Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

La Nativité (Lc , 1-20) - Père Jean-Claude Sagne

24 Décembre 2015, 16:19pm

Publié par Véronique

La Nativité (Lc 2, 1-20)

Jésus venant au monde inaugure dans sa condition humaine une relation en face à face avec le Père. L’épître aux Hébreux lui attribue alors le passage du psaume 39 (V.8) : « J’ai dit : Voici, je viens, pour faire ô Dieu, ta volonté » (He 10, 7.9). Pendant les neuf mois où Jésus s’est laissé former dans le sein de Marie, il a vécu une proximité tout à fait unique avec le Père. C’est le moment où le Père l’envoyait parmi nous et nous le donnait. En ce temps d’attente, de nuit et de silence, la parole ineffable du Père qui s’adressait à Jésus lui disait « Viens » : l’appel à naître et à venir au monde, l’appel à entreprendre l’immense travail de revenir au Père en attirant vers Lui tous les hommes. Dès l’instant de sa conception en Marie par l’opération du Saint-Esprit, toute la vie de Jésus a été le mouvement du retour vers le Père, qui est la source de tout, lui le seul vrai Dieu (Jn 17, 3). La vie de Jésus dès son entrée dans le monde a été un état d’adhésion à la volonté du Père. Son vouloir vivre, en deçà de tout acte distinct et de toute parole, était un mouvement d’oblation et d’adoration. Par sa naissance, Jésus peut désormais donner une forme personnelle à son état d’action de grâce (eucharistie) et déjà, sous la motion de l’Esprit, il associe Marie.

Après la  révélation aux bergers de la bienveillance du Père pour ceux qu’il aime (Lc 2, 14), c’est bien Jésus enfant qui est en premier lieu l’objet de cette bienveillance, pour nous la faire connaître et nous la communiquer. Le mouvement filial du retour vers le Père se fonde sur l’humilité. La bienveillance est l’amour de prédilection du Père pour qui est le plus petit. C’est donc en choisissant l’humilité, comme Marie que nous nous ouvrons au Père qui est plus grand que tout. Le don de crainte, qui nous tourne vers l’adoration du Père se fonde dans l’humilité.

Le rôle de Marie comme mémoire du cœur est de mettre en lumière le don du Père en l’enfant de la crèche. C’est dans ce travail de mémoire et de relecture que Marie se laisse attirer par l’Esprit Saint vers le Père. Dès la Nativité, Marie est l’adoratrice du don du Père en reconnaissante en son enfant le Dieu qui se fait le plus proche de nous, sagesse mystérieuse (1 Co 2, 3-9).

 

"La maternité spirituelle de Marie" - Père Jean-Claude Sagne 

Commenter cet article