en est pas moins vrai qu'il est abusif de se résigner à vivre dans une communauté perpétuellement accablée d'activité, et noyée dans le bruit des machines, de la publicité, de la radio et de la télévision qui parlent sans arrêt. Que faire ? Ceux qui aiment Dieu doivent essayer de préserver ou de créer l'atmosphère dans laquelle ils pourront Le trouver. Les chrétiens devraient avoir des foyer calmes car leur propre corps comme leurs maisons sont des temples de Dieu. Supprimez, s'il le faut, la télévision - pas tout le monde, mais ceux qui prennent sérieusement ce gendre de choses. [...] Que ceux qui supportent le silence se joignent à d'autres ayant des goût similaires, et qu'ils s'aident à faire régner le silence et la paix. Qu'ils habituent leurs enfants à ne pas trop crier. Les enfants sont naturellement silencieux - si on les laisse en paix, car si on les agace depuis le berceau ils deviendront citoyens d'un Etat où tous crient. Procurez aux gens des endroits où ils puissent se retirer pour être tranquilles, pour détendre leur esprit et leur cœur en présence de Dieu : des chapelles à la campagne, des salles de lecture, des ermitages. Des maisons où ils puissent faire des retraites sans un perpétuel battage d'"exercices" bruyants - on crie même les prières du chemin de Croix - on crie comme une foule excitée et impie de Jérusalem intoxiquée par les grands prêtres et les Anciens du peuple alors que nous célébrons le mystère de la mort du Christ pour nos péchés."

Le trappiste conclut alors : "Pour beaucoup se serait faire preuve d'un grand renoncement et d'une belle discipline que d'abandonner ces sources de bruit : ils comprennent qu'ils ont besoin de silence, n'osant s'y plonger par crainte de leurs voisins."

La société moderne ne peut plus de passer de la dictature du bruit. Elle nous berce dans une illusion de démocratie de pacotille alors qu'elle arrache notre liberté avec la violence subtile du démon, ce père du mensonge. Mais Jésus nous répète : "Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libèrera" (Jn8, 31-32).

 

"LA FORCE DU SILENCE, contre la dictature du bruit" - Cardinal Robert Sarah (Pensée n°18 )

.

.

.

Commenter cet article