Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Baptiser les bébés avortés - HOMÉLIE DU PÈRE Paul PAGEAUD

22 Janvier 2015, 18:03pm

Publié par Véronique

HOMÉLIE DU PÈRE Paul PAGEAUD, sma,
Le 7 décembre 2014
2ème Dimanche de l’AVENT B

 

Introduction à l’Eucharistie : Voici que le Seigneur vient. Il vient pour nous sauver. Il ne veut laisser perdre aucun des humains, pas même ceux, baptisés, qui oublient qu’aujourd’hui c’est le Jour du Seigneur, pas même ceux qui se moquent de lui, qui le blasphèment, pas même ceux qui massacrent les chrétiens. Que faut-il faire pour être sauvé ? Pour préparer sa route ? La première chose à faire est de se reconnaître pécheurs et lui demander pardon.

Eh bien, reconnaissons-nous donc pécheurs et demandons-lui humblement pardon.

 

Homélie : Nous voici dans le temps de l’Avent, Avent veut dire avènement. Mais de quel avènement s’agit-il ? C’est l’avènement de Dieu parmi les hommes qui vient pardonner leur péché. La deuxième personne de la Trinité qui est, avec le Père et l’Esprit Saint, à l’origine de la création du monde et des hommes, voilà qu’elle se fait homme pour faire Alliance avec les hommes. Et pour cela, cette personne commence par être embryon, puis fœtus dans le sein d’une Vierge, la Vierge Marie de Nazareth. C’est un événement extraordinaire, unique dans toute l’histoire du monde : Dieu qui vient prendre demeure dans le sein d’une femme. Le sein d’une femme fut donc le premier tabernacle du monde et c’est pour cela que le sein de Marie, comme le sein de toute femme, est devenu sacré, comme est sacrée toute vie. Pour nous chrétiens, qui essayons d’observer les commandements de Dieu, nous avons été choqués, scandalisés d’apprendre que le Parlement français a voté un texte pour renforcer le droit à l’interruption volontaire de grossesse, et donner ainsi droit aux femmes, disent-ils, de disposer librement de leur corps. Mais il ne tient pas compte du droit à vivre de tout être déjà conçu. Ce petit être est déjà une personne humaine à qui Dieu a donné avec amour une âme immortelle que personne ne pourra détruire, pas même la mort, et ce petit être ressuscitera au dernier jour. Ainsi, le sein d’une maman, au lieu d’être un nid de bénédiction et d’amour, devient un lieu de mort. Nous ne pouvons pas banaliser ce meurtre d’innocents. Cela peut laisser chez la maman une culpabilité qui la ronge avec parfois des conséquences, même sur l’enfant qui naîtra ensuite, mais nous n’avons pas le droit de juger ces pauvres femmes qui parfois sont plus victimes que coupables.

Puisque Jésus vient à Noël comme Sauveur, il vient mettre la lumière dans nos ténèbres et la paix dans nos cœurs. Ces petits êtres morts sans baptême peuvent cependant vivre dans la gloire de Dieu comme les anges dans le ciel. Certes, ils n’ont pas eu le temps d’avoir une intelligence et une volonté développées pour désirer le baptême, mais l’Eglise a le pouvoir d’y suppléer, et l’Eglise c’est chacun de nous, les baptisés. Nous pouvons donc désirer le baptême pour ces petits êtres morts sans baptême et ils jouiront de la vision béatifique, Ils sauront être reconnaissants pour nous. De plus si la maman, le papa leur demandent pardon d’avoir abrégé ainsi leur vie sur terre, ce pardon leur sera accordé et ces petits anges deviendront des intercesseurs auprès de Dieu pour leur maman et leur papa. Ce sera pour eux la meilleure façon de guérir de leur traumatisme. Alors une grande paix pourra envahir leur cœur.

Chacun de nous avons également besoin de paix, de joie, pour nous préparer à vivre la grâce de Noël.

En ce temps de l’Avent, les rues de nos villes sont illuminées. Partout la lumière scintille, jusque dans les magasins. Mais beaucoup de gens ignorent le sens profond de ces lumières. Ces lumières sont là pour dire aux hommes d’aujourd’hui : La lumière qui éclaire le cœur de tout homme, c’est Jésus, Jésus venu parmi nous la nuit de Noël. La première nuit de Noël, en effet, s’est éclairée d’une grande lumière et cette lumière a enveloppé les bergers. Puis, dans le ciel, l’ange du Seigneur est apparu proclamant : « Je vous annonce une Bonne Nouvelle, qui sera une joie pour tout le peuple, aujourd’hui, dans la cité de David, un Sauveur vous est né qui est le Christ Seigneur. Voilà le sens profond, le pourquoi des illuminations de nos villes.

L’évangile de ce jour nous met en présence de la parole d’Isaïe : « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses entiers ».  Enténébrés par nos péchés, Dieu est venu nous apporter la lumière, en nous apportant son pardon. A Noël, si nous voulons vivre cette fête dans la joie profonde, dans la vraie lumière, allons tous, pendant ce temps de l’Avent, purifier nos cœurs dans le sacrement du pardon. Cela me paraît indispensable pour profiter de cette merveilleuse grâce de Noël. C’est un don gratuit de Dieu qui a des entrailles de miséricorde. Dieu se repose en pardonnant, comme il l’a dit un jour à sœur Josepha Ménandez.

Même ceux qui sont dans une situation maritale irrégulière, matrimoniale irrégulière, peuvent se présenter devant le prêtre –en Afrique, c’était commun cela- et dire leurs péchés en spécifiant leur situation matrimoniale irrégulière. Alors le prêtre, au lieu de l’absolution, leur donnera la bénédiction de Dieu.

Pour ceux qui recevront le sacrement du pardon, rappelons-nous que c’est un sacrement qui donne la paix du cœur, qui donne la joie véritable. Le psaume 32(31) le dit admirablement : « Heureux qui est absous de son péché, acquitté de sa faute ! Je me taisais et mes os se consumaient, la nuit, le jour, ta main pesait sur moi, mon cœur était changé en chaume au plein feu de l’été. Ma faute alors, je te l’ai fait connaître, je n’ai point caché mon tort. J’ai dit : j’irai au Seigneur confesser mon péché. Et toi, tu as absous mon tort, pardonné ma faute. Heureux qui est absous de son péché ! »

Sœur Elvira, qui a tant fait pour les drogués, elle a ouvert plus de 50 cénacles, elle nous dit que quand elle vient de se confesser, elle danse ensuite de joie. Puisse-t-il en être de même pour chacun de nous. Amen.

 

Source : http://www.la-cotellerie.com/cotelleriewp/homeliesaventb2014-15.html#141207

Commenter cet article